Les Ravens de l'Université Carleton ont démontré pourquoi les experts leur prédisent un dixième titre canadien en 12 ans en mars prochain.

Carleton encore trop fort pour les Gee Gees

Leçon 101. Dégelée. Correction. Humiliation. Match à sens unique.
Ce n'était pas beau pour les Gee Gees d'Ottawa, mardi soir, lors de la huitième édition de la Classique de la capitale qui opposait les deux équipes locales de basket-ball universitaire masculin au Centre Canadian Tire. Ils ont encaissé un revers de 82-58 contre leurs ennemis jurés, les Ravens de Carleton.
Ces derniers ont démontré pourquoi les experts leur prédisent un dixième titre canadien en 12 ans en mars prochain. Ils menaient déjà par 25 points à la demie.
« Je n'ai pas reconnu mon équipe, a soutenu l'entraîneur-chef James Derouin, dont les Gee Gees sont classés deuxièmes au pays.
« Nous étions nerveux. Nous étions chancelants en première demie. Nous n'avons jamais joué de la sorte auparavant. Tu ne peux pas te creuser un trou de la sorte contre un club comme celui-là. »
Pourtant, ses joueurs abordaient le match avec de grands espoirs. Ils croyaient être en mesure de mettre fin à une disette.
Les Gee Gees avaient subi la défaite à leurs 18 affrontements précédents contre Carleton. Une séquence qui vient de passer à 19 revers de suite.
« Je suis confus. Je ne sais pas ce qui s'est passé, a ajouté Derouin. Je n'ai aucune explication. [...] Douze de nos joueurs de l'édition actuelle faisaient partie de notre équipe qui a gagné le bronze aux championnats canadiens l'an dernier. Nous avons des gars de quatrième année qui sont habitués à jouer dans des parties importantes. Nous avons raté plusieurs lancers. Nous avons commis des revirements ».
Philip Scrubb a mené l'attaque des Ravens avec 19 points, suivi de près par son frère Thomas avec 15 points. Terry Thomas a été le meilleur pour l'Université d'Ottawa avec 13 points.
Plus de 6600 spectateurs ont assis à ce choc entre deux formations qui se déteste. Deux équipes qui occupent les deux premiers rangs au pays.
Carleton demeure invaincu en 14 parties tandis que les Gee Gees (12-2) subissaient seulement une deuxième défaite. Ils s'étaient inclinés plutôt cette saison contre les... Ravens.
En plus de dominer sur le terrain, les champions en titre pouvaient miser sur des partisans bruyants. Une poignée d'entre eux se sont fait remarquer sur le bord du terrain, portant une robe de chambre à carreaux rouge et noir aux couleurs de leur université.
Plus tôt dans la soirée, la foule a eu droit à une confrontation entre les formations féminines des Ravens et des Gee Gees. L'Université d'Ottawa est sortie victorieuse de ce duel, gagnant 57-47. Angela Tilk a sonné la charge, inscrivant 17 points.