Vice-champion du monde en 2015, le skieur alpin Dustin Cook, de l’Outaouais, s’est qualifié dimanche en vue des prochains Jeux olympiques.

Cook fêtera ses 29 ans à PyeongChang

Dustin Cook a déjà été plus enthousiaste. Pourtant, un billet en vue des Jeux olympiques à PyeongChang se trouve dans ses poches depuis trois jours.

Le skieur de l’Outaouais s’est assuré sa place au sein de l’équipe canadienne en terminant en 11e place, dimanche, au super-G de Lake Louise. Il avait besoin de terminer parmi les 12 premiers lors d’une course de la Coupe du monde d’ici la fin janvier afin de satisfaire le dernier critère de sélection olympique.

« C’est sur que c’est le fun de régler cette question dès le début de la saison », a soutenu Cook au bout du fil.

Il reste que l’ancien vice-champion du monde s’en voulait encore pour sa performance à Lake Louise. « Un résultat correct, sans plus, a précisé l’éternel perfectionniste. »

« J’aurais pu terminer cinq ou six rangs plus haut au classement si ce n’avait pas été d’une petite erreur au milieu du parcours et une autre vers le bas de la piste. J’ai failli me planter à la fin. »

Cook est un brin dur envers lui-même.

« Ça reste ma meilleure performance en carrière à une première course pour entamer le calendrier. Tu ne peux pas vraiment être déçu », a-t-il fini par avouer.

L’athlète de Lac-Sainte-Marie, qui fêtera ses 29 ans lors des premiers jours des Jeux en février, en sera à sa première participation olympique. Canada Alpin ne l’avait pas sélectionné en 2014 pour les épreuves à Sotchi.

« J’étais dans le coup », a-t-il rappelé.

« Je n’avais besoin que de terminer parmi les 30 premiers à une course de la Coupe du monde cet hiver-là. La dernière place au sein de l’équipe allait soit à moi ou un de mes coéquipiers. J’avais été déçu de ne pas être choisi. Les entraîneurs avaient opté pour le gars qui skiait le mieux à l’époque », a relaté Cook.

« Je ne me suis pas apitoyé sur mon sort. »

Un an plus tard, le produit du club de ski Mont Sainte-Marie a terminé deuxième au Super-G des Mondiaux à Beaver Creek. C’est sans compter sa première victoire en carrière en Coupe du monde survenue en mars 2015 à Meribel, en France.

Dustin Cook se trouvait justement à Beaver Creek, mardi, lorsque le journaliste l’appelé. Il doit affronter l’élite internationale dans les prochains jours au Colorado. Ce sera sa première course à cet endroit depuis qu’il a remporté le titre de vice-champion du monde. Reste à voir s’il peut répéter sa performance.

« Après, c’est direction vers l’Europe. Nous aurons un camp d’entraînement et une épreuve de la Coupe du monde à Val Gardena. Je reviendrai ensuite pour passer le temps des Fêtes à la maison. »

Peu de temps après Noël, l’équipe canadienne traversera à nouveau l’océan Atlantique avant de revenir en Amérique du Nord afin de faire ses valises pour les Jeux. « Je serai peut-être de retour chez moi pour quelques heures », a souligné Cook.

Ses prochaines semaines seront justement consacrées à le préparer à gravir à nouveau le podium de la Coupe du monde.

« Me qualifier en vue des Jeux était un de mes objectifs cette saison. Mais il me reste encore beaucoup de travail. Je skie très bien en ce moment à l’entraînement. Il me reste juste à dupliquer le tout en situation de course. Si je réussis à le faire, je ne vois pas pourquoi je n’aboutirais pas sur le podium. »