Football universitaire

Les Ravens en mode attente

La saison régulière de la conférence ontarienne du football universitaire canadien prendra fin ce week-end.

Les Gee Gees d’Ottawa tenteront de confirmer leur deuxième place au classement. Une victoire contre Queen’s à Kingston samedi après-midi leur permettra de terminer avec une fiche de 6-2 et surtout obtenir un laissez-passer lors du premier tour éliminatoire.

Quant aux Ravens de Carleton, ils sont en congé, ayant déjà disputé leurs huit parties régulières. Ils surveilleront trois matches qui auront un impact sur leur sort, eux qui montrent un dossier de 5-3.

« Nous pouvons terminer deuxièmes au classement comme nous pourrions aboutir au sixième rang. C’est une situation assez particulière, a relaté le coordonnateur offensif Jean-Philippe Asselin.

«Nous tentons de nous préparer à affronter plusieurs équipes», a-t-il ajouté.

Carleton a complété son calendrier régulier la semaine dernière en gagnant 35-20 contre les Lions de l’université York. Une victoire qui mettait fin à une séquence de deux revers de suite.

«Tu ne peux jamais être satisfait à ce temps-ci de l’année, peu importe ta fiche, a averti Asselin.

«Mais je peux dire que nous nous sommes améliorés à travers la saison. Ça, c’est encourageant.»

Surtout que les Ravens, à l’image des Gee Gees, étaient verts. Ils comptaient notamment huit nouveaux partants à l’attaque.

En revanche, leur ligne offensive était composée de quatre joueurs qui disputent leur dernière saison dans les rangs universitaires, dont Daniel Omara, de Gatineau.

Asselin croit que les Ravens peuvent faire un bout de chemin en éliminatoires. L’équipe avait passé près de surprendre les champions de la coupe Grey lors du premier match de la saison, s’inclinant 26-23 en prolongation contre les Mustangs de Western.

«L’opinion que j’avais de notre équipe avant le début de la saison n’a pas changé. Nous sommes assez bons pour gagner contre n’importe qui... Mais pas assez bon pour espérer gagner en prenant plusieurs pénalités.»

C’est pourquoi les entraîneurs ont passé la dernière semaine à marteler le thème de la discipline. Le message qui sera livré la semaine prochaine en vue du premier match éliminatoire ?

«Il faut disputer une partie complète. Nous jouons toujours bien au début, mais nous finissons souvent mal nos matches», a rappelé Asselin.

Football universitaire

Les Gee Gees blanchis

Les Gee Gees d’Ottawa le savaient, dès le départ. Ils devaient jouer un « match parfait » pour étirer leur séquence victorieuse, ce week-end.

Ils n’ont pas été parfaits. Le duel fort attendu entre les deux meilleures équipes de football universitaire de l’Ontario fut, finalement, un duel à sens unique.

Dans leur stade de l’avenue Lees, samedi, les Gee Gees ont été battus 33-0 par les Mustangs de Western.

Les Gee Gees savaient en sautant sur le terrain qu’ils étaient confrontés à l’attaque la plus dévastatrice au pays. Ils ont réussi à contenir leurs rivaux pendant un bon moment.

Au premier quart, seule l’unité défensive a réussi à s’inscrire au pointage, avec un touché de sûreté. Un porteur de ballon de première année, Alex Taylor, a éventuellement réussi à se détacher.

Au deuxième quart, il a inscrit un touché en traversant le terrain sur une distance de 88 verges.

Il a récidivé au troisième quart, réussissant son deuxième majeur de la partie à la suite d’une course de 47 verges.

Le quart d’Ottawa, Sawyer Buettner, a été victime de deux interceptions, en plus d’être plaqué à quatre reprises derrière la ligne de mêlée.

Les Gee Gees, déjà qualifiés pour le tournoi éliminatoire de la Coupe Yates, compléteront leur saison régulière la semaine prochaine en rendant visite aux Gaels de Queen’s.

Football universitaire

Les Gee Gees affrontent les champions en titre

Il y a deux semaines, la défensive de cette équipe a réussi quatre interceptions devant plus de 24 000 personnes au match Panda. Puis il y a huit jours à Toronto, le quart-arrière recrue de cette même formation a lancé quatre passes de touché.

Tout va bien chez les Gee Gees d’Ottawa, détenteurs d’une fiche de 5-1 et classés cinquièmes au pays.

