Élisabeth Fournier (notre photo) a accédé au tableau principal en défaisant Éliane Douglas-Miron en deux manches de 6-4 et 7-6 (3).

Élisabeth Fournier remporte un duel franco

Elles sont venues d'une dizaine de pays pour participer à la première édition du Challenger Banque Nationale de Gatineau.
Pourtant, le hasard a voulu que deux raquettes franco-ontariennes croisent le fer au dernier tour des qualifications sur les terrains du parc de l'Île.
À l'arraché, c'est Élisabeth Fournier qui a accédé au tableau principal de ce tournoi de l'ITF en défaisant Éliane Douglas-Miron en deux manches de 6-4 et 7-6 (3). L'Ottavienne de 23 ans a mis deuxheures et 31 minutes pour venir à bout de la tenace joueuse de Cumberland.
La veille, Fournier, troisième tête de série de la ronde des qualifications, avait mis 2h45 pour disposer de la Canadienne Sandra Dynka en trois manches. «Cinqheures de travail pour un petit point ITF!», s'est exclamée celle qui a défendu les couleurs de Washington State au cours des dernières années.
Les joueuses du tableau principal sont assurées d'un point ITF et Fournier devra travailler davantage pour en empocher d'autres puisque le tirage au sort ne lui a pas été favorable, hier.
Au premier tour demain, elle se frottera à la vedette montante du tennis canadien, alors que Françoise Abanda sera son opposante.
Âgée de 17 ans, celle-ci a déjà fait les demi-finales de Roland-Garros et Wimbledon chez les juniors. La huitième favorite du Challenger de Gatineau arrive justement de Londres où elle vient de remporter deux matches avant de s'incliner au troisième tour la semaine dernière.
«J'ai hâte de l'affronter. Elle est vraiment bonne. Ça va être compliqué, mais je n'aurai pas de pression. J'aurai à me concentrer sur ce que je peux contrôler. Les joueuses du tableau principal sont toutes bonnes. Je ne pouvais pas espérer choisir une adversaire particulière.»
L'Ottavienne compte profiter pleinement de sa journée de repos aujourd'hui, mais elle ne pense pas que ses deux longs duels la désavantageront dans sa prochaine sortie.
«Au contraire, quand tu gagnes ces longs matches-là, tu gagnes en confiance.»
Premier affrontement
Fournier et Douglas-Miron se connaissent depuis longtemps. Elles viennent du même club et elles font partie d'une grande rivalité du tennis dans la NCAA. «Je suis à Washington State, elle est à l'Université Washington de Seattle. Étrangement, même si ça fait 13 ou 14 ans que nous jouons ensemble, c'était la première fois qu'on s'affrontait.»
Les deux joueuses étaient fières de savoir qu'une Franco-Ontarienne participerait au tableau principal du Challenger de Gatineau quand elles se sont retrouvées sur le même terrain hier.
«Plusieurs filles de la région sont ici cette semaine. Ça démontre le niveau de jeu que nous avons ici», a indiqué Fournier.
Douglas-Miron, qui a donné une bonne frousse à Fournier en comblant un retard de 5-1 pour forcer le bris d'égalité dans la deuxième manche, s'est faite bonne joueuse après sa défaite crève-coeur.
«C'était excitant de savoir qu'une de nous serait du tableau principal. Il n'y a pas beaucoup de tournois au Canada et c'est important d'avoir le plus de Canadiennes possible dans le tournoi», a expliqué celle qui devra se rabattre sur le double pour continuer son aventure cette semaine.
Élisabeth Fournier ne sera pas la seule joueuse locale dans le tableau des 32 joueuses. L'Ottavienne Petra Januskova a aisément disposé de la Canadienne Prescila Nunez, hier. Elle affrontera la Canadienne Carole Zhao au premier tour.
Onze Canadiennes seront du tableau principal. Parmi celles-ci, la Québécoise Stéphanie Dubois n'aura pas la vie facile alors qu'elle sera confrontée à Risa Ozaki, première tête de série, demain. Ozaki, 20 ans, a gagné le Challenger de Granby l'an dernier. Dubois avait réalisé le même exploit en 2011.
jfplante@ledroit.com