Le pongiste gatinois Xavier Thérien représentera le Canada à Tokyo, lors des championnats du monde par équipe.

Des couches entre Gatineau et Tokyo

Tantôt, c'est le travail d'ingénieur de logiciels chez IBM. Un autre moment, c'est frapper des centaines de petites balles blanches à répétition au centre national d'entraînement de Tennis de table Canada. Entre les deux? Changer des couches.
La vie du pongiste gatinois Xavier Thérien a toujours été occupée. Encore plus depuis quatre mois.
Depuis que sa conjointe a donné naissance au quatrième enfant du couple, une première fille. «Elle a trois frères très contents d'avoir une petite soeur», mentionne le fier papa.
Ce dernier s'apprête à partir loin de sa famille dans les prochaines semaines. Un long séjour l'attend en Asie. Plus précisément au Japon.
Tokyo accueillera les championnats du monde par équipe du 28 avril au 5 mai. Thérien défendra les couleurs du Canada. Ses coéquipiers et lui quitteront le pays le 19 avril. La raison de ce départ hâtif en direction de l'autre bout du globe?
«Ça nous donnera une bonne semaine pour tenir un camp d'entraînement à l'Université de Tokyo. Il devrait y avoir une bonne qualité de joueurs. En même temps de bien nous préparer, ça nous permet de nous acclimater», souligne Thérien.
Ce sera sa deuxième participation à des championnats du monde. Il était de l'édition 2013 à Paris. La différence?
Ne pas se faire d'illusions
Ces mondiaux étaient un tournoi individuel et non par équipe.
«Ce qui est intéressant cette fois-ci, c'est que j'aurai la chance de jouer beaucoup plus de matches à différentes positions», fait valoir Thérien, qui disputera des parties en simple de même qu'en double.
«Je vais participer à au moins une dizaine de parties, peut-être jusqu'à une quinzaine.»
L'an dernier, le compteur s'était arrêté à six en France.
À l'image de ses coéquipiers, l'athlète de l'Outaouais se montre réaliste. Il n'y aura pas de médailles dans ses valises à son retour en sol canadien.
«Nous ne sommes pas parmi les meilleurs pays au monde», rappelle Xavier Thérien, classé 578e au monde par la ITTF.
Les nations asiatiques et européennes dominent les tables de tennis de table. Des exemples qui confirment cette domination?
Six des sept meilleures raquettes masculines au classement mondial sont chinoises. Il y a deux ans aux championnats du monde par équipe, le Canada avait dû se contenter du 43e rang.
Cent vingt-cinq pays seront représentés cette fois-ci à Tokyo, une participation record.
Thérien s'attend à un tournoi spectaculaire, tant sur le plan sportif que divertissement. Il a encore frais à la mémoire son expérience à Paris.
«Tu avais un animateur de foule. La salle était noire. Ils (organisateurs) présentaient les joueurs qui faisaient leur entrée sous les effets de lumière et la musique. C'était prestigieux. Puis tu avais des écrans géants sur lesquels tu pouvais voir différentes prises de vue au ralenti. C'était tellement bien fait.»
L'édition 2014 aura un cachet spécial pour lui.
«Je vais fêter mes 36 ans durant les championnats», confie Thérien.
Il n'a pas l'intention de remiser sa raquette à son retour. Au contraire. Les Jeux du Commonwealth, qui se dérouleront en juillet à Glasgow, en Écosse, se trouvent dans sa mire. La sélection finale aura lieu en juillet lors de l'Omnium des États-Unis.
D'ici son départ vers le Japon, le mot d'ordre sera prudence.
Celui que son commanditaire PingPongDepot surnomme le «X-Man» soigne des douleurs à son épaule droite, celle qui répète le même mouvement de frappe de balle depuis son enfance.
«Ça faisait un bout de temps que je n'avais pas eu de blessure», dit-il.
Ce n'est rien de trop sérieux. Rien qui ne met en péril sa participation aux Mondiaux.
«Il s'agit de faire attention. J'ai des exercices à faire», note-t-il.