Un rendement surprenant pour une jeune équipe, qui s’apprête à passer son test le plus difficile de 2018.

Les Gee Gees reçoivent la visite samedi des Mustangs de Western. Les champions en titre de la coupe Vanier sont invaincus en six matches et semblent même encore plus redoutables que l’édition de l’an dernier. Ils ont marqué en moyenne... 50,8 points par partie.

« Ils (Mustangs) n’ont pas de faiblesse en attaque, avoue le coordonnateur défensif des Gee Gees, Jean-Vincent Posy-Audette.

«Ils possèdent une bonne ligne offensive, qui est grosse et dominante. Leur quart-arrière est excellent. Tu as de bons receveurs et tu as trois bons porteurs de ballon... Partout où elle va, cette équipe-là a gagné beaucoup de verges au sol.»

Un de ces demis défensifs, le Montréalais Cedric Joseph, a amassé 355 verges la semaine dernière contre Windsor.

Posy-Audette l’a répété. Ce sera un défi pour les Gee Gees.

«Il va falloir jouer un match parfait», a-t-il précisé.

Ce dernier mise quand même sur une tertiaire dominante si jamais Western décide de lancer le ballon. La défensive ottavienne a réussi 13 interceptions cette saison.

À lui seul, le demi défensif québécois Jamie Harry en compte cinq.

Posy-Audette a beau s’occuper de la défensive des Gee Gees, il garde tout de même un œil sur le rendement de l’attaque.

Le travail du quart de première année Sawyer Buetnner l’épate. La recrue originaire de Moose Jaw a lancé neuf passes de touché à ces deux dernières sorties.

«La première chose que je retiens de lui, c’est qu’il est un guerrier. Tous les gars veulent jouer pour lui. Quand il se fait frapper durant un match, il se relève tout le temps. Les autres clubs essaient de le déranger, mais Sawyer joue avec cœur. C’est un gagnant.»

Il y a un autre truc que les entraîneurs aiment bien chez Buetnner.

«Il est sérieux. Il va regarder les bandes vidéo. Il s’adapte rapidement. Il veut apprendre.»

Les Gee Gees auront une autre raison d’être gonflés à bloc en vue de cette confrontation au sommet de la conférence ontarienne. Ils avaient subi une dégelée de 63-10 aux mains de ces mêmes Mustangs pour conclure la saison dernière.

Cette partie entre deux des cinq meilleures équipes au pays sera suivie attentivement par les Ravens de Carleton.

Ces derniers se sont assuré une place en éliminatoire vendredi après-midi à Toronto, gagnant 35-20 contre les Lions de l’université York. Il s’agit de leur match final de la saison régulière, terminant avec un dossier de 5-3.

Le quart gatinois Mike Arruda a lancé trois passes de touché dans ce gain, dont une de 36 verges.

Sport régional

Le Challenge de Gatineau fête sa 10e édition

Ça va souffler plusieurs bougies au Challenge de Gatineau dans les prochains jours.

L’étape outaouaise du World Curling Tour (WCT), qui sera lancée vendredi, fêtera sa 10e édition. Le club de Buckingham, qui a mis au monde cet événement international, célèbre ses 100 ans.

Football universitaire

Autre défaite pour Arruda et les Ravens

Après un excellent début de saison, les Ravens de Carleton battent de l’aile au pire moment. Au point où ils pourraient rater les éliminatoires.

L’équipe de football universitaire a perdu un deuxième match de suite vendredi, s’inclinant 37-31 contre les Golden Hawks de Laurier au parc MNP. Elle a accordé 619 verges à l’adversaire.

Le quart-arrière gatinois Mike Arruda a encore connu une sortie difficile, étant intercepté à deux reprises. Il avait été victime de quatre interceptions la semaine précédente dans un revers aux mains des Gee Gees d’Ottawa au match Panda.

Carleton a pris l’avance 31-30 au milieu du quatrième quart lorsque le receveur québécois a inscrit son deuxième touché de la journée sur une réception de 45 verges. Sauf que 30 secondes plus tard, les Hawks ont répliqué avec une passe de touché de 78 verges de Connor Carusello.

Les Ravens (4-3) devront gagner leur dernier match du calendrier régulier la semaine prochaine afin de maintenir en vie leurs chances d’accéder aux éliminatoires. Ils se rendront en banlieue de Toronto afin d’affronter les Lions de l’université York (2-4).

