Sénateurs

Boucher et Dorion évaluent leurs joueurs

À trois semaines de la date limite des transactions, Guy Boucher et Pierre Dorion multiplient les conversations.

À pareille date, l’an dernier, l’entraîneur-chef des Sénateurs a soumis une liste à son directeur général. Dans un élan d’enthousiasme, Boucher avait déclaré publiquement que Dorion «avait obtenu des joueurs pour combler toutes nos lacunes».

Sénateurs

Deux pénalités de trop

Sans participer au pointage, Jonathan Drouin a eu son grand mot à dire dans la victoire du Canadien de Montréal contre les Sénateurs d’Ottawa, dimanche après-midi.

Durant une seule présence sur la patinoire, en deuxième période, le Québécois a été impliqué dans deux incidents. Il s’est d’abord frappé la tête contre un poteau du filet adverse. Quelques secondes plus tard, il a perdu un peu de sang après avoir reçu le bâton d’Erik Karlsson en plein visage.

Au terme de ces deux séquences, deux joueurs des Sénateurs se sont retrouvés au banc des pénalités.

Le Canadien a obtenu une supériorité numérique de quatre minutes et 44 secondes, avec une séquence de 76 secondes à cinq contre trois.

Il a su en profiter pour marquer les deux buts qui ont fait la différence dans un match qu’il a finalement remporté 4-1, au Centre Bell.

Le Canadien avait auparavant vaincu les Ducks d’Anaheim, samedi. Il a donc connu un week-end parfait.

Les Sénateurs ont aussi signé une victoire, samedi, contre les Flyers à Philadelphie.

Leur série victorieuse est donc stoppée à deux.

« Ces deux pénalités nous ont coûté cher, mais nous ne pouvons pas dire qu’elles nous ont coûté le match », a réagi Karlsson avant de quitter Montréal.

« Quand ils menaient 2-1, nous étions encore dans le coup. Nous avons pris un troisième but en fin de période parce que nous avons joué sans vigueur dans notre territoire. Nous n’avons pas été capables de trouver l’énergie nécessaire pour revenir dans le match en troisième », a-t-il ajouté.

Révision vidéo

Les arbitres ont d’ailleurs eu recours à la technologie pour prendre Karlsson en défaut, lors de l’incident impliquant le bâton élevé, au deuxième tiers.

Au départ, les quatre hommes qui étaient d’office n’avaient pas épinglé le bon coupable. Ils avaient envoyé l’attaquant de soutien Magnus Paajarvi au cachot.

Ils ont consulté la reprise vidéo, au banc, pour corriger leur erreur.

« Je ne savais pas qu’ils avaient le droit de faire cela », s’est lamenté Guy Boucher, durant sa conférence de presse d’après-match.

« Selon l’information qui m’a toujours été transmise, les officiels ont le droit de consulter la vidéo pour vérifier s’il y a eu hors-jeu ou obstruction contre le gardien. »

Karlsson, de son côté, estime que les arbitres ont « pris la bonne décision » quand ils ont regardé la vidéo pour corriger leur erreur.

« Ils ne savaient pas que j’étais responsable. Pour être franc, je ne le savais pas non plus. Je croyais que mon bâton était demeuré près de la rondelle. Je n’avais aucune idée que mon manche avait atteint un joueur adverse au visage. »

Mike Hoffman a été le seul joueur à déjouer Carey Price dans la défaite.

Mike Condon a effectué 31 arrêts.

Artturi Lehkonen l’a déjoué deux fois, pour mettre un terme à une disette de 24 parties sans marquer. Il avait marqué ses deux buts précédents le 30 octobre dernier, lors d’un match disputé à Kanata.

Ça lui fait donc quatre buts en deux parties contre les Sénateurs, cette saison. Face à toutes les autres formations de la LNH, il présente une fiche de zéro but en 35 rencontres.

« Nous lui avons parlé. Nous lui avons rappelé qu’il avait obtenu de bonnes chances de marquer dernièrement. Nous lui avons dit qu’il avait sa part de responsabilités. Il devait trouver une façon de compléter le travail. Il a gardé la bonne attitude. Il récolte maintenant le fruit de son travail », commente son entraîneur, Claude Julien.

Jeff Petry a inscrit le premier but du Canadien, à cinq contre trois. Il a également réussi un doublé, samedi, contre les Ducks.

Tomas Plekanec a complété la marque, dans un match où il a atteint le plateau des 600 points.

Sénateurs

Les Sénateurs l'emportent 4-3 en tirs de barrage

PHILADELPHIE - Mike Hoffman a été le seul à toucher la cible en tirs de barrage et les Sénateurs d'Ottawa ont gagné 4-3 contre les Flyers de Philadelphie, samedi après-midi.

