Après avoir participé au circuit nord-américain de bobsleigh l’hiver dernier, Héraclès Glaude renoue avec l’athlétisme, un sport dans lequel il a connu du succès à la fin de son adolescence.

Glaude renoue avec l’athlétisme

Héraclès Glaude a décidé de troquer de pistes dans les prochains mois. Il met sur glace sa jeune carrière internationale en bobsleigh afin de renouer avec sa première passion sportive.

L’athlète de Hull a repris l’entraînement en athlétisme dans les derniers mois. On peut le voir courir parfois très tôt le matin au stade Mont-Bleu avant de se rendre à son travail de technicien en laboratoire.

Glaude, 25 ans, se spécialise surtout au sprint, lui dont le meilleur temps au 100 m est de 11,10 secondes. Il se débrouille aussi assez bien au 200 m.

«Je ne dis pas non à un retour en bobsleigh. J’ai quand même fait les tests au camp d’entraînement de Bobsleigh Canada en août à Toronto», a-t-il noté, lui qui a notamment terminé sixième, l’hiver dernier, à une course à Whistler.

«Je voulais retourner en athlétisme car j’ai besoin de prouver à moi-même que je suis capable de descendre mes temps. Je n’ai jamais eu l’occasion de toucher à mon plein potentiel en raison d’un antécédent de blessures. Mon coach me dit que je suis capable de passer au prochain niveau avec la puissance et la vitesse que j’ai. Je veux tout tenter et faire la paix avec moi-même avant de sauter en bobsleigh.»

Glaude avait commencé à pratiquer l’athlétisme sur le tard, à l’âge de 15 ans. Le père d’un de ses amis trouvait à l’époque que l’ado courait très vite.

«Il m’a entraîné durant mes deux premières années. J’ai pu accumuler plusieurs médailles.»

Des problèmes aux ischio-jambiers et aux abdominaux l’avaient ralenti dans les dernières années.

Ces jours-ci, Glaude porte les couleurs des Lions d’Ottawa où Craig Taylor s’occupe de lui. Il a aussi appris de ses erreurs.

«Je fais attention à mon corps. Des fois, les athlètes vont négliger des traitements ou le repos. C’est primordial. Il faut un minimum de huit heures de sommeil.»

Expérience de 18 mois

Glaude va se taper quelques courses en salle sur 60 mètres dans les prochaines semaines, dont une à l’université McGill le 1er décembre. Il se donne un an et demi pour voir sa progression en athlétisme.

«Après, on pourra ranger les crampons», a-t-il lancé.

Après, ça devrait être le retour sur la piste glacée.

Glaude, qui avait été recruté au printemps 2017 par Bobsleigh Canada à la suite d’un camp RBC, a aimé sa courte aventure en équipage de quatre. Même si sa première descente l’avait brassé un peu à son goût.

«Ce n’est pas tout le monde qui est fait pour ça», a-t-il reconnu.

À 5’9’’ et 170 livres, Héraclès Glaude était le plus petit athlète au sein du programme national de bobsleigh.

«J’ai dû mettre 15 à 20 livres. Les autres gars font 6’2’’ et 210 livres. Ce qui m’aidait, c’était ma vitesse.»

Ce dernier a participé à quatre courses nord-américaines au sein de l’équipe de développement de Bobsleigh Canada, dont une à Lake Placid. Il était déménagé à Calgary afin de s’entraîner avec la formation nationale.

Son ascension rapide avait retenu l’attention du Conseil de développement du sport de Gatineau (CDSG), qui l’avait nommé athlète du mois en décembre 2017.