La canoéiste de Chelsea, Sophia Jensen, a gagné l’or à l’épreuve du C1 500 m des championnats du monde juniors, vendredi, en Bulgarie.

Jensen devient championne du monde

Sophia Jensen ne savait pas trop comment réagir après avoir franchi en premier le fil d’arrivée. La canoéiste de Chelsea venait de devenir championne du monde junior.

Ça se passait vendredi à Plovdiv, en Bulgarie. L’épreuve ? Le C1 500 m.

Jensen a devancé de trois secondes sa plus proche rivale, la Hongroise Csenge Molnar. La Russe Olga Aleksandrova a terminé troisième.

« Je n’ai pas eu de réaction au début. J’étais tellement épuisée. Je m’étais imposé un rythme plus vite que prévu dans la première moitié de course puis j’ai décidé de la maintenir », a relaté l’ado de 16 ans au bout du fil.

« Mais j’ai commencé à réaliser ce qui s’était passé en arrivant au quai. Plusieurs de mes amies de l’équipe canadienne m’attendaient avec une bouteille de champagne. »

Quelques heures après sa conquête, Jensen commence à se faire à l’idée d’être appelée championne du monde. « Ça sonne pas mal bien ça ! Ça me rend heureuse », a-t-elle ajouté en riant.

La pression était énorme sur les épaules de l’athlète de l’Outaouais en se pointant en Bulgarie. Elle était la favorite chez les femmes après avoir gagné deux fois l’argent en 2017 en Roumanie.

« J’étais nerveuse avant le départ de la course. L’an dernier, j’étais simplement une jeune qui arrivait aux championnats du monde pour découvrir et s’amuser. Cette fois-ci, il y avait des attentes. »

Ce qui a compliqué les choses un peu ? Les conditions météorologiques ont changé peu de temps avant le coup d’envoi de la finale du C1 500 m. « Cinq minutes avant de s’élancer, le vent a viré de bord. On l’avait maintenant dans la face », a souligné Jensen.

Des appuis à Chelsea

Ses coups de pagaie vers l’or ont été suivis attentivement à Chelsea où se trouve le club Cascade dont la nouvelle championne fait partie. Papa et maman étaient sur place, tout comme plusieurs membres, jeunes et moins jeunes.

« J’ai vu des vidéos des gens qui m’encourageaient. Ça m’a touché. J’ai presque versé des larmes. Ce club-là m’appuie tellement. »

Sophia Jensen peut miser sur la présence de son entraîneur Adam Mayo en Bulgarie. Le dirigeant du club Cascade a été choisi pour guider la formation féminine junior du Canada. Il n’y a pas eu de célébrations au retour à l’hôtel.

« Un simple souper. Puis je suis allée m’acheter du Nutella », a raconté Jensen.

C’est que samedi sera une journée encore plus chargée pour elle. Deux courses l’attendent pour conclure les Mondiaux juniors.

On la verra prendre le départ du C1 200, une autre épreuve dans laquelle est la favorite. Jensen est la vice-championne en titre. Puis elle sera aussi du C2 500 m.

« J’aurai peu de temps entre les deux courses. Je vais rester tranquille, bien hydratée et dans l’ombre. J’ai hâte surtout que je serai moins nerveuse maintenant que c’est fait », a-t-elle dit en faisant allusion à son titre de championne au C1 500 m.

Cette dernière se souviendra longtemps de ce vendredi en Bulgarie. Particulièrement lorsque l’hymne canadien a résonné durant la remise de médailles.

« Tellement un beau moment », a confié Sophia Jensen.