Juliette Tétreault, de Val-des-Monts, participera à une première épreuve européenne de la Coupe du monde.

La boue européenne attend Tétreault

Un premier départ sur les sentiers européens attend une spécialiste du vélo de montagne de l’Outaouais.

Juliette Tétreault, de Val-des-Monts, se trouve ces jours-ci en Allemagne. Plus précisément à Albstadt, site d’une épreuve de la Coupe du monde ce dimanche. Elle est accompagnée de deux autres membres de l’équipe du Québec, Laurie Arsenault et Cindy Montambault.

« J’ai vraiment hâte car ce sera une expérience totalement différente. Il y aura nettement plus de monde que lors des courses en Amérique du Nord, a souligné Tétreault, un produit du club Skinouk.

«Ici, j’ai la plaque numéro 41. Ça va selon ton classement. Quand j’ai participé à une dernière course au Mont Sainte-Anne, j’avais la plaque 21. Donc, il y a au moins le double d’athlètes en vue de cette Coupe du monde en Allemagne.»

Ça s’annonce relevé. Ça fait l’affaire de la prometteuse athlète âgée de 20 ans.

«Les coureurs européens n’ont pas la même attitude que nous... Disons qu’ils sont un peu plus agressifs en course. Ça pardonne beaucoup moins de faire des erreurs !»

Le peloton sera relevé mais surtout, la piste va s’avérer glissante.

Tétreault revenait d’une séance d’entraînement avant de répondre aux questions du journaliste au bout du fil. Elle a vite découvert que le parcours est boueux.

«Beaucoup. Les montées se font relativement bien. Mais ce sont surtout les descentes où la traction était impossible, peu importe les pneus que tu utilisais. Au moins, c’est pareil pour tout le monde», s’est consolée Tétreault.

Après l’épreuve allemande, l’espoir de l’Outaouais prendra la direction de la République tchèque. Une étape de la Coupe du monde est prévue le 26 mai à Nove Mesto Na Morave.

«L’objectif principal est d’acquérir de l’expérience et avoir du plaisir, a dit Juliette Tétreault. Je ne sais pas trop ce que ça va donner comme première course en Coupe du monde en Europe. Il n’y a aucune pression.»

Il reste que ces départs servent de sélection de l’équipe nationale en vue notamment d’un second bloc d’étapes de la Coupe du monde en juillet en Italie et en Andorre.

Ils permettent aussi de récolter des points en vue d’une qualification pour les championnats du monde prévus en septembre, à Lenzerheide en Suisse.

À son retour, Tétreault passera peu de temps chez elle. Des épreuves de la Coupe Canada sont prévues notamment en Ontario.

«Ce sera beaucoup de va-et-vient durant l’été. Je ne resterai jamais trop longtemps à la maison.»