Pluie de trous d’un coup à Cumberland

Golf

Pluie de trous d’un coup à Cumberland

C’est peut-être l’effet de l’eau de la rivière des Outaouais. Ou l’air frais de l’Est ontarien. Ou tout simplement les golfeurs qui s’avèrent plus chanceux en cette année de pandémie sur ces verts et allées qui bordent la route 17, à Cumberland.

Dix trous d’un coup ont déjà été réussis lors des six premières semaines de la saison au club privé Camelot en mai et juin.

Sifu Patrick Marcil: le faiseur de champions

AMM

Sifu Patrick Marcil: le faiseur de champions

Dans un coin de ce dojo de la rue Notre-Dame, il y a une cage d’arts martiaux mixtes. Plus loin, on retrouve un mur tapissé de coupures de journaux qui relatent les exploits des élèves qui ont défilé depuis deux décennies.

Dave Leduc est devenu une vedette en Asie. Il possède plusieurs titres de champion du monde de lethwei, considéré un des sports les plus violents au monde. Tous les coups sont permis, que ce soit avec la tête, les coudes ou les genoux.

Mélodie Collard fêtée en attendant un premier tournoi

Tennis

Mélodie Collard fêtée en attendant un premier tournoi

Elle venait de terminer une séance d’entraînement au centre national de Tennis Canada à Montréal quand les dirigeants du Gala Excellence Sportive Outaouais ont annoncé la nouvelle.

Mélodie Collard venait d’être choisie l’athlète internationale féminine de l’année lundi soir lors d’une cérémonie virtuelle. La 25e raquette junior au monde chez les femmes a devancé trois autres solides candidates en lice pour ce titre, la kayakiste de l’équipe nationale Lissa Bissonnette, la nageuse paralympique Camille Bérubé et la taekwondoïste Natacha Poulin.

Pas de bedaine pour l'équipe canadienne de volley-ball

Volley-ball

Pas de bedaine pour l'équipe canadienne de volley-ball

Portant sac à dos et chandail à manches courtes aux couleurs du Canada, Nicholas Hoag affichait un large sourire à sa sortie du centre sportif de Gatineau.

Certains de ses coéquipiers de l’équipe nationale de volley-ball masculin et lui ont pu participer à une première séance d’entraînement, lundi matin, depuis le début du confinement. «Ça fait du bien de s’entraîner à nouveau», avoue Hoag, le seul joueur québécois de la formation olympique dirigée par son père Glenn.

«Ça fait trois mois que les joueurs n’ont pas vraiment touché au ballon, souligne pour sa part l’entraîneur adjoint et ancienne vedette d’Équipe Canada, Gino Brousseau.

«Mais il faut faire attention, note-t-il. On ne veut pas briser les joueurs. On ne veut pas les blesser. C’est une reprise progressive. Il n’y a pas de compétitions. On les remet en forme en ce moment.»

Volleyball Canada a annoncé le retour au jeu de ses joueurs, la semaine dernière. Le centre sportif de Gatineau, qui loge l’équipe nationale depuis une décennie, demeure toutefois fermé au grand public.

L’accent sera mis sur les gestes techniques lors de la première des trois semaines du camp d’entraînement de la formation canadienne, qui participera aux Jeux olympiques à l’été 2021, à Tokyo. Les deux semaines suivantes serviront à apprivoiser à nouveau les concepts tactiques.

«Nous voulons préparer les joueurs en vue de leur saison pro. La majorité des gars partiront vers le début du mois d’août pour retrouver leurs équipes respectives», rappelle Brousseau.

La bonne nouvelle?

Aucun des premiers joueurs à se rapporter à la formation nationale ne portait une petite bedaine en raison de la longue période d’inactivité.

«Un suivi a été fait depuis le début du confinement par notre préparateur physique. Les athlètes ont respecté les règles. Il n’y a pas eu de surprises. Tout le monde est sensiblement en bonne forme physique», assure Gino Brousseau.

Et les premières touches en gymnase lundi, étaient comment?