L’an dernier, les Warriors de Waterloo avaient raté les éliminatoires malgré une fiche de 4-4.

Pendant ce temps, tout va bien au sein de l’autre formation universitaire de la capitale.

Les Gee Gees (5-1) se retrouvent seuls au second rang de la conférence ontarienne après avoir vaincu les Blues de Toronto, jeudi, par la marque de 53-21. Le quart recrue Sawyer Buettner a réussi quatre autres passes de touché. Il en compte maintenant cinq à ses deux dernières parties.

Ses coéquipiers et lui auront maintenant rendez-vous avec la seule équipe invaincue de la prochaine. Les Mustangs de Western, qui sont les champions en titre de la coupe Vanier, se pointeront au stade des Gee Gees, le week-end prochain. Ils ont gagné leurs six parties jusqu’ici, n’allouant que 76 points.

« Notre offensive prend sa place. Nous développons une chimie. Sawyer sait où envoyer le ballon et nous savons quoi faire. Je crois que le match contre Western sera un bon défi », a soutenu le receveur Carter Matheson, qui occupe le premier rang de la conférence ontarienne avec une moyenne de 21,6 verges par réception.

Basketball

Hanlan n’aura pas sa chance chez les Spurs

Vendredi, les Spurs de San Antonio mettaient sous contrat Olivier Hanlan. Trois jours plus tard, c’était déjà terminé pour le garde d’Aylmer avec l’équipe de la NBA.

Son nom n’apparaissait plus lundi sur l’alignement de la concession du Texas alors que s’ouvrait le camp d’entraînement. Le joueur âgé de 25 ans aurait été soumis au ballottage selon le site web projectspurs.com.

S’il n’est pas réclamé, Hanlan aura le choix de se rapporter au club-école des Spurs à Austin dans la G-League ou d’offrir ses services à une formation européenne. Ce dernier a joué deux saisons sur le Vieux-Continent en France et en Lituanie après un stage fructueux dans la NCAA à Boston College.

L’ancien des Cyclones de l’école secondaire Grande-Rivière était revenu en Amérique du Nord la saison dernière, aidant Austin à gagner le championnat de la ligue de développement de la NBA. Il avait inscrit 14 points en plus de récupérer sept rebonds dans le match ultime contre le club-école des Raptors de Toronto.

Hanlan a entamé 30 des 44 parties des petits Spurs en saison régulière. Il a aussi participé au camp estival de l’équipe nationale du Canada, mais l’entraîneur-chef ne l’avait pas retenu pour des joutes de qualification de Coupe du monde, dont une disputée à Ottawa.

L’athlète de 6’4’’ et 190 livres avait été un choix de de deuxième ronde du Jazz de l’Utah en 2015. San Antonio avait obtenu ses droits un an plus tard.

Hockey junior

Sixième coupe de suite pour les Vikings ?

Indélogeables depuis cinq ans au sommet de la hiérarchie de la Ligue de hockey junior B de l’Est ontarien (CCHL2), les Vikings de Casselman pourront-ils pousser l’audace à ajouter un sixième championnat consécutif ?

Les 15 autres clubs de la ligue feront tout ce qui est possible pour les empêcher de réaliser cet exploit inédit dans l’histoire du circuit né en 1967. « Juste à regarder Twitter, on voit bien que nous sommes l’ennemi à abattre. Tout le monde veut notre peau. Tout le monde nous déteste, mais ce n’est pas grave. Nous sommes prêts à vivre avec ça », a avancé le directeur général du club Raymond Lavergne.

Gee Gees

Un secondeur gatinois fait sa place chez les Gee Gees

Le retour au bercail de Kyle Rodger se passe bien.

Le secondeur gatinois mène la défensive des Gee Gees d’Ottawa avec 16 plaqués en trois parties cette saison. Après avoir été surtout utilisé au sein des unités spéciales lors du premier match contre Laurier, il a été muté dans l’alignement partant défensif en vue des deux parties suivantes contre McMaster et Guelph.

Football universitaire

Edouard s’amuse, les Ravens aussi

La saison de football universitaire s’avère jeune, mais les Ravens de Carleton alignent déjà une défensive vorace.

L’unité du nouveau coordonnateur défensif Paul Eddy Saint-Vilien mène la conférence ontarienne au chapitre des revirements provoqués lors des trois premières semaines du calendrier régulier. Elle a réussi quatre interceptions et en plus de récupérer trois ballons échappés par l’adversaire.