Pierre-Olivier Dorego (au centre), l'entraîneur de l'année dans la catégorie excellence de Ski de fond Québec.

De skieur à entraîneur de l'année

Il était un des meilleurs jeunes skieurs de l'Outaouais sur la scène nationale au milieu des années 2000. Faute d'argent, il avait remisé son équipement pour se concentrer sur ses études.
Dix ans plus tard, Pierre-Olivier Dorego fait jaser de lui à nouveau.
Ski de fond Québec l'a honoré lors de son banquet tenu le week-end dernier à Rimouski, le nommant entraîneur de l'année dans la catégorie excellence. C'est la deuxième fois en trois hivers que le jeune homme âgé de 28 ans reçoit pareil titre.
«C'est toujours plaisant, surtout que contrairement à d'autres prix, ce sont tes pairs qui connaissent bien ce que tu fais qui te choisissent pour cet honneur. Ça rend ça encore plus valorisant», avoue l'instructeur du club Skinouk.
L'ancien athlète élite d'Aylmer complète sa huitième saison dans le rôle de coach. Sa dernière course, il l'avait disputé en 2006.
Les deux années précédentes, il avait cogné à la porte des championnats du monde juniors, ratant de peu sa qualification.
Au même moment, il commençait des études en environnement à l'Université d'Ottawa.
«Je n'étais pas un mauvais skieur. Mais à un certain moment, l'école me coûtait cher, relate Dorego.
Entre ski et études
«J'ai décidé de faire un choix, de mettre de côté le ski, ajoute-t-il. J'avais besoin d'un emploi pour payer mes études. J'ai décidé de donner un coup de main à Skinouk.»
Ce fut le début de sa carrière d'entraîneur. Un poste qu'il occupe à temps partiel.
Son vrai gagne-pain, c'est celui de gestionnaire dans le parc de la Gatineau qui le lie à la Commission de la capitale nationale (CCN). Ça, c'est le jour en semaine.
En soirée et les week-ends, ce sont les entraînements et les courses.
«J'aime le lien avec les athlètes. Je me vois comme un guide auprès d'eux. Je les entraîne, leur donne de la formation. Mais ce sont eux qui doivent faire les choix, dit-il.
«Ce que j'aime aussi, c'est de les voir progresser.»
Justement, ça skiait assez vite dans les derniers mois chez Skinouk.
Nicholas Pigeon a gagné la Coupe Québec chez les juniors. Une performance qui lui a permis d'obtenir le titre d'athlète masculin de niveau provincial au banquet de Ski de fond Québec.
Quant à Sophie Carrier-Laforte, elle a participé aux championnats du monde juniors en février à Val di Fiemme, en Italie.
Chez les plus jeunes, il y a Damien Vialaret qui a gagné une poursuite sur 3 km chez les midgets au championnat jeunesse Nor-Am.
«Je ne dirais pas que Skinouk est en train de vivre ses plus beaux moments. Mais c'est définitivement une cohorte assez forte», a affirmé le coach.
Ce dernier n'a pas été le seul adulte du club à être fêté, la fin de semaine dernière. Richard Turgeon s'est vu remettre le titre de bénévole administrateur de l'année.