Il y aura du hockey mineur en Ontario, cette saison. Sous quelle forme? Il est encore trop tôt pour le dire.
Il y aura du hockey mineur en Ontario, cette saison. Sous quelle forme? Il est encore trop tôt pour le dire.

Hockey mineur en Ontario: plusieurs questions sans réponses

Jean-François Plante
Jean-François Plante
Le Droit
Il y aura du hockey mineur en Ontario, cette saison. Sous quelle forme? Il est encore trop tôt pour le dire.

Certaines associations ont carrément éliminé le processus des camps de sélection et vont placer les joueurs dans les catégories où ils se trouvaient l’an dernier. D’autres tiendront bel et bien des essais dans le prochain mois, mais de là à dire que les équipes compétitives pourront jouer normalement à cinq contre cinq, il reste un autre pas à franchir.

Chez Hockey Eastern Ontario (HEO), qui chapeaute toutes les associations du hockey mineur, le chef des opérations senior Jeff Baker nous rappelle que la province est dans la phase trois de son retour au jeu en ce moment.

«La phase 3 signifie que nous sommes de retour à l’entraînement. Dans la phase 3B, qui doit commencer le 1er octobre, nous recommencerons à jouer des matches, que ce soit à trois contre trois, à quatre contre quatre ou même à cinq contre cinq. Pour ce retour au hockey traditionnel, il faudra soumettre un plan qui devra être approuvé par la Santé publique. Il faudra démontrer que l’on peut jouer à cinq contre cinq sans risque de contacts. Il n’y aura pas de contacts pendant la phase 3B.»

Pour M. Baker, le terme «ligue maison» va prendre tout son sens cette saison, même au niveau compétitif.

«Pour le moment, nous formons des bulles qui peuvent contenir 50 personnes. Alors, une ligue pourrait être constituée de quatre équipes de 10 joueurs de niveau similaire qui vont s’affronter pendant toute la saison. En ajoutant les entraîneurs et le personnel autour des équipes, on arrive à peu près à 50 personnes.»

Il faudra attendre la phase 4 du retour au jeu de l’Ontario avant que les contacts soient permis sur la patinoire.


« En ce moment, je ne suis pas certain que les arbitres seront utilisés. Des entraîneurs vont s’occuper de l’arbitrage dans certains niveaux. »
Jeff Baker

Légère baisse des inscriptions

Malgré l’incertitude qui plane sur la prochaine saison, le hockey demeure un sport populaire. La période d’inscription n’est pas encore terminée, mais HEO anticipe une perte d’environ 20 % des inscriptions par rapport à la saison dernière.

«Il est trop tôt pour se prononcer. Il manque encore des données parce que les inscriptions n’ont débuté que la semaine dernière.»

Dans certaines régions, le recrutement des entraîneurs représente un défi, cette saison. Ce n’est pas le cas à Ottawa.

Quant aux arbitres, encore là, HEO n’anticipe pas de problèmes.

«En ce moment, je ne suis pas certain que les arbitres seront utilisés. Des entraîneurs vont s’occuper de l’arbitrage dans certains niveaux. Il n’y aura pas de nouvelles embauches d’arbitres cette année, mais ceux qui seront appelés à travailler dans des matches seront ceux qui étaient là l’an dernier.»

Enfin, HEO n’a pas l’intention d’intervenir dans la réglementation sur les chambres d’habillage et la présence des parents lors de ses activités.

«Nous allons laisser le soin aux gens qui s’occupent de nos installations de dicter les règles. Elles vont varier selon les amphithéâtres. Certains complexes sportifs privés viennent de permettre aux joueurs de s’habiller et se déshabiller sur place, mais pour l’instant, dans la majorité des cas, il faut s’habiller à la maison ou dans le stationnement. Il faut mettre ses patins à l’aréna.»

La prochaine saison du hockey mineur, du calibre AAA au calibre «Rep B», sera fort différente, mais ce qui est le plus important pour les associations, c’est que les jeunes puissent continuer à pratiquer leur sport favori.