«On sentait les joueurs un peu rouillés. Les premiers contacts semblaient un peu bizarres. Mais ça se replaçait après une dizaine de contacts», indique Brousseau.

Des courbatures seront au menu dans les prochains jours pour plusieurs de ces joueurs.

«C’est sûr. Mais ce sera un bon mal à avoir», lance le passeur albertain Brett Walsh, qui fait carrière dans les rangs pros en Belgique.

Nicholas Hoag, lui, risque d’être un peu moins mal en point. Il avait pu participer à des entraînements individuels, il y a deux semaines.

Claude Tessier, entraîneur de l’année en Outaouais

Sport régional

Claude Tessier, entraîneur de l’année en Outaouais

Depuis le temps où il s’implique pour le développement du badminton, Claude Tessier est bien connu, partout, en Outaouais.

Le bénévole de longue date vient néanmoins de remporter un prix qui lui avait toujours échappé. Dans la version virtuelle du Gala Excellence Outaouais, vendredi, on lui a remis le titre d’entraîneur excellence.

Après plus de 40 ans, M. Tessier continue de travailler à différents niveaux. Il a côtoyé une trentaine d’athlètes de différents niveaux, au cours de la dernière année.

«Nous avons beaucoup à apprendre», se plaît-il à répéter.

M. Tessier continue d’occuper le poste de commissaire de la ligue de badminton du Réseau du Sport Étudiant du Québec (RSEQ). Il innove aussi en organisant des rencontres amicales pour l’équipe nationale des sourds. Cette équipe pourrait même participer aux Jeux Sourdslympiques, en 2021.

Un autre intervenant de longue date, Pierre Millette, a été décoré. Il a mérité le titre d’officiel de l’année pour son implication en ski de fond.

Deux athlètes de la relève, Laurence Méthot et Yasser Riad, ont remporté les prix d’athlètes de l’année au niveau provincial.

Laurence Méthot, qui est âgée de 16 ans, est arrivée au premier rang au total des épreuves, lors de la première sélection provinciale de la dernière année, en gymnastique.

Yasser Riad, qui est âgé de 17 ans, a réussi à se qualifier pour les championnats nationaux de la jeunesse d’athlétisme pour un edeuxième année consécutive. Il a remporté la médaille de bronze au 1500 mètres.

Le Club de sport en fauteuil roulant de Gatineau a mérité le prix d’Organisme de l’année.

Gala Excellence Outaouais: les sprinters de la relève à l’honneur

Sport régional

Gala Excellence Outaouais: les sprinters de la relève à l’honneur

Le Gala Excellence Outaouais a débuté, dans sa version virtuelle, jeudi soir. On a décerné les premiers prix, dont ceux de la découverte de l’année.

Constat: la relève est rapide.

Du côté masculin, comme du côté féminin, on a honoré des sprinters.

La découverte féminine de l’année se nomme Emma Martins. L’adolescente de 17 ans, qui étudiait à l’école secondaire D’Arcy McGee, s’est démarquée lors des épreuves de 100 mètres, au cours de la dernière année.

En juin 2019, au terme de sa première année d’athlétisme, elle a remporté la médaille d’or, chez les juvéniles, lors du championnat provincial scolaire.

Un mois plus tard, tout en égalant son record personnel, elle a remporté la médaille de bronze lors des championnats provinciaux civils.

«La progression d’Emma a été fulgurante. En 2018, elle était inconnue. En 2019, elle est devenue championne du Québec. Ce n’est pas vraiment étonnant, quand on voit tout le sérieux qu’elle démontre à l’entraînement et la combativité dont elle fait montre en compétition», explique son entraîneur, Rova Rabemananjara.

Un autre protégé de M. Rabemananjara a été couronné chez les garçons.

Pierre-Alexandre McNicoll est un coureur très polyvalent. Au cours de la dernière année, le jeune homme de 13 ans a entre autres remporté une médaille de bronze sur 300 mètres, lors des championnats provinciaux où il était surclassé.

Il a également remporté des médailles lors de compétitions provinciales sur 800 mètres, sur 150 mètres, au relais 4X100 mètres ainsi qu’au relais 4X400 mètres.

