L'altérophile ottavienne Isabelle Després a eu la chance de discuter quelques instants avec la reine Elisabeth II, vendredi à Glasgow.

Aucune médaille, une jasette avec la reine

Le plus près qu'elle s'était approchée de la reine auparavant, c'était en manipulant un billet de 20 dollars.
Une situation qui a changé pour Isabelle Després dans les derniers jours aux Jeux du Commonwealth. L'haltérophile d'Ottawa a remporté un tirage au sort qui lui a permis de rencontrer Elisabeth II, vendredi dernier, à Glasgow, en Écosse.
«Mon nom est sorti, s'est exclamée Després au bout du fil.
«C'est quand même excitant de rencontrer la reine. Ce n'est pas tous les jours que ça peut se produire. En plus, elle n'est plus jeune jeune!»
Vérification faite, Elisabeth II a fêté ses 88 ans en avril.
Després, elle, aura 34 ans en septembre prochain. Il s'agit de sa première participation à ses Jeux.
La femme forte d'origine acadienne sait à quel point plusieurs autres athlètes ont dû l'envier.
«Un athlète de chacun des 70 pays ici aux Jeux obtenait la chance de rencontrer la reine, a-t-elle relaté. J'ai pu lui serrer la main.»
Quelques mots ont été échangés entre les deux dames. La discussion a été plus longue entre Després et le Prince Philip, qui lui a souhaité bonne chance en vue de sa compétition prévue le lendemain.
Un autre tirage a été organisé. Celui-là offrait l'occasion à deux athlètes de dîner en compagnie du couple royal.
Une des gagnantes est connue aussi en Outaouais. Il s'agit de la joueuse de squash Samantha Cornett. Elle habite à Ottawa, mais joue parfois à la Sporthèque.
Cette rencontre avec la reine sera un des faits saillants des Jeux du Commonwealth pour Isabelle Després, qui ne ramènera pas de médailles dans la capitale. Elle visait une place parmi les premières chez les 58kg. Finalement, ce fut le neuvième rang.
La fatigue et surtout une vieille blessure ont pris le dessus au fur et mesure que la journée de compétition avançait. L'arraché s'était bien déroulé, l'épaulé-jeté un peu moins.
«Ça n'a pas été comme je l'aurais aimé. Mais ce fut quand même le fun. Il y avait une grosse foule. La place était pleine. Il y avait trois étages. Je ne suis pas habituée de me retrouver devant autant de gens.»
Després compte profiter des prochains jours pour encourager les autres membres de la délégation canadienne. «Et fêter aussi un peu», a avoué la championne canadienne en riant.
Mcomtois@ledroit.com