Une occasion pour les Sénateurs de refouler les Sharks

Les Sénateurs ne sont pas encore éliminés mathématiquement, mais leur prochaine défaite, même en prolongation ou tirs de barrage, ou le prochain gain des Maple Leafs ou des Islanders va régler cette formalité.

Leur voyage de cinq matches qui s’amorcera samedi soir à San Jose n’a donc une signification que dans l’optique de tenter d’obtenir les meilleures chances à la prochaine loterie du repêchage, dont la date discutée est le 9 avril.

Et à ce chapitre, leur tournée de la Californie qui s’arrêtera ensuite à Anaheim mardi et Los Angeles mercredi aura un certain intérêt.

Seulement quatre points séparent les Sharks (62), les Ducks (62) et les Kings (58) dans la cave du classement de la division Pacifique, les trois clubs ayant joué le même nombre de matches (67) avant que les Leafs ne visitent Anaheim tard vendredi soir.

Les partisans des Sénateurs sont particulièrement intéressés par la déconfiture des Sharks cette saison, évidemment, étant donné qu’Ottawa détient leur premier choix à l’encan de juin à Montréal obtenu dans le cadre de l’échange d’Erik Karlsson, dont la saison 2019-2020 est terminée en raison d’une fracture à un pouce qui a nécessité une opération.

Il est dans l’intérêt des Sénateurs que les Sharks finissent derrière les Ducks et les Kings, ces derniers connaissant une bonne séquence avec quatre gains de suite et une fiche de 7-2-1 à leurs 10 dernières sorties.

Ça ne changerait évidemment que quelques points de pourcentage de remporter la loterie en bout de ligne, mais qui sait.

« C’est notre dernier long voyage de la saison et ça devrait être amusant. Il y a 10 points qui ont de la valeur à l’enjeu, ça reste une occasion pour nous de s’améliorer et de remplir le rôle qui nous est confié individuellement, afin d’avoir un bon goût dans la bouche en vue de l’an prochain, a confié Brady Tkachuk avant le départ du club vendredi. On a tous hâte d’aller faire un tour au soleil. En plus, ça va se finir sur un passage chez nous, à St. Louis (après un match à Chicago). Ça va être le ‘fun’ de dormir dans mon propre lit. »

À LIRE AUSSI: Tkachuk en bonne compagnie

Tkachuk mentionnait qu’il regarde le classement de la LNH, d’abord pour voir où sont les Flames de Calgary de son frère Matthew. « Je regarde ce qui se passe dans la course pour les séries avec un œil sur la famille. De notre côté, on cherche à gagner le plus de matches possibles. C’est évident que ça va être un gros repêchage pour nous, mais on essaie juste de faire du mieux qu’on peut. Ce qui va arriver va arriver avec le choix des Sharks que nous avons, notre équipe va finir en jouant avec ardeur jusqu’à la fin », a-t-il ajouté à ce sujet.

Ce sera évidemment le retour du balancier pour les Sénateurs alors que le choix qu’ils ont utilisé pour sélectionner Tkachuk avait été conservé pour sacrifier à la place le premier choix du repêchage de 2019, cédé à l’Avalanche du Colorado dans le cadre de l’échange de Matt Duchene.

L’entraîneur-chef D.J. Smith est d’accord avec son protégé en ce qui a trait à l’enjeu des matches lors de ce périple.

« On va travailler à avoir plus de possession de la rondelle. C’est certain qu’on veut bien se défendre, mais en bout de ligne, c’est plus facile si tu as la rondelle au lieu de toujours te défendre. Certains gars veulent juste en finir, mais ce ne sera pas le cas de notre équipe, nous allons jouer avec ardeur jusqu’au dernier buzzer », a-t-il commenté jeudi soir.

Bobby Ryan risque d’attirer l’attention lors du voyage alors que son récent retour après une absence de trois mois pour régler des problèmes de dépendance à l’alcool va faire jaser à Anaheim, où il avait amorcé sa carrière en plus de passer une partie de son adolescence troublée à Los Angeles.

« Ça ne voudra pas dire grand-chose pour moi, à part pour ma femme qui vient de là, je n’ai plus trop de liens à part quelques amis à voir. C’est juste un autre voyage à ce stade-ci », a-t-il confié à ce sujet.

+

LES SÉNATEURS EN BREF

Crainte du coronavirus à San Jose

Alors que de nombreuses équipes et ligues professionnelles en Europe prennent des mesures pour tenter de contrer la propagation du coronavirus (ou COVID-19), comme présenter des matches devant des gradins vides, les Sharks ont fait savoir vendredi que leur match contre les Sénateurs samedi aura bel et bien de l’avant, malgré une recommandation du comté de Santa Clara (où San Jose est situé) d'annuler les grands rassemblements de foule.

Ils invitent cependant les personnes plus à risque de contracter le virus de suivre une suggestion du département de la santé de rester à la maison et d’éviter les événements sportifs ou les concerts et les parades.

D.J. Smith a dit cette semaine que les Sénateurs ne prenaient pas de mesures spéciales à l’heure actuelle, confiants que les préposés à l’équipement faisaient du bon travail pour désinfecter l’équipement et les vestiaires de l’équipe.

***

Chabot incertain

Alors que la Fédération internationale de hockey sur glace a annulé certains événements en mars en raison du coronavirus, le Championnat mondial de hockey prévu en Suisse au mois de mai demeure à l’horaire et les joueurs de la LNH vont devoir soupeser les risques d’y prendre part (la LNH suggère présentement à ses clubs de ne pas envoyer d’employés en Europe pour des voyages d’affaires).

Le défenseur des Sénateurs Thomas Chabot a confié au Droit cette semaine qu’il n’était pas certain de répondre à l’appel de Hockey Canada qui va inévitablement venir bientôt, mais ce n’était pas en raison de crainte du virus.

« Ça fait deux ans de suite que j’y vais. Je ne sais pas, je n’ai pas pensé à ça, honnêtement. Cette année, j’aimerais prendre un été pour me concentrer à m’entraîner, prendre de la force physique et des choses comme ça. Mais on va voir quand l’opportunité va venir », a-t-il dit.

***

Les Brown chanceux

L’espoir Logan Brown a raconté au site internet des Senators de Belleville que son père Jeff, l’ancien de la LNH, a eu une bonne frousse jeudi, jour de son 22e anniversaire, alors qu’il s’est retrouvé dans les eaux de la baie de Quinte en tentant de sauver le chien du centre.

Ce dernier, nommé Boone, pourchassait des bernaches quand la glace a craqué sous son poids. L’ancien entraîneur des 67’s a réussi à sortir le chien de l’eau, et lui-même ensuite.

« Par chance, il avait vu un vidéo sur Facebook la semaine dernière d’un gars qui montrait comment sortir, il est allé à la surface de la glace et j’ai réussi ensuite à le tirer, a relaté Logan Brown, qui est présentement sur la liste des blessés. Il va bien, je lui ai parlé ce matin et il est ‘OK’. Le chien va bien aussi. »