Jordan Spieth

Spieth l'emporte par un coup

L'Américain Jordan Spieth a réussi un oiselet clé au 16e pour filer vers une victoire par un coup à l'Omnium des États-Unis, hier.
Spieth (69) s'est imposé in extremis devant son compatriote Dustin Johnson (70) et Louis Oostuizhen (67), de l'Afrique du Sud.
Ce 16e trou a été un point tournant car le Sud-Africain Branden Grace, avec qui Spieth partageait la tête, y a inscrit un double boguey pour glisser au tableau.
Spieth a toutefois fait toute une bourde au 17e, alors qu'un double boguey lui a fait perdre son avance de deux coups.
Il s'est retrouvé à égalité à moins quatre avec Oosthuizen, qui a obtenu six oiselets à ses sept derniers trous - pour Oosthuizen, la progression a été d'autant plus notable qu'il a joué 77 en première ronde.
Spieth a ensuite sauvé les meubles avec un superbe coup d'approche au 18e, y récoltant son quatrième oiselet de la journée pour reprendre les commandes, à moins cinq (275).
Mais pour que Spieth puisse triompher, il aura aussi fallu un dénouement crève-coeur pour Johnson, au 18e.
Johnson pouvait forcer la tenue d'une ronde de prolongation, qui aurait été disputée aujourd'hui, mais il a raté de justesse un roulé de quatre pieds.
Il devait donc se contenter d'une normale, ce qui a concrétisé la victoire de Spieth, au club Chambers Bay.
Johnson s'était donné une chance de l'emporter après un mauvais passage de trois bogueys en quatre trous, à partir du 10e.
Cela ne s'était pas vu depuis 2002, quand Tiger Woods a signé ce doublé. Craig Wood (1941), Ben Hogan (1953), Arnold Palmer (1960) et Jack Nicklaus (1972) ont également réussi l'exploit.
Le Nord-Irlandais Rory McIlroy a menacé de s'approcher des meneurs, inscrivant six oiselets avant de commettre deux bogueys, aux 15e et 17e trous. Sa ronde de 66 lui a valu la normale pour le tournoi, soit 280.
Brad Fritsch, de Manotick, a conclu à 288, à la suite d'un 72.