Le centre des Rangers de New York Mika Zibanejad est revenu hanter son ancienne équipe, les Sénateurs d'Ottawa, en récoltant trois buts et une passe dans un gain de 4-1 samedi soir au Centre Canadian Tire. Il compte le deuxième de ses trois buts aux dépens du gardien Craig Anderson sur la photo, complétant un bel échange avec Pavel Bushnevich (89).

Zibanejad revient hanter les Sénateurs

Les Sénateurs d’Ottawa ont profité de leur match d’ouverture à domicile pour confirmer qu’ils vont retirer le chandail numéro 4 de Chris Phillips le 18 février prochain lors d’une visite des Sabres de Buffalo.

Ils auraient probablement eu besoin de ses services de défenseur capable de contrer les meilleurs attaquants adverses samedi soir alors qu’ils ont été incapables de contenir les élans de leur ancien centre Mika Zibanejad.

Le joueur échangé contre Derick Brassard il y a trois ans a explosé pour trois buts et une passe dans un gain de 4-1 de ses Rangers de New York devant 15 135 amateurs au Centre Canadian Tire.

Aidé de ses compagnons de trio Artem Panarin, auteur de l’autre but en plus d’obtenir une mention d’assistance, et Pavel Bushnevich (trois passes), Zibanejad a marqué de trois façons différentes, soit à forces égales ainsi qu’en avantage et en désavantage numérique. Ça lui donne huit points lors de ses deux premiers matches cette saison

«C’est ici que j’ai commencé (dans la LNH) et je les remercie pour ça. Revenir pour obtenir un tour du chapeau, c’est une soirée dont je vais me rappeler longtemps, a raconté l’ancien choix de première ronde (6e au total) des Sénateurs en 2011. Je ne peux pas expliquer ce qui se passe présentement. Je joue avec des coéquipiers incroyables et j’obtiens beaucoup de chances. Présentement, ça rentre, donc je vais en profiter pendant que ça passe.» 

Le gardien Craig Anderson, qui avait remporté ses cinq derniers départs à domicile contre les Rangers, n’y a vu que du feu, encaissant un deuxième revers de suite en ce début de saison. Il a été moins occupé que lors du match inaugural à Toronto mercredi dernier, au moins, alors que les New-Yorkais ont été limités à 30 tirs en sa direction, contre 42 à Toronto.

«Parfois, un changement d’air fait du bien à un joueur, ça le réveille. Ça m’est arrivé à moi aussi. Quand il est arrivé ici, on s’attendait à beaucoup (de Zibanejad). Peut-être qu’il a changé son entraînement hors-glace, ou autre chose. Chose certaine, il est devenu un joueur d’élite, c’est pourquoi on l’avait repêché si tôt», a noté Anderson au sujet de la première étoile de la soirée.

Le premier tiers s’est terminé sur une égalité de 1-1 puisque Brady Tkachuk a donné la réplique à Zibanejad en faisant dévier un tir de la pointe de Thomas Chabot, un jeu amorcé par Jean-Gabriel Pageau le long de la bande.

Le gardien substitut des Rangers Alexandar Georgiev n’a rien pu faire sur ce jeu, mais il a été solide par la suite face aux 32 lancers des locaux.

L’entraîneur-chef D.J. Smith n’a pas aimé la sortie de son club pour ce premier match à domicile., alors que son jeu de puissance a été blanchi en cinq occasions. 

«Nos unités spéciales nous ont tués, on a donné un but en désavantage numérique et deux en avantage. Leurs gros joueurs en ont profité pour nous faire mal, a-t-il analysé. Sur notre jeu de puissance, on n’a pas travaillé assez fort non plus. Au moins, on a été meilleurs à cinq contre cinq, on ne leur a pas donné grand-chose défensivement. Mais on va devoir ‘compétitionner’ avec plus d’ardeur, surtout dans notre amphithéâtre. C’est inacceptable que certains gars ne se présentent pas. On a bien travaillé lors des pratiques cette semaine, mais on n’a pas travaillé autant (samedi soir). On va avoir trois pratiques cette semaine et il va falloir travailler.»

Smith a quand même accordé un congé à ses joueurs dimanche alors qu’ils devront attendre à jeudi pour disputer leur prochain match, lorsque les champions de la coupe Stanley, les Blues de St. Louis, seront en ville.

Quant à Chris Phillips, le meneur de l'histoire des Sénateurs avec 1179 matches joués dans leur uniforme, il s'est dit «honoré» d'être le deuxième joueur de l'histoire moderne, après Daniel Alfredsson, à voir son numéro être retiré de la circulation. «Ce serait mentir de dire que je n'espérais pas que ça arrive, mais je ne m'y attendais pas. Recevoir cet appel (du propriétaire Eugene Melnyk), c'était un moment spécial», a-t-il indiqué, lui qui a effectué la mise au jeu protocolaire avant le début du match de samedi, en présence de sa mère, à qui il n'avait pas révélé son secret.