Zibanejad heureux d'avoir mis fin à sa léthargie

Un but inutile?
Pas pour Mika Zibanejad.
Il ne restait que six secondes à écouler.
Le match était perdu.
Quand son tir s'est retrouvé dans le fond du filet de Semyon Varlamov, le jeune centre des Sénateurs a mis un terme à une embarrassante séquence de 14 parties sans marquer.
«Perdre, ce n'est jamais facile. Je suis quand même content d'avoir pu marquer ce but. Je vais enfin pouvoir arrêter de penser à cette séquence qui s'éternisait. Je fais de gros efforts récemment pour lancer plus souvent. Je fonce davantage vers le filet adverse. J'essaie de créer plus de choses en zone d'attaque. Je crois que la rondelle a changé de trajectoire en frappant une jambière ou un bâton avant de se retrouver dans le filet. Pas grave. Je vais prendre ce but quand même», a-t-il résumé.
Le lancer de Zibanejad avait beaucoup de vélocité. Il n'était pas sans nous rappeler son tir de 106 miles à l'heure qui a volé la vedette, la semaine dernière, lors du concours annuel d'habiletés des Sénateurs.
«J'ai pu décocher un bon tir parce que j'étais au bon endroit sur la patinoire. Quand j'étais plus jeune, en Suède, j'ai marqué plusieurs buts dans la partie supérieure du cercle des mises en jeu du côté gauche. J'espère qu'on va me donner plus souvent la chance de jouer dans cette partie de la patinoire à Ottawa parce que je m'y sens très à l'aise.»
La séquence de matches sans marquer de Zibanejad appartient au passé. La séquence perdante de Robin Lehner, en revanche, s'étire.
«C'est frustrant, lance le gardien. C'est frustrant parce que je me sens bien. Je me sens même très bien durant les séances d'entraînement. J'ai l'impression de faire tout ce que je dois faire. La rondelle trouve quand même une façon de rentrer. Je ne sais vraiment pas comment l'expliquer», a-t-il résumé après la partie.