Un des piliers de la gymnastique en Outaouais, Serge Sabourin, est décédé mercredi à l’âge de 64 ans.

Décès de l’autre petit gars de Ripon

La Petite-Nation a perdu un autre de ses piliers sportifs.

Entraîneur de gymnastique, organisateur et bénévole dévoué, Serge Sabourin est décédé mercredi dans son patelin de Ripon. Il était âgé de 64 ans.

Le père de famille et ancien professeur d’éducation physique menait depuis plusieurs mois une bataille contre un cancer. Même s’il était affaibli, il avait tenu à se déplacer à une importante compétition gymnique, il y a trois semaines, à Québec.

« Il voulait rencontrer tout le monde une dernière fois pour boucler la boucle », a relaté le directeur général de Gymnastique Québec, Serge Castonguay.

Sabourin était président de la fédération provinciale depuis 2009.

« Il l’aura été jusqu’à son dernier souffle », a assuré son ami Castonguay, qui l’avait recruté il y a une trentaine d’années afin de participer à l’organisation des championnats du monde à Montréal en 1985.

« Serge s’était occupé des équipements. Puis quand les championnats du monde sont revenus en Montréal l’an passé, il était le vice-président du comité organisateur. »

Sabourin a fondé le club Pop Gym dans la Petite-Nation en 1979.

Plus précisément à Chénéville. Les locaux se trouvent à Papineauville depuis 2001.

« Serge était fier de son Outaouais. C’était un gars qui avait le respect de tout le monde. Un homme social qui savait comment parler aux gens. »

Gymnastique Québec a été inondé de mots de sympathie dans les dernières heures. « Il n’était pas seulement connu au Québec, mais partout au pays », a tenu à préciser Castonguay.

Sabourin, qui laisse dans le deuil sa conjointe Guylaine et ses deux enfants, a pris le temps de rédiger un mot d’adieu avant de rendre l’âme.

Un message qui a été diffusé sur le site web de la fédération dont il a été le président.

« Chers amis, je dois vous quitter. Malheureusement, la maladie a eu le dessus sur le combat que je lui livrais depuis plusieurs mois, mais quel beau voyage vous m’avez offert, un voyage de défis, d’accomplissement, de grandes réalisations et plus encore, votre respect et votre amitié, peut-on lire.

«À vous tous, qui au fil des années m’avez accompagné dans cette grande aventure, gymnastes, parents, entraîneurs, officiels, administrateurs et permanents ; UN GROS MERCI !! J’emporte avec moi de superbes souvenirs et le sentiment d’avoir pu faire une différence et d’avoir contribué à la réalisation de grands projets de la famille gymnique québécoise.

«Maintenant, prenez soin de vous et ne vous inquiétez pas, je pars sans aucun regret. Profitez bien de chaque moment présent. Je vous aime», a signé pour une dernière fois Serge Sabourin.

En septembre, la Petite-Nation avait dit adieu à un autre entraîneur très connu, Claude Quesnel, l’homme qui avait formé un nombre important de champions en athlétisme.

Dans le lot, il y avait la fille de Serge Sabourin, Jade Trudel-Sabourin, qui excellait au lancer du marteau.