Elisabeth Fournier (en avant-plan) et Marie-Ève Pelletier (au centre) étaient à Gatineau, hier, pour présenter les grandes lignes du Challenger féminin de l'ITF en juillet. Le tournoi réunira 64 athlètes provenant de 10 pays.

Le Challenger a changé la donne

L'une a effectué ses débuts sur le circuit pro il y a une vingtaine de mois, l'autre se trouve à la retraite depuis un an.
Elisabeth Fournier et Marie-Ève Pelletier ont mis la table, hier matin, en vue de la première édition du Challenger Banque Nationale de Gatineau. Les deux raquettes francophones ont frappé des balles avec des jeunes joueuses de tennis de l'Outaouais.
Tout ça en marge d'un point de presse des organisateurs au centre sportif.
25000$ à l'enjeu
Âgée de 23 ans, Fournier est déjà inscrite en vue de ce tournoi de l'ITF doté d'une bourse de 25000$ qui se déroulera du 5 au 13 juillet au parc de l'Île. Elle a grandi à Ottawa avant d'étudier à Washington State.
En ce moment, elle occupe le 661e rang mondial.
Quant à Pelletier, elle a accepté d'être l'invitée honneur au Challenger. L'ancienne joueuse a déjà été classée 105e en simple, grimpant même jusqu'au 54e échelon en double.
«Vous avez pu constater que dans les dernières années, ça va très bien pour le tennis canadien, dont chez les femmes. Il y a plusieurs raisons pour ça», a soutenu Pelletier.
L'implantation d'un centre national d'entraînement à Montréal a pesé dans la balance.
«Mais il y a aussi plus de tournois Challenger comme celui de Gatineau qui sont maintenant accessibles aux joueuses.
«C'est une aide primordiale, que ce soit aux joueuses juniors qui veulent gagner leurs premiers points chez les professionnelles ou une joueuse blessée qui revient au jeu après une blessure.»
Pelletier a montré en exemple ses débuts. Elle a vécu à Repentigny, qui organise chaque année un des principaux tournois juniors au pays.
Un événement qui lui a donné le goût de tenter sa chance au tennis.
«Mes parents hébergeaient des joueurs. Ça m'a donné la piqûre. J'ai même été ramasseuse de balles. Le fait d'avoir un tournoi comme ça si proche va motiver les jeunes d'ici à se lancer dans le tennis encore plus.»
64 athlètes, 10 pays
Le Challenger, ce sera 64 athlètes provenant de plus de 10 pays. Leur classement mondial pourrait varier entre les 80e et 600e échelons.
Une armée de 150 bénévoles sera assemblée.
Plus de 400 places estrades principales seront aménagées pour la durée de l'événement. De nombreuses initiatives communautaires ont été mises sur pied afin d'attirer une jeune clientèle, dont le programme «Allez hop les Filles».
Des camps de jours d'été ont confirmé leur présence lors d'une journée du tournoi.
«Nous attendons environ 800 jeunes», a souligné la co-présidente du comité organisateur, Johanne Demers.
«Il y a une très belle communauté de tennis à Gatineau, a rappelé le directeur des tournois chez Tennis Canada, Richard Quirion. Ce n'est pas à n'importe quel endroit où l'on compte deux tournois professionnels.»
Seulement Granby et Gatineau accueilleront deux étapes ITF en 2014 en sol canadien. Il y a eu une épreuve masculine du circuit Futures en mars à La Sporthèque.
«C'est un bel accomplissement, a ajouté Quirion. Tennis Canada est convaincu que ce tournoi (Challenger) sera un énorme succès.»
mcomtois@ledroit.com