Les Sénateurs croyaient pouvoir se sauver avec une victoire en temps réglementaire, mais Nolan Patrick a créé l'égalité alors qu'il ne restait que 2,6 secondes à écouler à la troisième période.

Aucune équipe n'a dénoué l'impasse en prolongation et après 11 tireurs stoppés en fusillade, Hoffman a finalement trompé la vigilance de Michal Neuvirth pour permettre aux Sénateurs de signer deux victoires de suite pour une première fois depuis les 5 et 6 janvier.

Derick Brassard, Matt Duchene et Chris DiDomenico ont aussi marqué en temps réglementaire tandis que Ryan Dzingel s'est fait complice de deux réussites des Sénateurs.

Sean Couturier et Claude Giroux ont répliqué pour les Flyers, qui ont perdu une quatrième partie consécutive. Les Flyers ont amorcé la journée au huitième échelon de l'Association Est, mais seulement un point devant les Rangers de New York et les Islanders de New York.

Craig Anderson a repoussé 33 rondelles pour inscrire la victoire à sa fiche. Alex Lyon a commencé le match pour les Flyers, mais il a été remplacé par Neuvirth après avoir alloué trois buts sur 23 tirs.

Sénateurs

Jour de la marmotte pour Ryan

C’était le Jour de la marmotte à travers l’Amérique du Nord vendredi, et ce l’était aussi dans la capitale nationale pour Bobby Ryan.

L’attaquant des Sénateurs d’Ottawa a vu son ombre et il y aura six autres semaines d’hiver. Non, en fait, il a subi une autre blessure à son index de la main droite qui lui a causé toutes sortes de problèmes cette saison et il n’a pas accompagné son équipe à Philadelphie pour un programme double qui l’amènera ensuite à Montréal dimanche.

On ne devrait pas faire de blagues avec son infortune, mais à ce point-ci, même Ryan va préférer en rire tellement sa malchance est ridicule.

Quoiqu’il n’était pas de bonne humeur quand les caméras de télévision l’ont montré en douleur après avoir tenté une longue passe, tentant de fracasser son bâton de la main gauche alors qu’il rentrait au vestiaire des siens en troisième période de la victoire de 2-1 contre les Ducks d’Anaheim à laquelle il a contribué en comptant le premier but des siens.

« Il ne jouera pas en fin de semaine. Il voit un spécialiste présentement et on va avoir une meilleure idée ensuite. Ce n’est pas la même chose, c’est le même doigt, mais c’est différent. Ce n’est pas sur l’os même, donc c’est un peu plus compliqué. On va voir où ça va nous mener, mais on ne l’attend pas pour le week-end et il est un cas très douteux pour la semaine suivante », a indiqué l’entraîneur-chef Guy Boucher en annonçant la dernière mauvaise nouvelle concernant son vétéran.

Ryan est en à sa neuvième absence depuis le mois de novembre 2014 pour des blessures aux mains. Il a fracturé ce même index droit en février 2017, puis au début de la présente saison, le 21 octobre quand il a bloqué un tir contre les Maple Leafs de Toronto. Il a alors raté huit matches avant de revenir au jeu, puis il en a manqué un en décembre, et un autre au début de janvier, parce qu’il avait eu des rechutes sans que son doigt soit cassé. En 39 parties, Ryan a récolté 20 points, dont 7 buts, lui qui est le plus haut salarié du club à 7,25 millions $ par an. 

« C’est de la malchance, tout simplement. Ce n’est pas comme si c’était toujours la même chose qui revenait. Il est dur sur lui-même au point de vue physique, il joue malgré les blessures. Mais il ne pouvait plus tenir son bâton (jeudi), il est revenu deux fois (avant de déclarer forfait). C’est ce genre d’année, pas juste avec lui, mais avec d’autres joueurs également... Il faut vivre avec ça, c’est une année difficile et à travers une telle saison, il y a quand même moyen de bâtir des choses et c’est ce qu’on veut faire », a indiqué Boucher.

Alors qu’il l’avait relégué aux gradins jeudi contre les Ducks, le pilote québécois fera maintenant appel à la recrue Colin White pour remplacer Ryan sur un de ses deux premiers trios, aux côtés de Matt Duchene et Mike Hoffman. « Il allait avoir du temps de glace en fin de semaine, que ce soit à Belleville ou ici, et là, il va avoir du temps de glace de qualité avec de bons joueurs », a ajouté Boucher.

White, qui est toujours en quête de son premier point dans la LNH, avait été appelé à remplacer Ryan sur ce même trio le 10 janvier dernier, lors du dernier match des siens avant leur pause d’une semaine.

« C’est excitant quand ça arrive (jouer sur un trio offensif), ça fait partie du processus d’apprentissage pour moi. Je prends ce qui m’est donné », a dit White.