Camille Gervais a bien représenté le club le Masque de Fer, samedi.

La relève de l'escrime se pointe à Gatineau

Ses genoux lui font mal ces jours-ci, sa cuisse droite un peu aussi.
Ça ne paraît pas que Camille Gervais est une jeune épéiste amochée en consultant le classement du circuit québécois. Elle occupe le premier rang après quatre tournois.
L'adolescente âgée de 14 ans, qui représente le club Masque de fer, a notamment terminé deuxième samedi lors du plus récent rendez-vous qui avait lieu chez elle à Gatineau. Plus de 200 escrimeurs ont débarqué à la polyvalente Le Carrefour afin de batailler à cette compétition du circuit des jeunes.
«J'ai perdu 15-14 en finale. C'était pas mal serré, a relaté Gervais, hier, au lendemain de sa présence sur la deuxième marche du podium chez les moins de 15 ans.
«C'était décevant au début, mais après, j'ai réalisé que j'étais première au classement provincial. Ça encourage à faire mieux la prochaine fois.»
De son propre aveu, cette étudiante de troisième secondaire au collège St-Alexandre s'avère «très compétitive». «J'aime ça gagner, a-t-elle précisé.
«J'avais déjà gagné cette compétition deux fois. Là, c'était pas mal proche.»
Son entraîneur Olivier Tyteca était satisfait de la sortie de son protégé. Il a souligné que Gervais était limité dans ses mouvements en piste.
Problèmes chroniques
La jeune athlète souffre de problèmes chroniques aux genoux. Puis un tendon à la jambe droite s'est ajouté à la liste des bobos.
«Quand je plie mes genoux, ça fait un peu mal, a avoué la principale intéressée, qui porte des prothèses lors de ses combats.
«Ça aide beaucoup, a-t-elle ajouté. Je fais aussi des exercices de physiothérapie toute la semaine.»
Son nom risque de revenir souvent dans les manchettes sportives locales dans les prochaines années.
Gervais fait partie de cette nouvelle génération d'épéistes à Gatineau, celle qui pourrait la place éventuellement des Heidecker, Lacas-Warrick et compagnie sur la scène nationale et internationale. Elle ne pratique l'escrime que depuis trois ans.
Pas question dans son cas de retourner en arrière et tenter à nouveau sa chance en natation, karaté ou gymnastique. Elle adore tirer, surtout avec les épéistes plus vieux.
«On est comme une grande famille au club. J'aime m'entraîner avec les plus vieux... C'est sûr que je me fais planter, mais ça me permet de m'améliorer», a souligné Camille Gervais, petit sourire en coin.
Ce ne fut pas la seule représentante du Masque de fer, organisateur du tournoi, à gagner une médaille durant le week-end. Atilla Pacyna a remporté les grands honneurs à l'épée chez les moins de 11 ans.