L'avenir de Chris Wideman avec les Sénateurs est incertain.

Wideman doit déclarer forfait

Chris Wideman entretenait l’espoir de revenir au jeu cette saison, mais le défenseur des Sénateurs a reçu une fin de non-recevoir du médecin qui a rattaché le muscle ischiojambier qu’il s’était déchiré.

Le club a annoncé jeudi que l’arrière-garde américain qui était au rancart depuis le match du 16 novembre dernier contre les Penguins de Pittsburgh ne pourra disputer aucun de ses six derniers matches du calendrier régulier vu qu’il n’a pas obtenu la permission de jouer de son chirurgien, le Dr Bryan Kelly, de New York.

«(Kelly) a recommandé que Chris prenne plus de temps pour guérir complètement avant de revenir au jeu, donc nous avons pris la décision qu’il sera absent pour le reste de la saison, a déclaré le directeur général Pierre Dorion par voie de communiqué. Nous croyons qu’il s’agit de la meilleure décision pour la santé de Chris à long terme. Il demeurera impliqué avec le club et travaillera avec notre équipe médicale afin qu’il poursuive ses traitements jusqu’à ce qu’il reçoive le feu vert.»

Wideman, qui s’entraîne avec ses coéquipiers depuis une dizaine de jours, est évidemment déçu de la décision.

«C’est décevant, mais c’était assez peu réaliste de ma part de me fixer l’objectif de jouer à nouveau cette année. J’ai fait de mon mieux et j’ai rendu la décision difficile pour les médecins. On avait choisi d’aller avec le Dr Kelly parce qu’il est le meilleur et je respecte sa décision. Il dit que ce n’est pas dans mon meilleur intérêt de jouer cette saison et c’est malheureux pour moi, mais il n’y a rien que je puisse y faire. Je l’ai pourtant supplié, mais ça n’a pas marché», a-t-il indiqué à son retour au vestiaire après l’entraînement matinal des Sénateurs jeudi.

Estimant qu’il est rétabli à environ 80 % de ses capacités, Wideman pensait qu’il aurait été capable de reprendre sa place dans l’alignement, ce qui lui aurait permis d’avoir l’esprit plus tranquille pour la saison estivale. L’athlète de 28 ans originaire de St. Louis aurait en plus pu montrer au reste de la ligue qu’il est rétabli, une considération importante étant donné qu’il sera joueur autonome sans compensation à compter du 1er juillet prochain.

«Je pense que je serais capable de jouer, mais il (le Dr Kelly) n’a pas de preuves scientifiques que ce serait sécuritaire pour moi. Après tout le temps que ça a pris pour en arriver ici, tout le travail de rééducation effectué, je ne peux pas risquer de me blesser à nouveau, donc c’est la bonne décision à prendre. Je suis contrarié, mais il faut que je continue à m’entraîner tous les jours et être un bon coéquipier», a-t-il ajouté.

Wideman, qui avait trois buts et huit points à sa fiche lors de ses 16 matches cette saison avec un différentiel de plus-5, a reçu une invitation d’Équipe États-Unis en vue du Championnat mondial de hockey du mois prochain au Danemark, mais en raison de son statut d’agent libre possible plus qu’à cause de son état de santé, il pense qu’il va devoir la refuser.

«J’aimerais bien y retourner, ça avait été une excellente expérience (en 2016). Mais ça voudrait dire que ça prendrait de l’assurance invalidité, des choses comme ça. J’aimerais représenter mon pays, mais je doute que ça fonctionne. Je pense que je pourrais être en santé pour jouer, mais il faut que je pense à la vue d’ensemble de ma carrière», a-t-il mentionné.

Pendant son absence, les Sénateurs ont donné des chances aux jeunes Thomas Chabot, Ben Harpur et Christian Wolanin, ce qui fait qu’ils pourraient facilement lui tourner le dos cet été. «J’ai eu beaucoup de temps pour penser à des choses du genre, ça occupe toujours un peu mes pensées. C’est malheureux, mais il n’y a rien que je puisse y faire. Mes parents m’ont dit en grandissant de contrôler ce que je peux contrôler, si tu travailles fort, ça va fonctionner. C’est ce que j’espère», a-t-il ajouté à ce sujet.

L'émergence de jeunes joueurs comme Thomas Chabot complique l'avenir de Chris Wideman.

«Il était certain qu’il reviendrait, mais il était tellement en avance (dans sa rééducation) qu’au point de vue médical, il n’y a pas de précédent de joueur qui revient aussi vite. Les docteurs ont donc décidé de jouer de prudence... ils ont pris la décision intelligente pour nous», a noté Guy Boucher.

LES SÉNATEURS EN BREF

Stone optimiste

Mark Stone a raté un 10e match en raison de sa mystérieuse blessure à une jambe (ce ne serait pas un genou), mais le meilleur compteur des Sénateurs était de retour à l’entraînement avec ses coéquipiers jeudi et il a la ferme intention de jouer d’ici la fin de la saison, possiblement dès samedi à Detroit.

« C’était mon premier entraînement avec les gars, ça a été difficile de regarder les matches alors qu’on en arrache. Je patine depuis cinq jours maintenant et je me sens assez solide. Je veux jouer le plus de matches possible. Tu ne veux jamais rater des matches dans cette ligue. Je veux juste finir la campagne avec les gars... Si je suis 100 %, il n’y a pas de raison que je ne joue pas », a indiqué Stone, qui n’a pas décidé s’il va porter les couleurs du Canada au Championnat mondial.

White rappelé

L’attaquant Marian Gaborik n’étant pas de retour de sa blessure jeudi, l’entraîneur-chef Guy Boucher était peu optimiste qu’il puisse revenir avant la fin de la saison. « C’est de semaine en semaine, et il ne reste pas beaucoup de semaines », a-t-il dit.

Pour compenser son absence après le retour de Ben Sexton à Belleville la veille, le club a rappelé l’attaquant Colin White, qui devait jouer sur un troisième trio avec Zack Smith et Magnus Paajarvi en soirée contre les Panthers.

« C’est une bonne sensation de revenir jouer dans la LNH, les choses allaient bien pour moi à Belleville, je jouais 20-22 minutes par match. Je pense que mon jeu est en pleine croissance et je gagne en confiance. J’ai traversé une léthargie là-bas, mais je suis passé au travers en travaillant », a dit le choix de première ronde en 2015. 

Entre les lignes

White a été témoin des débuts professionnels du gardien Filip Gustavsson, acquis de Pittsburgh dans l’échange de Derick Brassard, dimanche dernier dans un gain de 8-2 contre Laval. « Il est un bon kid. C’est différent pour lui en arrivant d’une glace de grandeur olympique, mais il a rapidement trouvé ses repères et il a joué un bon match pour nous. Je pense que j’avais son numéro lors des entraînements, a blagué White. Non sérieusement, il montre beaucoup de promesse »...

Le capitaine Erik Karlsson étant toujours disponible, Guy Boucher n’a pas modifié son alignement en défensive et Ben Harpur a été laissé de côté pour un deuxième match de suite...

Rétrogradé mercredi, Ben Sexton a été nommé « l’homme de l’année » avec les Senators de Belleville.