Trois autres prix ont été décernés, durant cette première soirée du gala.

La Compétition SYNC de natation artistique a remporté le prix d’événement de l’année.

Yvan Vallée, qui s’implique dans le monde du soccer, est devenu le bénévole de l’année.

Olivier Tyteca, enseignant dans le monde de l’escrime, est devenu l’entraîneur relève de l’année. Ce prix est présenté par la Fondation Pat-Burns.

D’autres lauréats seront dévoilés, vendredi.

Les Tyrans dispersés à travers la LBJÉQ

Baseball

Les Tyrans dispersés à travers la LBJÉQ

À défaut d’avoir un club dans la Ligue de baseball junior élite du Québec (LBJÉQ) en 2020, certains joueurs des Tyrans de Gatineau pourront quand même lutter pour le championnat dans une saison écourtée par le virus de la Covid-19.

Dix-sept de leurs joueurs ont été réclamés dans un repêchage spécial de dispersion lundi soir, dont huit par les Bisons de St-Eustache.

Les Flames mettent le paquet pour former leurs joueurs

Flames de Gatineau

Les Flames mettent le paquet pour former leurs joueurs

Avec de nouveaux propriétaires et administrateurs en place, les Flames de Gatineau veulent faire les choses différemment dans la Ligue de hockey junior AAA du Québec.

Après avoir passé la majorité de leurs cinq premières saisons dans les bas-fonds du classement de la ligue, les Flames visent non seulement un championnat d’ici trois ans, mais ils veulent aussi développer des joueurs afin de les préparer à la prochaine étape de leurs carrières.

L’Alexandre de Tunis est sauvé

Golf

L’Alexandre de Tunis est sauvé

Il est tenace, ce virus, mais pas encore assez puissant pour interrompre une tradition qui perdure depuis 70 ans en Outaouais et dans l’Est ontarien.

À moins que la Covid-19 revienne en force cet été, la 71e édition du plus prestigieux tournoi de golf amateur à se tenir dans la région aura bel et bien lieu au club Camelot, mais deux mois plus tard que prévu, avec moins de golfeurs et une seule ronde.

Suivant le mouvement des mesures de déconfinement au Québec et en Ontario, Golf Québec a eu l’autorisation de redémarrer ses activités avec un calendrier écourté qui va s’étirer de la fin juillet au mois de septembre.

Le tournoi Alexandre de Tunis, prévu pour les 29 et 30 juin au club Camelot de Cumberland, a été repoussé au 31 août. Habituellement, il représente le premier joyau de la triple couronne du championnat amateur du Québec. Cette fois, l’ordre sera inversé. Le championnat provincial masculin, féminin et junior sera disputé sur trois jours du 1er au 3 août à Lachute. Le «Tunis» suivra le 31 août et le Duc de Kent sera disputé à Québec le 14 septembre.

«C’est le monde à l’envers. Les trois tournois vont servir de qualification pour l’Omnium printanier, qui sera presque un tournoi automnal à Beaconsfield, le 18 septembre cette année. Les tournois de la triple couronne disputés dans les régions d’Ottawa/Gatineau, de Québec et de Montréal vont servir de qualification pour ce tournoi», a expliqué le directeur des tournois de Golf Québec, Éric Couture.

Retour encourageant sur le losange en Outaouais

Baseball

Retour encourageant sur le losange en Outaouais

Les premières balles du baseball mineur ont été lancées et frappées durant les deux derniers jours en Outaouais.

Samedi, les équipes de l’Association de baseball élite de l’Outaouais tenaient leurs premiers entraînements en cette ère de la COVID-19 au parc Sanscartier, à Gatineau. Le lendemain, c’était au tour de 200 joueurs de Baseball Aylmer à fouler les terrains de gazon naturel.

Louis-Riel Soccer, une pépinière de joueurs pros

Soccer

Louis-Riel Soccer, une pépinière de joueurs pros

Le programme de soccer de l’école secondaire publique Louis-Riel fêtera déjà ses 15 ans lors de la prochaine rentrée scolaire à Ottawa.

