Abderrahmane Kachir sera à surveiller lors du 10 km de la Fin de semaine des courses.

Fin de semaine des courses: belle rivalité entre Marocains et Kényans

Ottawa est magnifique à la fin du mois de mai. Abderrahmane Kachir est en train de le découvrir.

Étoile montante de l’athlétisme au Maroc, Kachir a brillé jusqu’à maintenant sur la scène nationale. Il n’avait encore jamais eu la chance de sortir du pays du couchant lointain pour participer à un grand événement de course à pied.

Le jeune homme de 26 ans a traversé l’océan Atlantique pour participer à la Fin de semaine des courses. On le trouvera samedi soir au départ du 10 km d’Ottawa, la deuxième épreuve la prestigieuse du week-end.

On doit quand même le prendre au sérieux. Il a déjà franchi cette distance en 27 minutes et 50 secondes. C’était en septembre 2018, au Rahal Memorial 10 km International de Casablanca.

S’il parvient à courir aussi rapidement, sur le bitume de la capitale, il figurera parmi les favoris pour l’emporter.

« On m’a beaucoup parlé d’Ottawa, la capitale du Canada », a-t-il déclaré, vendredi midi, avec l’aide d’un interprète.

« Mohammed Ziani est un de mes plus grands amis. C’est lui qui m’a conseillé de venir ici. Il m’a dit que c’est une des plus belles courses du monde », a-t-il ajouté.

À LIRE AUSSI

L’histoire pourrait se répéter au Marathon d’Ottawa

Une ancienne skieuse olympique sur le fil de départ du Marathon d'Ottawa

Les Québécois moins nombreux à la Fin de semaine des courses

Ziani est déjà passé par là. Il a lui aussi vécu son baptême international au Canada.

Il a remporté le 10 km d’Ottawa, dans la canicule de 2016, avec un chrono de 28 minutes, 36 secondes.

Il est revenu pour défendre son titre, l’an dernier. Il a terminé l’épreuve au quatrième rang.

Il est toutefois difficile d’évaluer son potentiel, à l’heure actuelle, puisqu’il essaie d’orienter sa carrière vers les marathons.

Son copain Kachir a les mêmes visées, à long terme.

« Il veut devenir marathonien. Il veut participer aux grands événements, comme les Jeux olympiques de Tokyo, en 2020 », fait savoir son interprète.

En attendant, il aimerait bien faire la barbe à ses compatriotes, ce week-end à Ottawa.

« Battre Ziani ? Pourquoi pas », a-t-il dit en souriant, vendredi.

Des coureurs du Kenya seront, encore une fois, à surveiller chez les hommes, lors de cette course qui porte le Label d’or de la Fédération internationale d’athlétisme amateur (IAAF). Avec son record personnel de 28 minutes et 26 secondes, un dénommé Moses Kibet sera à prendre très au sérieux.

Le gagnant empochera une bourse de 5000 $. Les deux coureurs qui l’accompagneront sur le podium obtiendront, respectivement, 4000 et 3000 $.

Les dames

Encore une fois, cette année, le 10 km d’Ottawa fera office de championnat canadien sur route.

Détentrice du record canadien sur 10 000 mètres, avec un chrono de 31 minutes et 41 secondes, Natasha Wodak est largement favorite, chez les dames.

L’athlète qui vient d’obtenir une cinquième position aux Jeux du Commonwealth a l’air de croire en ses chances. « J’ai 37 ans, mais je suis convaincue qu’il me reste encore quelques belles années », assure-t-elle.

Des coureuses marocaines et kényanes seront figurent aussi parmi les favorites.

Peres Jepchirchir, du Kenya, a remporté le 10 km d’Ottawa en 2016. Ce fut pour elle un tremplin vers d’autres succès. Elle a fracassé en 2017 le record mondial féminin du demi-marathon. Aux Émirats arabes unis, elle a franchi 21,1 km en 65 minutes et six secondes.