Rappelé par les Sénateurs, Max Véronneau pourrait profiter de l’absence de Bobby Ryan pour faire sa marque avec le grand club.

Véronneau s’amène en renfort à Ottawa

DETROIT — L’appel de Troy Mann est venu alors que Max Véronneau ne s’y attendait pas vraiment.

« Je m’installais sur le sofa pour regarder du football [dimanche après-midi] et Manner m’a appelé pour me dire que je montais [dans la LNH]. Donc quelques heures plus tard, j’étais sur la route », a-t-il raconté lundi matin après avoir participé à l’entraînement des Sénateurs sur la patinoire auxiliaire du Little Caesars Arena.

L’attaquant francophone originaire d’Ottawa, qui avait terminé la saison dernière dans son patelin après avoir été mis sous contrat à sa sortie de l’université Princeton, connaissait un début de campagne plutôt moyen avec les Senators de Belleville, club dirigé par Mann. En 14 parties dans la Ligue américaine, il avait trois buts et trois passes à sa fiche, même s’il avait été rayé de l’alignement à quelques occasions.

« La période d’ajustement a été difficile. La LAH est une ligue très difficile, j’ai eu de la misère à me mettre en marche. Mais je pense que ça allait mieux depuis quelques semaines, et j’espère pouvoir continuer comme ça ici. Je pense être mieux ajusté au système de jeu maintenant, après avoir eu un petit avant-goût l’an dernier », a raconté le jeune homme de 23 ans originaire du secteur Gloucester.

L’entraîneur-chef D.J. Smith a confirmé les dires de Véronneau concernant son jeu récemment.

« Je vais certainement le faire jouer lors d’un des deux prochains matches [mardi à Detroit ou mercredi à Montréal]. Il jouait bien ‘en bas’. On a téléphoné là-bas pour demander quels gars allaient bien actuellement et il est un de ces gars-là. Il est rapide et je pense qu’il peut nous aider, donc on va voir », a commenté Smith.

Ce dernier pourrait insérer Véronneau sur son quatrième trio à la place du vétéran Bobby Ryan, qui n’a été sur la glace que quelques minutes lors de l’entraînement de lundi, incommodé apparemment par un virus.

Cette porte qui est entrouverte, Véronneau veut évidemment la défoncer, fort de son expérience de 12 matches à la fin de la saison dernière, alors qu’il avait récolté deux buts et deux passes.

« Être retranché au camp, ce n’était pas ce que je voulais. Mais je pense que passer un mois et plus dans la Ligue américaine a aidé mon jeu, j’ai gagné un peu plus de confiance à tous les niveaux. J’espère que ça va se transposer ici. J’ai eu la chance de jouer 12 matches l’an dernier et j’espère en jouer plusieurs autres. Ajouter de la force et de la vitesse à l’entraînement devrait aider, parce que j’ai pu voir la différence entre le hockey universitaire et la LNH, où il y a des tonnes de bons joueurs et tout le monde travaille fort », a indiqué le diplômé en ingénierie mécanique.

Il aimerait évidemment suivre l’exemple des attaquants Nick Paul et Filip Chlapik, ainsi que Jean-Christophe Beaudin même s’il a été rétrogradé la semaine dernière, en profitant de la chance qui s’offre à lui pleinement. « Il faut toujours être prêt. Ottawa va donner beaucoup de chances de monter et quand ça se présente, il faut profiter pleinement de cette opportunité », a-t-il souligné.

+

LES SÉNATEURS EN BREF

Smith à la maison

Les Sénateurs ont pris une décision un peu surprenante en s’amenant à Detroit en provenance de Buffalo après leur match de samedi soir alors qu’une journée de congé était à leur horaire, la Ville de l’automobile n’étant pas une destination particulièrement prisée des touristes. Mais il faut savoir que l’entraîneur-chef D.J. Smith est originaire de Windsor, ville voisine de l’autre côté de la rivière Detroit.

«C’est bien de revenir, j’ai grandi en regardant les Red Wings. J’ai grandi à Windsor et je suis venu souvent [au Joe Louis Arena] voir jouer Bob Probert, [Steve] Yzerman et tous ces gars-là. C’est spécial de revenir coacher ici, a dit Smith. Je vais avoir une vingtaine de parents et amis dans les gradins. Ils savent maintenant qu’ils doivent acheter leurs propres billets. Comme joueur, je les achetais pour eux, mais tu réalises vite à quel point ils sont dispendieux. Ils les obtiennent à l’avance. Bien des gens ne savent pas que Windsor est juste à un mille [de Detroit]. Il y a beaucoup de fervents amateurs de hockey là.»

***

Entre les lignes

  • Smith a fait savoir que le gardien Anders Nilsson affrontera les Red Wings, alors que Craig Anderson sera délégué pour affronter le Canadien mercredi au Centre Bell.
  • Jean-Gabriel Pageau mène toujours la LNH pour le différentiel avec son plus-15, à égalité avec Jared McCann, des Penguins, après son moins-4 de samedi à Buffalo. L’attaquant des Red Wings Andreas Anthanasiou est à l’autre bout du spectre, bon dernier dans la LNH avec son moins-21.
  • La famille de l’attaquant des Sénateurs Vladislav Namestnikov habite à Detroit et elle sera évidemment dans les gradins du Little Caesars Arena mardi soir pour l’encourager. «Je suis passé les voir hier [dimanche] et ils vont être là, c’est toujours le fun de jouer devant eux», a-t-il dit. Plusieurs de ses coéquipiers ont profité du congé pour assister au match des Lions contre les Cowboys de Dallas remporté par ces derniers au Ford Field.