Vanessa Gilles ne s’avère qu’un des nombreux anciens élèves qui évoluent dans les rangs pros. Au haut de la liste, on retrouve le nom d’un autre membre de l’équipe nationale, mais chez les hommes, Jonathan David.

Ce dernier joue en championnat belge depuis 2018 avec la Gantoise. L’attaquant âgé de 20 ans aimerait rejoindre la Bundesliga plus tard cet été.

À LIRE AUSSI : Vanessa Gilles au paradis du soccer

Prendre la parole à l’ONU

«J’ai pu m’entraîner un peu avec Jonathan à ma dernière année à Louis-Riel. Je suis un peu plus vieux que lui», souligne Gilles.

Deux autres produits de Louis-Riel, le gardien Yann-Alexandre Fillion et l’arrière droit Zachary Sukunda, font partie de l’Ekenas IF, en Finlande, tandis qu’Abdoulaye Samake et Raphael Garcia poursuivent leur carrière dans la CPL, respectivement chez le Pacific FC et le Valour FC.

«Nous avons six joueurs en ce moment dans les rangs pros», note le directeur des programmes de Louis-Riel Soccer (LR Soccer), Joé Fournier.

Ajoutez à eux Haydn Bechthold, qui se trouve en Angleterre au sein du Tadcaster Albion AFC.

Haider Kadhom a été la propriété des Whitecaps de Vancouver pendant quelques années. Quant au gardien Chad Bush, qui a déjà été membre du Fury d’Ottawa, il étudie maintenant à l’Université de la Colombie-Britannique.

«Nous avons plusieurs anciens qui ont joué aussi dans les rangs universitaires», fait remarquer Fournier.

Vanessa Gilles: prendre la parole à l’ONU

Soccer

Vanessa Gilles: prendre la parole à l’ONU

Elle excelle sur le gazon avec un ballon, mais Vanessa Gilles peut se montrer tout aussi captivante, sur scène, avec ses talents d’oratrices. Au point où elle a prononcé un discours aux Nations Unies, il y a 15 mois.

« J’étais vachement nerveuse, je dois l’avouer », avoue-t-elle.

Vanessa Gilles au paradis du soccer

Soccer

Vanessa Gilles au paradis du soccer

Vanessa Gilles effectue le décompte chaque matin. À quand remonte sa dernière présence sur un terrain de soccer en France où elle évolue depuis deux ans en première division.

« Ça fait 83 jours.... Ça fait longtemps », lance la joueuse de soccer d’Ottawa au bout du fil.

Projet de fusion pour le soccer en Outaouais

COVID-19

Projet de fusion pour le soccer en Outaouais

Le paysage du soccer en Outaouais risque de subir une transformation importante en 2021.

Deux des huit clubs se dirigent vers une fusion. Le FC Gatineau et le CS Aylmer représentent 1800 et 1400 joueurs sur leur territoire respectif, le tiers des participants de ce sport dans la région.

Ses dirigeants planchent en coulisse sur ce projet depuis plusieurs mois.

À LIRE AUSSI : Le retour au jeu attendra encore un peu en Outaouais

«Ça n’a rien à voir avec la pandémie. Les discussions ont commencé bien avant et elles avaient été même mises sur pause à un certain moment durant la pandémie», assure François Dahlem, membre du conseil d’administration du FC Gatineau qui dessert la clientèle du secteur Hull.

Les deux clubs ont convoqué leurs membres à une conférence virtuelle, le 11 juin prochain, afin de présenter ce qu’ils qualifient de «projet d’unification». «La Ville de Gatineau a aussi été impliquée dans les discussions dans les derniers mois», note M. Dahlem.

Autant le FC Gatineau que le CS Aylmer refusent de discuter des détails autour de ce mariage. Dans un courriel envoyé aux parents des joueurs de même que les médias, ils avancent que «ce projet d’union donnera naissance à un seul club unifié, plus compétitif sur la scène provinciale».

