Malgré un titre canadien, Maxim Landry n'a pas été sélectionné en vue des Mondiaux-juniors.

Landry ne boxera pas en Bulgarie

Un espoir de la boxe en Outaouais a encaissé un crochet de gauche dans les derniers jours. Un coup qui ne provient pas d'un adversaire, mais plutôt de sa fédération nationale.
Maxim Landry a appris qu'il ne pourra pas se rendre en Bulgarie le mois prochain. Boxe Canada ne l'a pas retenu au sein de son équipe qui participera aux championnats du monde juniors, même si le droitier de 17 ans a remporté la Couronne canadienne chez les 81 kg en novembre dernier.
«Ça me casse le coeur», a soutenu George Brezina, qui entraîne le jeune pugiliste chez les Gladiateurs de Hull.
Les instructeurs du club et une poignée de bénévoles avaient même organisé un gala-bénéfice, il y a trois semaines, afin d'amasser de l'argent pour financer un éventuel voyage du jeune homme en Europe. D'anciens champions amateurs et professionnels, dont Otis Grant et Pierre Huneault, étaient remontés dans le ring pour l'occasion.
«Plus de 300 personnes étaient venues voir ça, a souligné Landry, qui a encaissé le coup durement.
«C'est déplaisant car il s'agissait peut-être de la seule chance de ma vie de participer à un championnat du monde, peu importe la catégorie, a-t-il expliqué. Je m'entraînais depuis novembre pour ça.»
Landry n'accrochera pas ses gants. Au contraire. Il a appris la nouvelle vendredi. Trois jours plus tard, il était de retour à l'entraînement.
«Que veux-tu que je fasse? Je ne commencerai pas à pleurer», a-t-il fait remarquer au journaliste du Droit.
Trop «vert»
Boxe Canada a expliqué sa décision par le peu d'expérience de Landry, qu'il est «vert», qu'il n'a livré que 11 combats - neuf gains et deux revers - dans les rangs amateurs. Qu'il ne compte aucune sortie à sa fiche dans une compétition internationale.
«Quand tu deviens champion canadien, tu deviens membre de l'équipe nationale. Mais ça ne veut pas dire que tu es prêt pour une compétition majeure», a expliqué le directeur de la haute performance de Boxe Canada, Daniel Trépanier, qui est également entraîneur-chef de la formation nationale.
Seulement quatre boxeurs sur 10 qui ont gagné un titre se rendront en Bulgarie. Adrian Halford (52 kg), Cody Brown (60 kg), Zack Ridgewell (64 kg) et Evangelos Frangos (91 kg) défendront l'unifolié à Sofia du 10 au 25 avril.
«N'importe qui sur l'équipe nationale est considéré un espoir. Nous ne voulons pas brûler d'étapes et envoyer quelqu'un sans expérience là-bas, surtout quand tu pourrais affronter un gars de la Russie qui compte 150 combats. Tu ne combattras pas à armes égales, a ajouté M. Trépanier.
«Nous favorisons le développement à long terme.»
Boxe Canada, a-t-il fait remarquer, a des plans pour Landry. Il obtiendra l'occasion de participer à un camp d'entraînement ou un tournoi international dans la prochaine année afin d'acquérir de l'expérience.
À ce sujet, l'équipe du Québec a déjà fait signe à l'athlète de l'Outaouais. On l'a recruté en vue d'un séjour à Porto Rico à la fin avril. Un combat se trouvera à son menu.
Une invitation que le champion canadien a rapidement acceptée.
Mcomtois@ledroit.com