L'attaquant Zack Smith a récolté 165 points en 542 parties en carrière, jusqu'à maintenant, avec les Sénateurs d'Ottawa.

Zack Smith soumis au ballottage

Un coup en bas de la ceinture. Matt Duchene n’a pas la langue dans sa poche. Depuis le jour où il est débarqué à Ottawa, l’automne dernier, il a souvent démontré qu’il n’a pas peur de livrer le fond de sa pensée.

Mardi, quand est venu le temps de réagir à la nouvelle du jour, il s’est carrément surpassé.

Sur le coup de midi, la direction des Sénateurs d’Ottawa a soumis Zack Smith au ballottage.

Le joueur qui compte le plus d’ancienneté au sein de l’équipe est donc offert, gratuitement, aux 30 autres formations de la Ligue nationale de hockey.

Face à la possibilité de perdre un membre important de l’équipe de cette manière, les autres joueurs réagissent difficilement.

« C’est un peu comme si nous venions tous de recevoir un coup de pied dans les parties », a illustré Duchene.

Par la suite, le centre numéro un a fourni toutes les « bonnes » réponses. Le hockey est un business. Nous ne pouvons contrôler toutes les décisions de la direction. En tant que joueurs, nous devons baisser la tête et continuer de travailler. Etc.

Sa déclaration la plus crue est cependant celle qui a marqué les esprits.

Impossible d’oublier que Duchene vient d’entreprendre la dernière année de son contrat. La direction des Sénateurs aimerait le retenir dans la capitale, mais s’il n’est pas heureux, il pourrait fort bien décider de se prévaloir de son autonomie complète, le 1er juillet 2019. Il contrôle sa destinée.

Mark Stone se retrouve lui aussi dans cette position. Tout comme Duchene, il semblait déstabilisé, mardi.

« Zack était ici, la première fois où j’ai mis le pied dans notre vestiaire. Il a fait beaucoup de choses pour m’aider, au fil des ans. Je n’ai jamais oublié ma première participation au camp de perfectionnement estival. Zack était un de nos leaders. Quelques années plus tard, la première fois où j’ai été rappelé par le grand club, il m’a hébergé, dans sa maison. Les choses n’ont jamais changé. Il m’invite régulièrement à partager un repas. »

Smith, qui est âgé de 30 ans, a été repêché en troisième ronde par les Sénateurs en 2008.

Il s’agissait du premier repêchage de Dorion à titre de responsable du recrutement à Ottawa.

Au cours de la décennie qui a suivi, le fougueux attaquant gaucher a disputé 542 parties dans la LNH. Il a inscrit 165 points.

Il a connu sa campagne la plus productive en 2015-16. Il a marqué 25 buts en évoluant au sein du même trio que Stone.

« J’ai toujours aimé jouer avec lui ! Il travaille d’arrache-pied. Il est animé par un grand sentiment d’urgence. Il est prêt à faire tout en son possible pour défendre ses coéquipiers », insiste le numéro 61.

« Qu’il soit ici ou ailleurs, ça ne changera pas. Il sera toujours un grand compétiteur », ajoute-t-il.

Nouveau père

Smith n’était pas au Centre Canadian Tire, mardi. Il n’a donc pas commenté la nouvelle.

Dorion était présent, mais il a évité les médias. Impossible, donc, de savoir ce qui se produira si jamais Smith n’est pas réclamé. Son contrat est quand même lourd. Il touchera un salaire annuel de 3,25 millions $ US jusqu’en 2022.

« On parle d’un gars qui est aimé et respecté de tous. Il nous fait toujours rire. Je l’ai toujours admiré, commente Mark Borowiecki. Sa conjointe est une vraie bonne personne, aussi. Ils viennent d’avoir un bébé. C’est beaucoup de changement en peu de temps. Nous sommes là pour lui. » 

+

«Je n’ai pas effacé son nom de mon tableau» — Guy Boucher

Les joueurs avaient l’air abattus par la nouvelle du jour. Leur entraîneur, de son côté, avait davantage l’air contrarié.

Guy Boucher n’a jamais cherché à masquer son affection pour Zack Smith. Il a toujours aimé ce joueur au talent modeste, mais au grand sens de la compétition. Il admire la polyvalence de celui qui peut jouer au centre comme à l’aile gauche, dans un trio offensif ou défensif.

Un jour, dans un débordement d’enthousiasme, il a déjà déclaré qu’il aimerait diriger une formation « remplie de joueurs comme Smith ».

Il n’est pas prêt à renoncer à ce joueur. « Je n’ai toujours pas effacé son nom sur mon tableau », a-t-il déclaré à quelques occasions durant sa plus récente conférence de presse.

L’entraîneur-chef ne voulait pas trop se perdre dans les analyses ou dans les qu’en-dira-t-on. 

« Toutes les questions concernant la gestion des joueurs devraient être dirigées vers Pierre. Il est responsable de notre effectif. Je dois respecter cela. Je dois respecter tous les partis qui sont impliqués. »

« Vous avez quand même vu le poste que je lui avais confié, en début de semaine, à l’entraînement. »

Lundi matin, dans une séance d’entraînement marathon qui s’était étirée pendant deux longues heures, Smith s’était retrouvé au centre d’un des trios à caractère offensif de l’équipe. La recrue Brady Tkachuk et la vedette Mark Stone étaient ses ailiers.

« C’était le plan de match pour cette semaine. Ce sera toujours mon plan, à compter de mercredi, si Zack est toujours avec nous », dit-il.

Boucher a levé son chapeau à ses vétérans. Même si le climat était morose dans le vestiaire, mardi matin, rien n’a paru sur la patinoire. « Nous avons connu une très bonne séance d’entraînement. Nous avons accompli tout ce que nous voulions accomplir. Ça me laisse croire que nous dirigeons toujours des joueurs de caractère. »

« Si les joueurs étaient des numéros, pour moi, tout serait plus facile. Moi, je l’ai toujours dit, ça ne correspond pas du tout à mon style de coaching. Les joueurs sont des humains», complète-t-il.