Que «ce projet d’unification permettra à chaque joueur de progresser et d’atteindre, selon ses capacités, les plus hauts niveaux de compétition», peut-on lire.

Est-ce que les diverses crises par le CS Aylmer ont motivé ce rapprochement? Le club s’est retrouvé notamment avec un déficit important à éponger dans la dernière année et demie.

Le retour au jeu attendra encore un peu en Outaouais

COVID-19

Le retour au jeu attendra encore un peu en Outaouais

Les joueurs de soccer et de baseball en Outaouais peuvent fêter... un peu. Ils pourront reprendre enfin leur sport d’équipe favori en plein air.

En revanche, la patience sera de mise pour ces ados et leurs parents de Gatineau et ailleurs dans la région. Le retour au jeu n’aura pas lieu dès le 8 juin, la date la plus hâtive permise jeudi par le gouvernement du Québec.

«C’est certain que ça ne recommencera pas ici le 8 juin. On parle de lundi prochain. C’est vraiment vite», affirme Monique Charron, la présidente de Baseball Québec - Région Outaouais, qui représente 1500 joueurs.

À LIRE AUSSI : Projet de fusion pour le soccer en Outaouais

«La ministre dit le 8 juin, mais on ne peut pas juste repartir comme ça. Il y a toute une machine derrière ça», avoue pour sa part le directeur général de Soccer Outaouais, Richard Gravel.

Autant les dirigeants du baseball que du soccer ne s’attendaient pas à un retour si rapide. Il reste des dossiers à finaliser. Ils travaillaient dans l’optique que la relance soit autorisée vers la fin du mois avec des ateliers et séances d’entraînement.

Québec évoque même maintenant la possibilité de donner le feu vert à des parties dans les derniers jours de juin.

«Il va falloir communiquer avec nos membres pour contrôler les attentes», note le président de Baseball Aylmer, Daniel Caron, dont l’organisation comptait 330 joueurs en 2019.

Dans certaines associations sportives en Outaouais, il reste encore à acheter du savon et des produits désinfectants. Dans d’autres, il faut adapter les récents plans des fédérations provinciales à la réalité locale, notamment les mesures demandées par la santé publique.

Le Gala Excellence Sportive Outaouais dévoile ses finalistes

Sport régional

Le Gala Excellence Sportive Outaouais dévoile ses finalistes

Une joueuse de tennis qui a participé aux Internationaux de France à Roland-Garros, un triathlète qui a gagné le bronze en Coupe du monde en Chine et un skieur qui a pris le départ des championnats du monde des moins de 23 ans en Allemagne font partie des finalistes en vue du prochain Gala Excellence Sportive Outaouais.

Le comité organisateur de la quatrième édition a dévoilé lundi les 43 finalistes pour les 12 prix et bourses qui seront remis. Il a aussi annoncé que Desjardins se joignait à l’événement à titre de partenaire présentateur.

Les Gee Gees redeviendront une puissance, selon Marcel Bellefeuille

Football

Les Gee Gees redeviendront une puissance, selon Marcel Bellefeuille

L’Université d’Ottawa est heureuse de rapatrier un «membre de la famille des Gee Gees». Marcel Bellefeuille a quitté un poste d’entraîneur-adjoint chez les Alouettes de Montréal, dans la Ligue canadienne de football (LCF), afin d’accepter le poste d’entraîneur-chef au sein de son alma mater.

«Nous voulions embaucher quelqu’un qui aurait un impact immédiat», a déclaré la directrice du service des sports de l’université, Sue Hylland, au moment de confirmer «le secret le moins bien gardé à Ottawa».

Bellefeuille, a-t-elle rappelé, dirigeait les Gee Gees lors de leur dernière conquête de la Coupe Vanier, en 2000.

L’entraîneur bilingue, qui rentre au bercail avec quelques cheveux gris de plus, est convaincu qu’il peut renouer avec ces succès.

Il croit même que, sous sa gouverne, les Gee Gees pourront aspirer au championnat national sur une base quasi-annuelle.

Il va même jusqu’à prédire que son équipe deviendra la référence, dans tout le pays.

