Plus de 3000 jeunes hockeyeurs de l’Outaouais devront remiser leurs patins, bâtons et casques plus tôt que prévu en raison du COVID-19.

Hockey mineur et sport scolaire mis sur glace en Outaouais

Plus de 3000 jeunes hockeyeurs de l’Outaouais devront remiser leurs patins, bâtons et casques plus tôt que prévu en raison du COVID-19. Leur saison est terminée.

Hockey Québec a annoncé que les derniers matches de hockey mineur seraient disputés jeudi soir à l’échelle provinciale. « Ça inclut les pratiques », a souligné le président de Hockey Outaouais, Pierre Montreuil.

Ce que ça signifie aussi notamment pour les équipes en Outaouais ? Les séries éliminatoires prennent fin subitement. Tous les championnats provinciaux, dont la Coupe Dodge, sont annulés.

Les camps de sélection des équipes AAA de l’Intrépide de Gatineau, qui étaient prévus à la fin avril, sont reportés au mois d’août.

L’Outaouais doit aussi faire une croix sur les championnats interrégionaux. Quatre-vingt-seize équipes simple lettre de sept régions différentes devaient converger dans les arénas de Gatineau du 2 au 5 avril.

« Nous sommes très à l’aise avec la décision qui a été prise. Nous sommes là pour les jeunes. Notre priorité est leur santé et celle de leur famille», a soutenu Montreuil.

«C’est sûr que les jeunes n’ont plus le bonbon de se battre pour un championnat. Mais ils ont eu la chance de jouer le gros de la saison, d’avoir beaucoup de plaisir.»

Ce dernier s’attend à ce que joueurs et entraîneurs comprennent la décision. «Il y aura plus de réactions positives que négatives, surtout qu’on parle d’une question de santé», a-t-il dit, une quarantaine de minutes après l’annonce de Hockey Québec.

«J’ai déjà reçu beaucoup de courriels et d’appels. Je vais répondre à tout le monde», a promis Pierre Montreuil.

Le sport scolaire écope aussi, du moins pour l’instant. Le Réseau du sport étudiant du Québec (RSEQ) en Outaouais, qui compte plus de 12 000 étudiants-athlètes, a suspendu ses diverses activités prévues ce week-end. Des championnats régionaux de natation, de futsal et de badminton se trouvaient à l’horaire tout comme un tournoi de mini-basket.

«Nous avons pris la décision à la suite de l’annonce de la ministre (...) Nous ne savions pas combien de gens seraient sur place. Nous ne voulions pas dépasser le nombre permis, ni courir aucun risque», a expliqué la directrice générale du RSEQ Outaouais, Hélène Boucher.

Et pour la suite des choses ?

L’Outaouais doit accueillir deux championnats provinciaux à la fin mars en natation et volley-ball. Aucune décision n’a été prise à ce sujet.

«On y va au jour le jour», a soutenu Boucher.