Olivier Rochon tentera de participer aux Olympiques pour une première fois en carrière.

Ski acrobatique: Rochon serein à quatre mois des Jeux

Olivier Rochon espère que la troisième fois sera la bonne.
L'ancien champion du globe de cristal zieute une première participation en carrière aux Jeux olympiques en février prochain à PyeongChang. Il avait raté sa qualification en 2010 par quelques maigres points. Puis en 2014, une blessure subie quelques mois avant le rendez-vous de Sotchi l'avait tenu à l'écart de l'équipe canadienne.
« Je suis plus serein. Et je ne suis pas trop stressé. Ça fait 12 ans que je suis un athlète de haut niveau. Je sais ce qui m'attend dans les prochains mois », a dit Rochon, lundi, entre deux séances d'entraînement aux rampes d'eau du lac Beauport.
Le Gatinois âgé de 28 ans assure que sa santé se porte bien. Sa carrière a été marquée par les blessures. Souvent, ce fut le fruit de la malchance. Sa plus récente ? Une perte d'ouïe dans l'oreille droite.
C'est survenu en avril en reprenant l'entraînement hors neige. « Cela a commencé par un silement. Puis j'ai eu des nausées et une perte d'équilibre. J'étais incapable de marcher », a relaté Rochon.
« J'ai passé plusieurs tests. Il n'y avait aucune masse derrière le tympan. J'ai eu des injections de cortisone et cela a fonctionné. Les médecins pensent que c'était peut-être un virus ou que c'était relié à la blessure à l'oeil que j'ai subi il y a quelques années. »
Ce que Rochon sait ? Tout est rentré dans l'ordre huit semaines plus tard, en juin.
L'été a été passé à peaufiner ses sauts, dont le nouveau appris l'hiver dernier. Ses coéquipiers et lui passeront aux entraînements sur neige à la mi-novembre, en Finlande.
Ça servira de préparation finale en vue des qualifications olympiques. Ski acrobatique Canada retiendra les trois meilleurs résultats de chaque athlète depuis la saison dernière afin de sélectionner son équipe.
Dans le cas de Rochon, ses trois meilleures performances avèrent une sixième position aux championnats du monde en Espagne, une septième place à la Coupe du monde de Deer Valley et le 11e rang à Minsk.
En ce moment, aucun autre spécialiste des sauts au pays ne montre des résultats supérieurs aux siens.
« Il me reste encore plusieurs opportunités pour améliorer ça. Nous allons avoir six compétitions sur le circuit de la Coupe du monde. »
Les deux premières épreuves sont prévues en Chine, quelques jours avant Noël.
Rien n'a été laissé au hasard en cette saison olympique.
Olivier Rochon avoue avoir passé du temps chez le psy.
« Je dois être à mon meilleur dans les prochains mois. Nous avons travaillé beaucoup sur ma préparation mentale. Souvent l'an dernier quand j'arrivais à la super finale d'une compétition, quand ça comptait, je m'écroulais. Il y a quelque chose qui se passait », a-t-il raconté.
« Nous avons trouvé des moyens pour régler mon blocage mental. »
Si Olivier Rochon en parle ouvertement, c'est qu'il se sent confiant à l'approche du grand test. Puis il sait déjà que la prochaine saison ne sera pas sa dernière.
« J'ai toujours dit que je voulais faire un autre cycle olympique après celui-ci. La seule différence, c'est que je vais prendre quelques mois et non les trois semaines habituelles après la saison pour me reposer. »