Ce contenu vous est offert gratuitement, il ne vous reste plus de contenu à consulter.
Créez votre compte pour consulter 3 contenus gratuits supplémentaires par jour.
Le centre Shane Pinto, lors du camp de développement des Sénateurs d'Ottawa à l'été 2019.
Le centre Shane Pinto, lors du camp de développement des Sénateurs d'Ottawa à l'été 2019.

Shane Pinto prêt à relever un nouveau défi

Marc Brassard
Marc Brassard
Le Droit
Article réservé aux abonnés
Signer un premier contrat professionnel n’a pas consolé Shane Pinto de la défaite en cinquième prolongation de ses Fighting Hawks de l’Université du North Dakota il y a une semaine.

Débarqué à Ottawa avec son coéquipier Jacob Bernard-Docker vendredi après une longue journée de transit entre Grand Falls et la capitale nationale, avec des escales à Minneapolis, Atlanta et Montréal, le centre de 20 ans a tenu une première visioconférence avec les médias locaux à partir de la chambre d’hôtel où il sera confiné pour une semaine après avoir apposé sa signature au pacte offert par les Sénateurs d’Ottawa jeudi.

«Je ne pense pas que ça va m’aider à tourner la page (faire le saut vers la LNH) parce que je pense que ça fait encore mal. On a travaillé si fort toute l’année et que ça se termine comme ça en cinquième prolongation alors que je pense que nous avons mieux joué qu’eux pendant la majorité du match sauf qu’ils ont obtenu le but à la fin... Je pense que ça va toujours faire mal, mais il est temps de passer à autre chose et il faut se préparer à relever ce nouveau défi», a indiqué Pinto, le choix de deuxième ronde (32e au total) du repêchage de 2019.

Cette préparation va comprendre des entraînements dans un gymnase aménagé à l’hôtel de Kanata où lui et Bernard-Docker sont hébergés pour leur quarantaine. Par la suite, ils vont avoir besoin de quelques séances d’entraînement «pour retrouver nos jambes».

Pinto s’est fait dire par l’entraîneur-chef D.J. Smith qu’il serait utilisé au centre lors de ses premiers matches dans la LNH, étant donné qu’il excelle dans les cercles de mises au jeu (62 % cette saison à UND). Attaquant par excellence dans la conférence NCHC de même que meilleur attaquant défensif, il devrait en théorie être un joueur capable de se débrouiller aux deux bouts de la patinoire dès son arrivée chez les pros.

«J’ai toujours eu de bons détails dans mon jeu. Comme centre, il faut être du bon côté de la rondelle et gagner des mises au jeu. Pour jouer dans la LNH, c’est ce que les entraîneurs recherchent, de l’attention aux détails. J’en ai beaucoup à apprendre, mais je pense que j’ai acquis une bonne fondation à UND», a-t-il noté.

Comme Bernard-Docker, Pinto a mentionné à quel point la décision de quitter les Fightning Hawks a été difficile. «C’est probablement la décision la plus difficile que j’ai jamais eu à prendre. Comme Jacob l’a dit, North Dakota est tout simplement un endroit spécial pour un joueur de hockey. J’ai grandi comme personne et comme joueur, je me suis fait tellement d’amis et le personnel d’entraîneurs a beaucoup de signification pour moi. Donc c’était certes difficile de partir, mais je pense que j’ai pris la bonne décision», estime-t-il.

Shane Pinto en visioconférence à partir de la chambre d'hôtel de Kanata où il est en quarantaine pour une semaine.

Pinto a parlé à Bernard-Docker et à Jake Sanderson, le cinquième choix au total du dernier repêchage, avant de prendre celle-ci. Il comprend ce dernier d’avoir décidé de rester à Grand Falls pour au moins une autre saison. «Jake aurait certes pu faire le saut lui aussi, il est tellement un joueur incroyable, probablement le meilleur patineur que j’aie vu. Mais retourner pour une autre année va être excellent pour lui, je pense qu’il va devenir encore meilleur. Mais oui, j’ai parlé aux deux (dans ce processus)... C’est bien d’avoir JBD avec moi pour vivre cette expérience maintenant», a-t-il souligné.

La veille, D.J. Smith avait cherché à modérer les attentes envers ces jeunes joueurs qui vont se tremper les pieds dans la LNH en vue d’un saut plus permanent la saison prochaine. 

«Nous avons plusieurs joueurs qui s’en viennent et qu’on attendait. Mais ce ne sera pas du jour au lendemain qu’ils vont devenir des étoiles dans cette ligue. Ils ont montré en-dehors de la LNH qu’ils pourraient devenir de très bons joueurs et nous voulons les insérer au groupe pour qu’ils deviennent familiers avec tout le monde. Nous pensons qu’ils vont être très bons en allant de l’avant», a-t-il dit.

Maxence Guenette, un choix de septième ronde en 2019, a été récompensé pour une bonne saison à la ligne bleue des Foreurs de Val-d'Or alors qu'il a signé un premier contrat professionnel de trois ans avec les Sénateurs samedi.

Guénette sous contrat

Également samedi, les Sénateurs ont annoncé la mise sous contrat d’un autre espoir, le défenseur Maxence Guenette, leur choix de septième ronde en 2019 qui a accepté les termes d'un pacte de recrue de trois ans.

L’arrière droitier de 19 ans originaire de L’Ancienne-Lorette a connu une excellente quatrième saison dans la LHJMQ avec les Foreurs de Val-d’Or, étant le huitième meilleur compteur du club (deuxième défenseur) avec une récolte de 22 points, dont 5 buts, en 36 matches. Il a présenté un différentiel de plus-19.

« Maxence est un défenseur qui déplace bien la rondelle et qui profite de beaucoup de temps de jeu à Val-d’Or, qui est au sommet au classement de la LHJMQ cette saison, a déclaré le d.g. Pierre Dorion par voie de communiqué. Il possède une bonne vision et un bon sens du jeu, sans parler de son talent avec la rondelle. Nous sommes particulièrement heureux de constater les progrès importants qu’il a réalisés depuis que nous l’avons réclamé au repêchage. »