«Je ne veux pas diriger l’équipe qui rivalise avec les Mustangs de Western. Je veux qu’on devienne l’équipe que Western pourchasse, au classement. Je ne veux pas diriger l’équipe qui rivalisera avec le Rouge et Or de l’Université Laval. Je veux qu’on forme l’équipe que Laval pourchasse», a-t-il déclaré, vers la fin de la conférence virtuelle durant laquelle il a été présenté aux médias.

«Pour que ce soit possible, il faut d’abord adopter la bonne attitude. Il faut qu’on le bon état d’esprit pour avancer. J’ai des outils, dans mon coffre, pour construire tout ça.»

«Je veux qu’on devienne le modèle à suivre, partout, au pays.»

Le prédécesseur de Bellefeuille, Jamie Barresi, lui laisse une maison en ordre. Les Gee Gees ont conservé une fiche cumulative de 16-8 au cours des trois dernières saisons.

Pour atteindre ses objectifs ambitieux, le nouveau patron devra quand même se retrousser les manches.

Les Mustangs, puissance numéro un en Ontario, n’a pas subi un seul revers, en saison régulière, durant la même période.

Hockey féminin: Chelsea Grills reste à la barre des Gee Gees

Hockey universitaire

Hockey féminin: Chelsea Grills reste à la barre des Gee Gees

L’Université d’Ottawa n’a pas eu besoin de chercher trop loin pour combler le poste d’entraîneure-chef de l’équipe de hockey féminin des Gee Gees.

Chelsea Grills avait pris la relève de Yanick Evola quand il a démissionné en novembre dernier à la recherche d’une autre opportunité, étant promue de son poste d’adjointe pour assurer l’intérim. Le poste à temps plein lui a finalement été confié mercredi, a annoncé la directrice du Service des sports de l’Université d’Ottawa, Sue Hylland.

Jeff Hunt quitte l’OSEG

Sports

Jeff Hunt quitte l’OSEG

Une chapitre important de l’histoire sportive d’Ottawa va bientôt se conclure. L’homme d’affaires Jeff Hunt s’apprête à quitter l’Ottawa Sports and Entertainment Group (OSEG).

M. Hunt a lui-même contacté Le Droit, mercredi, pour annoncer la nouvelle.

COVID-19: la Gatinoise Mélodie Collard bénéficiera d'un programme de bourses

Tennis

COVID-19: la Gatinoise Mélodie Collard bénéficiera d'un programme de bourses

Coup de chance pour Mélodie Collard. La Gatinoise fait partie des 23 joueurs de tennis qui bénéficieront d’un programme de bourses créé par la Banque Nationale à l’intention des athlètes canadiens privés de revenus en raison de la pandémie de la COVID-19.

Les bourses varient entre 10 000 $ et 20 000 $ par athlète et sont fixées d’après le classement. Pour être admissibles, les athlètes doivent être classés entre le 100e et le 750e rang mondial en simple, entre le 25e et le 100e en double, parmi les 100 meilleurs espoirs de l’ITF ou parmi les 50 premiers des classements en simple ou en double en fauteuil roulant.

La zone grise des écoles de hockey

Hockey

La zone grise des écoles de hockey

C’est la rentrée dans les écoles primaires dans les différentes régions du Québec lundi, sauf celles de Montréal.

Cette importante mesure de déconfinement suscite son lot d’inquiétudes auprès des parents d’enfants concernés ainsi que des enseignants craignant une exposition à la COVID-19.

Stewart-Jones exclue, mais pas abattue

Ski de fond

Stewart-Jones exclue, mais pas abattue

Katherine Stewart-Jones n’a pas l’intention de ranger ses skis.

L’athlète de Chelsea, qui a soufflé 25 bougies cette semaine, accepte mal les plus récentes décisions de Nordiq Canada. De façon à mieux reconstruire l’équipe nationale de ski de fond, les dirigeants de l’organisme ont récemment annoncé qu’ils écartaient trois des athlètes les plus performants du pays, au cours de la dernière saison, sur le circuit de la Coupe du monde.

