Yanni Gourde (droite) était en train de connaître sa saison la plus productive dans la Ligue américaine quand le Lightning l’a rappelé pour lui offrir une audition d’une vingtaine de parties.

Yanni Gourde remercie Benoît Groulx

TAMPA — Le Québécois Yanni Gourde a travaillé avec de nombreux entraîneurs durant son long séjour de cinq ans dans les ligues mineures. Il n’aurait peut-être pas réussi à s’en sortir s’il n’avait pas fini par croiser Benoît Groulx sur son chemin.

« Ben a vraiment été important dans mon cheminement », a dit le rapide attaquant du Lightning, jeudi.

Gourde a officiellement rencontré Groulx à l’automne 2016. Le coach gatinois venait de quitter sa ville et la LHJMQ pour accepter de diriger le club école du Lightning dans la Ligue américaine.

« La première chose que Ben a faite, c’est de me ramener au centre. Ça faisait six ou sept ans que j’évoluais en tant qu’ailier. Je pense, honnêtement, que je n’avais pas joué au centre depuis ma première année dans les rangs juniors. Ben a pensé que je connaîtrais plus de succès au centre. Il avait raison. Ça me permet de mieux utiliser ma vitesse. Je me sens davantage en contrôle. Je supporte mieux la rondelle. Vraiment, je suis meilleur quand je joue à cette position-là », explique-t-il.

Gourde était en train de connaître sa saison la plus productive dans la Ligue américaine quand le Lightning l’a rappelé pour lui offrir une audition d’une vingtaine de parties.

Cet automne, un poste à temps complet attendait Gourde, au centre du troisième trio. Il n’a pas déçu. Il a déjà une vingtaine de points à son actif.

« Nos deux premiers trios sont excellents. Ils jouent contre les meilleurs éléments adverses chaque soir. Ça donne plus de place au troisième trio. Nous essayons d’en tirer profit. »

Phaneuf papa

La « situation personnelle » qui retenait Dion Phaneuf à Ottawa est maintenant connue. À 32 ans, le défenseur des Sénateurs est devenu papa pour la première fois. Sa conjointe, l’actrice canadienne Elisha Cuthbert, a donné naissance jeudi à une petite fille qui s’appellera Zaphire. Maman et bébé se portent bien, ce qui fait en sorte que le nouveau père pourrait rejoindre ses coéquipiers des Sénateurs dans les prochaines heures. En attendant, Andreas Englund a été rappelé de Belleville. Il s’agit d’une stricte mesure préventive. Il a regardé le match contre le Lightning depuis la galerie de la presse. « Il poursuit son développement, commente Guy Boucher. Parce qu’il est capable d’appliquer de la pression en territoire neutre, ce qui pourrait lui permettre de connaître du succès dans notre système de jeu. Dans la Ligue américaine, on me dit que son jeu avec la rondelle s’est amélioré. Si nous avons besoin de lui, je ne serai pas nerveux à l’idée de l’utiliser. »

Chlapik transpire

Au départ, Filip Chlapik était aux anges. « Nous étions sur la route, à Rochester, quand j’ai appris que j’étais rappelé. » Quand il est arrivé à l’aéroport international de Tampa, seul, le jeune attaquant tchèque a vécu un choc... thermique. « Je transpirais à grosses gouttes ! Je ne me plains pas, toutefois. C’est mon premier voyage à vie en Floride et je trouve cela génial. » Chlapik partage le premier rang du classement des meilleurs marqueurs des Senators de Belleville avec un de ses co-locataires, le Québécois Gabriel Gagné. « Peu de choses ont changé, dans ma vie, depuis mon dernier séjour dans la LNH. J’essaie d’améliorer ma défensive. » Chlapik n’a pas eu à transpirer bien longtemps. Il a été rayé de la formation débutante. Celui qu’il devait remplacer, Zack Smith, a finalement décidé de jouer.

Nouveau coach pour les B-Sens

Le club école des Sénateurs s’est déniché un nouvel entraîneur-adjoint. Ils n’ont pas eu besoin de le chercher bien loin. Tony Cimellaro vit tout près, à Kingston. Il a travaillé chez les Frontenacs de la LHOntario et chez les Gaels de l’université Queen’s. Il a surtout joué deux parties avec les Sénateurs... en 1992-93.