Colin White

White va jouer... au yo-yo

Il n’est pas toujours facile de suivre la logique de Guy Boucher de ce temps-ci.

Mercredi, il a dit qu’à ce point-ci d’une campagne désastreuse pour ses Sénateurs d’Ottawa, la priorité était dorénavant de développer les jeunes joueurs de son organisation.

Le lendemain, Boucher a laissé le centre recrue Colin White de côté pour faire place au retour au jeu du vétéran Nate Thompson, pivot du quatrième trio. Il a aussi préféré utiliser Chris DiDomenico, un vétéran des mineures et du hockey suisse, plutôt que lui aux côtés de Derick Brassard et Ryan Dzingel sur un de ses deux premiers trios. Celui-ci a pris la place qu’a occupée pour un seul match le nouveau venu Magnus Paajarvi, dont Boucher s’était pourtant dit fort satisfait après sa première sortie en Caroline du Nord mardi.


On pense qu’il a besoin (de) voir ce que c’est la Ligue nationale, et d’aller prendre confiance dans la Ligue américaine.
Guy Boucher au sujet de la recrue Colin White

Qui plus est, le défenseur québécois Thomas Chabot s’est retrouvé sur une troisième paire de défenseurs avec Mark Borowiecki, après avoir passé le match précédent contre les Hurricanes aux côtés d’Erik Karlsson, puis de Cody Ceci.

C’est surtout la décision de reléguer White aux gradins qui a fait jaser avant le match contre les Ducks, cependant. « S’il joue, c’est parce qu’il joue régulièrement, il n’est pas assis au bout du banc. Je ne veux pas qu’il partage son temps de glace avec quelqu’un d’autre comme Paajarvi, qu’on vient d’obtenir et qu’on veut voir. Il va prendre le temps de glace de Thompson s’il ne joue pas, c’est clair », a expliqué Boucher d’entrée de jeu jeudi matin, avant que la présence de Thompson dans l’alignement ne soit confirmée après la période d’échauffement.

Boucher voulait que ses trios ressemblent à ce qu’ils vont être au retour de son meilleur compteur, Mark Stone, et c’est pourquoi il a placé DiDomenico aux côtés de Brassard et Dzingel.

Avec le retour au jeu de Thompson et l’arrivée dans le portrait de Paajarvi, en plus du retour de Filip Chlapik à Belleville mercredi, les Sénateurs ont 13 attaquants sur leur alignement, ainsi que sept défenseurs (Fredrik Claesson a été laissé de côté). Si White est pour se retrouver dans les gradins, Boucher a indiqué qu’il sera probablement renvoyé au club-école de Belleville vendredi. « S’il est encore avec nous, il (White) va jouer en fin de semaine, ou il va aller à Belleville pour obtenir du bon temps de glace, pour les bonnes raisons, c’est certain », a dit Boucher.

Interrogé par Le Droit à savoir si un premier choix comme White, qui vient d’avoir 21 ans, va mieux se développer dans la LNH ou la Ligue américaine à ce stade-ci de la saison, l’entraîneur a rétorqué : « Les deux. Notre opinion, c’est un mélange des deux. Si on regarde, il n’a pas encore un point avec nous, ni cette saison (huit matches), ni l’an passé (trois). À un moment donné, même si tu joues bien, que tu travailles fort et que tu as du temps de glace, pour un jeune de ce calibre-là, qui est habitué à produire... Pour garder son mental positif et sa confiance, il faut qu’il se retrouve à jouer dans des situations où il peut avoir cette production-là. Et c’est clair qu’en ce moment, c’est plus à Belleville qu’ici. Donc on pense qu’il a besoin des deux, voir ce que c’est la Ligue nationale, et aller prendre confiance dans la Ligue américaine », a-t-il indiqué.

White a récolté 17 points, dont 8 buts, en 32 matches avec Belleville, lui qui a un différentiel de moins-18.

Entre les lignes
Erik Karlsson a disputé son 600e match en carrière contre les Ducks, une étape qui l’a fait se sentir un peu plus vieux que ses 27 ans. « Ça ne veut pas dire grand-chose à ce moment-ci. Je suis chanceux d’avoir joué autant de matches dans cette ligue, ce n’est pas toujours facile. Je regarde vers l’avant et j’espère en avoir 600 autres... La ligue commence à être de plus en plus jeune... et je me sens un peu plus vieux que je le devrais », a-t-il dit... Les Ducks ont rappelé le gardien Reto Berra de San Diego jeudi pour appuyer Ryan Miller en l’absence de John Gibson, blessé en fin de match mardi à Boston. Lorsqu’ils se sont entraînés à l’université Carleton mercredi, ils ont fait appel au gardien des Ravens François Brassard, ancien choix de sixième ronde des Sénateurs en 2012.