Pierre-Rudolph Mayard a été nommé joueur du match en grande finale de la Coupe PLSQ.

Bilan plus que positif pour le FC Gatineau

Sylver Castagnet est plutôt satisfait. L’équipe de soccer senior qu’il dirige, le FC Gatineau, s’est rendu jusqu’au bout. Il s’est incliné en grande finale de la Coupe PLSQ, la fin de semaine dernière.

La rencontre ultime a été présentée à l’intérieur, sur un des terrains du Centre multisports de Terrebonne. L’AS Blainville, puissance de la Première ligue de soccer du Québec, l’a emporté 1-0.

Pierre-Rudolph Mayard, un ancien de l’Impact de Montréal et du Fury d’Ottawa, a marqué l’unique but à la 28e minute. Il a été nommé joueur du match.

Gatineau était privé de plusieurs éléments importants pour cette rencontre. Quelques bons joueurs avaient quitté le club avant la fin de la saison afin de retourner dans leurs établissements universitaires.

« C’est décevant, malgré tout. Ce n’était pas notre objectif de perdre en finale. Nous étions quand même un peu plus ambitieux. Une finale, ça se gagne. C’était notre seul intérêt. Maintenant, si on retire le positif de cette expérience, on peut se dire que nous avons été performants. Nous avons fait plus que tenir tête à Blainville, le champion incontesté de la saison. Tout ça est positif », a commenté M. Castagnet lorsque nous l’avons contacté, mardi.

Dans un contexte différent, Gatineau aurait pu remporter cette finale.

« Il y a eu des situations, un but refusé… J’étais très mal placé, je n’ai pas pu le contester. Je ne reviens pas sur la décision arbitrale, mais je me dis qu’on aurait pu accrocher la prolongation. Malgré tout cela, je retiens la volonté des garçons, leur courage, les efforts accomplis durant la finale », ajoute-t-il.

Honneurs

Deux membres du FC Gatineau sont en lice pour des honneurs individuels importants, la fin de semaine prochaine, au Tapis rouge du soccer québécois. Le gardien Horace Patient Sobze Zemo fait partie des 11 finalistes pour les Ballons d’or, d’argent et de bronze.

M. Castagnet pourrait quant à lui remporter le titre d’entraîneur de l’année.

« Je ne sais pas si j’ai une grande chance de gagner, mais je ne vous cacherai pas que c’est plaisant. »