Ce contenu vous est offert gratuitement, il ne vous reste plus de contenu à consulter.
Créez votre compte pour consulter 3 contenus gratuits supplémentaires par jour.
Alex Galchenyuk apprécie la chance que les Sénateurs d’Ottawa lui donnent de relancer sa carrière.
Alex Galchenyuk apprécie la chance que les Sénateurs d’Ottawa lui donnent de relancer sa carrière.

Une «grosse année» pour Galchenyuk

Marc Brassard
Marc Brassard
Le Droit
Article réservé aux abonnés
Alex Galchenyuk apprécie la chance que les Sénateurs d’Ottawa lui donnent de relancer sa carrière, mais il ne pense pas pour autant que ça passe ou ça casse pour lui après ses passages difficiles, en Arizona, à Pittsburgh et au Minnesota lors des deux dernières saisons.

«C’est une opportunité énorme qui se présente, mais je ne pense pas être à la croisée de chemins ou quelque chose du genre. Je me suis bien préparé et c’est une grosse année pour moi et pour l’équipe. En arrivant ici, je veux contribuer le plus que je le peux... Il n’y a pas de surprise en arrivant ici, je sais que je dois travailler chaque jour et j’ai hâte de jouer des vrais matches», a lancé l’ancien compteur de 30 buts avec le Canadien de Montréal lors de la meilleure de ses six saisons avec eux.

Au cours des derniers jours au camp, incluant mercredi lors d’un match simulé, l’Américain de descendance russe a été jumelé au vétéran centre Artem Anisimov, alors que la fameuse question qui était toujours posée à Montréal, à savoir s’il était un ailier gauche ou un centre, ne se pose pas à Ottawa.

«Je me sens bien, ça s’améliore avec les jours qui passent. On a travaillé sur notre conditionnement lors des premiers jours et c’est bien de jouer quelques matches simulés maintenant, c’est ce qui nous donne les vraies sensations de match, surtout qu’il n’y aura pas de parties d’exhibition. Les choses vont bien, je n’ai pas à me plaindre et il reste neuf jours pour se préparer au début de la saison», estime-t-il.

Anisimov a compté un but en échappée lors de la partie simulée, déjouant le gardien Matt Murray. Auston Watson était le troisième membre de leur trio.

L’entraîneur-chef D.J. Smith risque de jouer avec ses combinaisons d’ici au début de la campagne, d’autant plus que des attaquants comme Derek Stepan et Tim Stützle sont en quarantaine pour encore quelques jours tandis que Chris Tierney et Vitaly Abramov sont blessés.

Interrogé à savoir où Galchenyuk pourrait cadrer dans son alignement final, il a réservé sa réponse pour plus tard. «Il a compté des buts plus tôt dans le camp, mais pas aujourd’hui. Présentement, c’est un pile ou face entre bien des gars ici. On va voir quand Stepan et Stützle vont être sur la glace, on va avoir une meilleure idée à ce moment-là comment tout le monde va cadrer. C’est une année différente avec beaucoup de nouveaux joueurs», a-t-il indiqué.

En attendant de savoir quel genre de rôle il va obtenir dans l’échiquier des Sénateurs, Galchenyuk a réglé une question d’entrée de jeu, celle de savoir quel surnom il utilisera dans le vestiaire : avec le Tricolore, il avait dû laisser celui qu’il avait eu au hockey mineur et junior, «Gally», à Brendan Gallagher, qui avait plus d’ancienneté, adoptant plutôt «Chucky» comme patois.

«J’ai été ‘Gals’ en Arizona, et maintenant je retourne à ‘Gally’, il n’y a plus de complications, ça facilite l’ajustement», a-t-il blagué.

Dans la division Nord, Galchenyuk aura l’occasion de revoir le Canadien à 10 reprises au cours de cette saison écourtée de 56 matches et il s’attend à beaucoup d’intensité.

«Ça va être comme des parties de séries quand on va jouer aussi souvent contre le même club. Il va falloir faire beaucoup plus d’ajustements d’un match à l’autre, surtout en avantage et en désavantage numérique», estime Galchenyuk.

Le nouvel attaquant des Sénateurs, Alex Galchenyuk

Entre les lignes

  • Après Josh Norris, c’était au tour de Logan Brown d’obtenir une chance entre Brady Tkachuk et Evgenii Dadonov lors du match simulé de mercredi. «Il a été très bon lors des entraînements du jeu de puissance. Il a compté un but aujourd’hui et fait un beau jeu pour un autre, il pousse fort pour un poste et comme tout le monde, il fait de bonnes choses... On va continuer à pousser tout le monde pour voir s’il y en a qui vont baisser de régime, ce qui pourrait affecter notre alignement de départ», a indiqué D.J. Smith à son sujet, lui qui a muté Cédric Paquette à l’aile pour l’occasion.
  • Le deuxième premier choix des Sénateurs en octobre dernier, le défenseur Jake Sanderson, a remporté la médaille d’or du Championnat mondial junior avec les États-Unis mardi et il a fort impressionné Smith. «Il joue comme un gars plus vieux que 18 ans. Son intelligence, son bâton sur la rondelle, il joue comme un défenseur de 24 ans qui est passé à travers de toutes les batailles. Il va jouer dans la LNH longtemps», pense Smith.
  • L’attaquant Alex Formenton tente de se tailler un poste au camp et le rapide patineur a indiqué mercredi qu’il a surtout travaillé à améliorer ses mains pendant la longue saison morte. Ancien membre d’Équipe Canada junior, il s’est fait tirer la pipe en raison du revers de la formation unifoliée. «Mais j’ai dit à Josh Norris que j’ai gagné la médaille d’or l’année où on y était tous les deux (2018)», a-t-il rappelé.