Les choses semblent vouloir se replacer pour les Rangers de New York. Sur la photo, Kevin Hayes (13) célèbre son but de dimanche soir.

Vigneault toujours bien en selle

NEW YORK — À sa cinquième saison à la barre des Rangers, Alain Vigneault est convaincu que son message passe toujours auprès de ses joueurs.

Le lent début de campagne des Newyorkais a donné des maux de tête à l’entraîneur gatinois, mais il est aussi certain qu’il a toujours la confiance de ses patrons, le DG Jeff Gorton en tête.

Quand il s’est retrouvé sur les listes des preneurs aux livres qui tentaient de deviner quel entraîneur serait le premier à être limogé cette saison, et qu’un chroniqueur réputé de New York a spéculé qu’un match de la fin octobre pourrait être son dernier en cas de défaite, alors que les « Blueshirts » avaient un dossier de 3-7-2, l’ancien entraîneur du Canadien et des Canucks n’a donc pas perdu de sommeil.

« Quand l’article de Larry Brooks (le chroniqueur en question) est sorti, mon gérant est venu me voir pour me dire que ce n’était pas vrai du tout. Il m’a dit : “Si tu veux, je peux rencontrer les médias et leur dire que ce n’est pas vrai”. Je lui ai répondu que je n’avais pas besoin de ça, j’ai juste besoin que l’on continue à faire ce qu’on fait là, soit travailler ensemble. Ça fait assez longtemps que je suis là-dedans, et c’est normal avec le début de saison qu’on a eu que ça s’intensifie un peu et que ça crie. J’en ai vu d’autres et ce ne sont pas des affaires qui m’affectent beaucoup », a-t-il confié au Droit quelques heures avant le match contre les Sénateurs dimanche soir.

« L’important était de continuer à donner la bonne direction aux joueurs, coacher et enseigner de la bonne façon, et c’est ce qu’on a fait... J’ai une super bonne relation avec mon monde, le gérant (Gordon) et Glen (Sather, le président), même si on le voit moins souvent. Je connais la business, je sais comment ça marche », a-t-il ajouté.

Vigneault, qui a la sécurité d’une prolongation de contrat de trois ans entrée en vigueur cette saison (à 4 millions $ par an, supposément), a vu son club rebondir immédiatement après la publication de cet article, les Rangers remportant six victoires d’affilée. Ils avaient cependant subi des revers à leurs deux sorties précédentes avant de retrouver le club qui les a éliminés en deuxième ronde des séries le printemps dernier. Ils jouaient pour exactement ,500 (9-9-2) après leurs 20 premiers matches.

« Je ne sais pas pour eux (les Sénateurs), mais nous, on est passé à autre chose, a-t-il répondu quand il s’est fait demander si la défaite d’il y a six mois était digérée. Avec la parité encore plus présente dans la ligue cette année, sauf pour Tampa Bay qui est parti pour la gloire, toutes les équipes sont ensemble et ça va être intense, toutes les parties vont être importantes. On a mal parti la saison surtout parce qu’on avait des difficultés en début de match, “Hank” (le gardien Henrik Lundqvist) a pris un peu de temps à retrouver ses repères aussi », analyse-t-il.

Se rajeunir

Comme l’an dernier lorsque les Rangers ont échangé Derick Brassard aux Sénateurs en retour de Mika Zibanejad pour se rajeunir et régler certains problèmes d’enveloppe salariale, Vigneault doit composer cette saison avec un autre rajeunissement de l’équipe, qui a envoyé Derek Stepan (et le gardien substitut Anti Raanta) aux Coyotes de l’Arizona pour obtenir le septième choix au total du dernier repêchage ainsi qu’un espoir, le défenseur de 21 ans Anthony DeAngelo.

« On essaie de se rajeunir et de rebâtir sans passer par les bas-fonds de la ligue, ce qui n’est pas facile à faire, dit Vigneault à ce sujet. En cinq ans ici, c’est la première fois que je montais sur l’estrade au repêchage, on n’avait jamais eu de premier choix. Là, on en a eu deux, dont le septième choix au total (Lias Andersson). L’autre (Filip Chytil, 18e choix) est un centre qui a commencé l’année avec nous même s’il n’a que 18 ans et il est dans la Ligue américaine maintenant... On a un club qui va se battre toute l’année pour participer aux séries, et après tout peut arriver, comme on l’a vu avec Ottawa l’an passé. »

Ces espoirs n’aident évidemment pas Vigneault dans l’immédiat. Il est heureux cependant de voir que Zibanejad répond bien aux attentes placées en lui quand un nouveau contrat de cinq ans lui a été consenti cet été (à 5,35 M$/an). L’ancien Sénateur avait 9 buts et 19 points avant d’affronter son ancien club. « Il excelle en avantage numérique et j’aimerais juste qu’il fasse un peu mieux à cinq contre cinq », a noté Vigneault à son sujet.

LES SÉNATEURS EN BREF

Revers contre les Coyotes

Pour une deuxième fois en quatre départs cette saison, le gardien substitut Mike Condon a laissé une victoire qui semblait dans la poche lui filer entre les doigts samedi lors d’un revers de 3-2 en prolongation contre les Coyotes de l’Arizona. Celui-ci a fait cadeau du but égalisateur d’Anthony Duclair avec un peu moins de 9 minutes à jouer, ratant la rondelle qu’il cherchait à dégager, avant de voir ce même Duclair compléter son tour du chapeau à ses dépens en prolongation avec un tir qui lui est passé entre les jambières. « J’ai vu une chance de faire un jeu, c’était la bonne décision, mais j’ai juste mal exécuté, j’ai raté la rondelle », a expliqué Condon au sujet du but égalisateur, lui qui avait raté une sortie en fin de match contre les Kings de Los Angeles le 24 octobre dans un revers de 3-2 en tirs de barrage.

Zibanejad jaloux

L’ancien Sénateur Mika Zibanejad n’a pas caché lorsque croisé par Le Droit à l’entraînement matinal des Rangers qu’il avait été un peu jaloux de voir ses anciens coéquipiers jouer deux parties dans son patelin de Stockholm la semaine dernière. « Je serais vraiment heureux d’obtenir la même chance un jour. Ma famille regarde les matches à la télévision et ils viennent de temps en temps, mais ce serait encore plus spécial de jouer devant eux à la maison. Le (Ericsson Globe) est un endroit où j’ai joué souvent, mais d’y jouer un match de la LNH serait quelque chose. J’espère que la ligue va penser à nous si elle veut répéter l’expérience, surtout qu’on a un gars très populaire là-bas », a-t-il confié en regardant vers le vétéran gardien Henrik Lundqvist.

Entre les lignes

Guy Boucher a décidé d’y aller avec un alignement conventionnel de six défenseurs et 12 attaquants pour le match de dimanche soir, l’ailier gauche Nick Paul étant inséré pour remplacer le défenseur Ben Harpur, qui avait affronté les Coyotes samedi... Alain Vigneault a retranché l’attaquant québécois David Desharnais pour le match contre les Sénateurs, une première cette saison, même s’il a dit qu’il « nous donne exactement ce qu’on attendait de lui ». L’ancien du Canadien a deux buts et huit points à sa fiche... Mark Borowiecki et Mark Stone ont compté pour les Sénateurs samedi, un 13e cette saison pour Stone et un 2e pour Borowiecki, ce qui est un sommet personnel pour lui. Il avait compté un seul but lors de chacune des cinq saisons précédentes.