Stewart-Jones a été emportée par cette vague.

Elle comprend mal cette décision, qui survient alors qu’elle vient de livrer ses meilleurs résultats en carrière. À la fin du mois de février, elle a réussi à percer le top-30 pour la toute première fois, au Ski Tour.

«Je me croyais même capable de percer le top-20 dans des compétitions internationales.»

Toute l’année, elle s’était entraînée dans le but de livrer ses meilleures performances dans les dernières courses de l’année. En mars, l’élite mondiale du ski de fond devait se retrouver au Canada, chez elle.

«Certaines compétitions devaient avoir lieu à Canmore, où je vis et où je m’entraîne. J’avais consacré beaucoup de temps et d’énergie à me préparer en prévision de ces épreuves. J’étais confiante», dit-elle.

La pandémie mondiale de COVID-19 a forcé l’annulation de ces épreuves.

Stewart-Jones aurait cru que les dirigeants de l’équipe canadienne tiendrait compte de cette réalité, au moment de sélectionner ses membres pour la saison 2020-21. Ça n’a pas été le cas.

«Pour moi, c’est un choc», confie-t-elle.

«J’ai toujours eu comme but de continuer jusqu’aux Jeux olympiques de 2022. J’aimerais même continuer jusqu’en 2026. En 2026, j’aurai 30 ans. La plupart des skieurs qui font des épreuves de longue distance atteignent leur apogée vers la fin de la vingtaine ou dans le début de la trentaine!»

De Haître s’inspire de Pierre Harvey

Sports

De Haître s’inspire de Pierre Harvey

Plusieurs nuits blanches et cinq semaines plus tard, Vincent De Haître a pris sa décision. Il va tenter le grand coup et essayer de participer à deux aventures olympiques en l’espace de sept mois.

L’athlète franco-ontarien de Cumberland croit être capable de s’entraîner autant en cyclisme sur piste qu’en patinage de vitesse dans la prochaine année. Ce qui lui permettrait de participer aux Jeux d’été à Tokyo en juillet 2021, puis les Jeux d’hiver en février 2022 où il espère gagner une médaille à Pékin.

Inscriptions suspendues pour la Fin de semaine des courses d’Ottawa

Sport régional

Inscriptions suspendues pour la Fin de semaine des courses d’Ottawa

La Fin de semaine des courses d’Ottawa résiste toujours à la vague d’annulations. Mais ses dirigeants ont déjà pris une décision majeure lundi.

La prise de nouvelles inscriptions a été suspendue en vue de l’édition prévue les 23 et 24 mai. Un courriel a été envoyé à tous les anciens et actuels participants du rendez-vous. « Ça permet de prendre un pas en arrière pour l’instant tout en continuant de suivre attentivement l’évolution de la situation », a expliqué le nouveau directeur général, Ian Fraser, au Droit.

« Nous avions encore des gens qui s’inscrivaient vendredi, samedi et dimanche. J’étais sous le choc de voir ça. Mais en même temps, ça démontre que plusieurs personnes sont encore très optimistes ! »

Le Marathon de Toronto, lui, n’aura pas lieu. Ses organisateurs ont annoncé lundi que l’événement prévu le 3 mai a été annulé. Une décision qui n’est pas passée inaperçue dans la capitale nationale.

« Notre événement a lieu trois semaines plus tard. Donc nous avons encore un peu de temps devant nous, a soutenu Ian Fraser. Ça ne fait pas de mal à personne d’attendre avant de prendre une décision. Tout le monde a autre chose à gérer en ce moment. »

La FDS des courses comptait plus de 32 000 participants en 2019. Le DG a rappelé que son équipe demeure en contact avec les autorités de la santé publique et allait suivre leurs recommandations.

« Donc pour le moment, nous ne faisons que mettre en suspens les nouvelles inscriptions. Nous n’annulons pas l’événement et nous avons bien l’intention de le tenir », a-t-il soutenu dans une vidéo diffusée sur le site web de la FDS des courses d’Ottawa.