Valerie Grenier participe actuellement à sa plus importante compétition de la saison en Slovénie.

Grenier renoue avec l'élite mondiale

Trente-trois courses en treize semaines. Tantôt au Colorado, un autre moment en Autriche, en passant par le Maine, Mont-Tremblant et Mont Sainte-Anne.
Ces jours-ci, Valérie Grenier se trouve à Jansa, en Slovénie, en vue de la plus importante compétition de ski alpin de sa saison. La Franco-Ontarienne de Saint-Isidore prendra le départ de quatre épreuves aux championnats du monde juniors pour un deuxième hiver de suite.
L'an dernier, la femme âgée de 17 ans était la plus jeune membre de la formation canadienne.
«Je suis contente de participer à nouveau aux championnats. Je me demandais si j'allais faire l'équipe ou pas cette année», a avoué Grenier, hier, au bout du fil.
«Ça ne va pas aussi bien cette saison que je l'aurais voulu. J'ai un peu de misère avec ma technique. Je ne coupe pas aussi bien avec mes skis.»
C'est pourquoi la membre de l'équipe nationale de développement refuse de jouer au jeu des prédictions.
«Je ne sais pas à quoi m'attendre... J'aimerais terminer dans le top 20, mais je ne connais pas ma meilleure année.»
Il y a de la lumière au bout d'un tunnel, qui semblait interminable à un certain moment.
Sa meilleure performance de la saison, Grenier l'a obtenue justement avant son départ vers l'Europe. Elle a terminé quatrième, il y a une dizaine de jours, lors d'un super combiné de la Coupe Nor-Am présentée dans la région de Québec.
«Ça m'encourage, a-t-elle concédé. Ça me donne de la confiance. Plus que la saison avance, plus je m'améliore.»
À Jansa, Valérie Grenier participera à quatre courses, dont le slalom géant prévu aujourd'hui. Hier, elle a eu droit à quelques descentes d'entraînement.
Puis en après-midi, ce fut les dernières mises à jour de l'équipement.
Les techniciens ont dû passer troisheures à réduire la hauteur de ses bottes afin de respecter la réglementation de la Fédération internationale de ski (FIS) à ces championnats. «Il a fallu sabler, car elles étaient trop hautes d'un millimètre», a précisé Grenier.
Deux autres skieurs locaux, Mikaela Tommy et Chris Steinke, font partie du contingent de 13 athlètes canadiens aux Mondiaux juniors. Tommy, de Wakefield, a gagné du bronze l'an dernier. Quant à Steinke, de Chelsea, il est le champion canadien en titre à la descente.