Shawn Boudrias a bien mal pris le départ de Balmas et Thompson.

Shawn Boudrias multiplie les points

Quand Vitalii Abramov a été échangé aux Tigres de Victoriaville en novembre, tous les joueurs des Olympiques ont dû avaler leur pilule.

Quand Mitchell Balmas et Will Thompson ont été échangés à leur tour pendant le dernier temps des Fêtes, Shawn Boudrias a absorbé le coup encore plus durement.

«Depuis que j’ai 16 ans qu’ils étaient avec moi. Nous avons même habité ensemble. C’était mes meilleurs chums. Nous étions arrivés ici à partir de Charlottetown. J’ai vraiment trouvé ça dur au début.»

Comme toute l’équipe, Boudrias a connu un passage à vide au mois de janvier, mais l’attaquant de 18 ans est au centre des succès des Olympiques qui n’ont pas encore subi la défaite en temps réglementaire au mois de février. Dans cette séquence de huit matches, le géant de 6’4’’ a multiplié les points. Il en a collectionné 16 depuis le début du mois. Après avoir récolté huit points en trois matches la semaine dernière, il a été élu la deuxième étoile de la semaine dans la LHJMQ derrière... Vitalii Abramov qui a engraissé sa fiche offensive de neuf points en quatre matches.

«C’est la deuxième fois que j’obtiens la deuxième étoile de la semaine cette année. Chaque fois, j’ai disputé un match de moins que la première étoile. J’aurais aimé avoir un quatrième match comme Vitalii pour avoir d’autres points!»

Boudrias a récolté tous ses points en étant jumelé à Alexandre Landreville, pourtant pas reconnu pour son explosion offensive. Depuis quelques matches, il évolue même avec Olivier Plourde, un joueur rappelé de la Ligue junior AAA pour pallier les blessures et les suspensions. Comment Shawn Boudrias arrive-t-il à produire comme jamais?

Un trio inspirant


«Premièrement, j’ai arrêté de penser à la perte de mes chums et je me suis remis à jouer au hockey. Quand j’arrive à l’aréna, je suis pleinement concentré. Je sais que l’équipe a besoin de moi pour l’aider à gagner. Deuxièmement, Landreville et Plourde travaillent très fort. Alex a un rôle plus offensif dernièrement (il a neuf points en huit matches en février) et Plourde a eu son premier point la semaine passée et il a suivi avec son premier but. Il a super bien joué dans notre victoire à Boisbriand.»

Au sujet de ce nouveau trio, l’entraîneur-chef Éric Landry a dit qu’il s’était inspiré de ses expériences personnelles pour rassembler Boudrias, Landreville et Plourde.

«Les bons trios ne sont pas nécessairement construits avec les meilleurs joueurs d’une équipe. Dans ma carrière, j’ai eu de bons moments avec des joueurs moins offensifs juste parce que nous avions une bonne chimie. Je trouve que ces trois-là vont bien ensemble. Regardez à Pittsburgh. Sidney Crosby et Evgeny Malkin sont les deux meilleurs joueurs des Penguins. Pourtant, ils ne jouent pas ensemble!»

Avec 52 points en 51 matches, Boudrias commence à prendre le large au sommet des compteurs des Olympiques.

Repêchage LNH

Né un 14 septembre, une journée avant la date limite d’admissibilité au repêchage de la LNH, Boudrias était le plus jeune joueur disponible au dernier encan du circuit Bettman. Pour Éric Landry, il s’agit d’un désavantage. «S’il était né une journée plus tard, son année de repêchage serait cette année et c’est sûr qu’il serait choisi rapidement avec la saison qu’il connaît.»

Non réclamé la saison dernière, mais invité au camp des Bruins de Boston, Boudrias est maintenant sur les radars de plusieurs équipes de la meilleure ligue au monde. Il compte profiter des derniers matches de la saison pour augmenter sa valeur. De toute manière, il a l’habitude d’avoir à faire mentir ses détracteurs.

«Dans mon hockey mineur, j’ai été retranché souvent. J’ai joué pee-wee CC et bantam CC avant de pouvoir jouer au niveau AA ou AAA et je n’ai pas amassé des tonnes de points dans le bantam AAA ou dans le midget AAA. On ne m’a jamais vraiment donné ma chance. Il y avait toujours de gros noms devant moi. Mais là, j’ai hâte de voir. Je suis en rattrapage. Il me reste 12 matches à jouer en plus des séries. Je vais donner 100 % de moi-même et voir ce qui va arriver.»