Alex Formenton (# 59) célèbre son but marqué en deuxième période.

Une défaite à Winnipeg

L'entraîneur-chef des Sénateurs Guy Boucher s'attendait à une meilleure performance de son club qu'à sa sortie précédente, un revers de 8-1 contre les Devils du New Jersey à Summerside.
Ce n'était pas bien difficile et ils ont effectivement mieux joué mercredi soir à Winnipeg, mais ils ont échappé une avance de 3-1 après 39 minutes de jeu pour s'incliner 5-3 contre les Jets lors de leur avant-dernier match du calendrier préparatoire.
Bobby Ryan, l'impressionnante recrue Alex Formenton sur une échappée et Kyle Turris ont réussi les buts des visiteurs, alors que Nic Petan, Dustin Byfuglien, Marco Dano, et Bryan Little, avec un doublé (le second dans un filet désert), ont marqué pour les Jets.
Le gardien des Sénateurs Mike Condon a fait face à 34 lancers en tout à son premier match complet de la présaison, lui qui avait alloué sept buts aux Devils lundi.
Les Sénateurs profiteront maintenant d'une journée de congé jeudi et ils disputeront ensuite leur dernier match hors-concours samedi soir au centre Bell contre le Canadien.
Les espoirs sous la loupe de Boucher
Les Sénateurs ont amorcé le dernier droit de leur camp d'entraînement mercredi soir à Winnipeg, ce qui veut dire que ça va bientôt passer ou casser pour les recrues Thomas Chabot, Logan Brown et Alex Formenton.
Dans les cas des deux premiers, l'entraîneur-chef Guy Boucher a réitéré avant le départ vers la capitale manitobaine que leurs sorts sont intimement liés à l'état de santé de ses deux plus grands blessés, Erik Karlsson et Derick Brassard.
« Je ne sais pas où je m'en vais cette fois, alors qu'avant je savais que je retournais dans le junior. Ça me joue un peu dans la tête, mais j'essaie de ne pas penser à ça», a affirmé Thomas Chabot avant son départ pour Winnipeg.
Alors que le premier progresse, le second patine avec ses coéquipiers depuis déjà plusieurs jours. Il ne lui manque que le feu vert du chirurgien qui a réparé son épaule en juin dernier pour se prêter à des exercices avec contact et possiblement affronter les Capitals de Washington jeudi prochain. Boucher ne savait cependant pas si Brassard devra aller consulter son chirurgien en personne à Cleveland ou si les médecins de l'équipe pourront lui donner leur accord en consultation à distance avec celui-ci.
« Un gars comme Brown n'a pas besoin de retourner jouer avec la rondelle dans le junior, on voit bien ce qu'il est capable de faire. C'est plus une question, 'Est-ce qu'on a de la place pour lui ?' Il a montré qu'il est capable de jouer avec nous, mais là, ça va être plus dur les deux prochains matches, et, est-ce qu'il est encore aussi bon ? Si oui, après ça on va voir où on en est. Brassard est-il revenu et quel genre de glace peut-on lui donner ? Pour chaque joueur, c'est une évaluation un peu différente dépendamment des circonstances et de leur rôle », a-t-il expliqué.
Brown se retrouve un peu dans la même situation que Chabot au camp de l'an dernier alors qu'à 19 ans, il pourrait bénéficier d'un essai de début de saison - les Sénateurs ont neuf parties pour déterminer s'ils veulent utiliser la première année de son contrat de recrue de trois saisons - avant de le retourner dans les rangs juniors. Formenton, à 18 ans, a brouillé les cartes jusqu'à maintenant. Par contre, il jouait sur un quatrième trio la saison dernière à London et il aurait probablement besoin de jouer dans un plus grand rôle à ce niveau, au lieu de jouer quelques minutes par match sur un quatrième trio, comme il l'a fait mercredi à Winnipeg aux côtés de Nate Thompson et Tom Pyatt.
Et puis il y a le cas de Chabot, le premier choix de 2015 qui a été si dominant la saison dernière avec les Sea Dogs de Saint-Jean. Le défenseur est dans une situation différente cette fois alors qu'à 20 ans, les Sénateurs ont l'option de l'envoyer poursuivre son apprentissage avec leur club-école dans la Ligue américaine, à Belleville.
« Il y a deux choses avec lui. Un, ça va monter de calibre. On s'en va sur la route (à Winnipeg et Montréal pour les deux derniers matches) et ça va être difficile. On prend l'avion et tout ça. Est-il capable de gérer ça ? Puis il y a le côté physique et défensivement, comme pour n'importe quel jeune. Mais avec la rondelle, dans notre zone, est-il capable de ne pas la redonner à l'adversaire quand il n'a rien d'ouvert. C'est la chose la plus difficile parce que ça arrive vite et les jeunes ont tendance à se débarrasser (de la rondelle). On travaille avec lui pour qu'il soit capable de soit la garder ou attendre de l'aide, pour pas qu'on fasse des revirements dans notre zone, ce qui est mortel », a-t-il répondu quand le Droit lui a demandé ce qu'il espérait voir de Chabot lors des deux dernières parties hors-concours.
« Il fait de super belles choses, on voit qu'il est en avance sur l'an dernier, c'est certain. Il a pris une grosse coche de maturité. Mais il reste à voir dans le peu de temps qu'il nous reste s'il peut améliorer ça », a-t-il ajouté.
Avant le départ vers Winnipeg, Chabot demeurait confiant en ses chances de commencer la saison à Ottawa, même s'il sait que la possibilité d'aboutir à Belleville est très réelle. « Je ne sais pas où je m'en vais cette fois, alors qu'avant je savais que je retournais dans le junior. Ça me joue un peu dans la tête, mais j'essaie de ne pas penser à ça. Je me concentre à tenter de faire de mon mieux lors des deux derniers matches hors-concours, en espérant les jouer tous les deux », a dit Chabot, qui devait jouer à droite aux côtés de Dion Phaneuf en soirée contre les Jets.