Thomas Chabot est de retour en ville.

Une bonne première journée à Ottawa pour Chabot

Un joueur a complètement dominé le match amical impliquant les hockeyeurs de la Ligue nationale, mardi matin, à Kanata. Pendant 90 minutes, Thomas Chabot a fait à peu près tout ce qu’il voulait, avec la rondelle.

Il avait l’air de bien s’amuser.

«La première journée, c’est tout le temps le fun. C’est le fun, revenir. C’est le fun, revoir les employés de l’aréna. C’est le fun, revoir les gars qui ont passé l’été en ville… Veux, veux pas, c’est notre maison, ici. C’était ma première pratique. J’ai eu bien du plaisir», a-t-il confirmé en quittant la glace.

Chabot est de retour en ville, donc.

Pour un gars comme lui, c’est tôt.

On peut habituellement répartir dans trois catégories, les hockeyeurs qu’on rencontre à Kanata, avant le 1er septembre.

Il y a d’abord ceux qui passent leurs étés en ville. Mark Borowiecki et Jean-Gabriel Pageau, par exemple, ne sont jamais partis.

Il y a ensuite les pères de famille, comme Nikita Zaitsev. Leurs enfants ont besoin de temps pour s’acclimater.

Il y a enfin les jeunes comme Logan Brown, Rudolfs Balcers, Josh Norris... Ils essaient de prendre un peu d’avance, pour gagner un poste dans la LNH.

Chabot ne coche aucune de ces cases.

Il nous a dit que sa copine est sur le point d’entreprendre une nouvelle année d’études à l’Université d’Ottawa. C’est une bonne raison de vouloir rentrer en ville plus tôt.

Il pourra profiter des prochaines journées pour se familiariser avec les nouveaux entraîneurs.

En tant que défenseur numéro un, le Québécois occupera une grande place dans le plan de match pour la prochaine saison.

Il occupera un poste si important qu’on pourrait facilement oublier qu’il fait partie des plus jeunes joueurs de l’organisation.

«Je suis encore jeune, assure-t-il. Ça fait juste deux ans que j’évolue dans cette ligue-là. Je viens de fêter mes 22 ans, en janvier.»

«J’apprivoise mon rôle. Je veux prendre avantage de tout ça, mais je veux continuer d’apprendre. Je n’ai pas encore tout compris, dans le hockey.

Les gars qui sont plus vieux et qui nous entourent vont continuer de nous aider. C’est comme ça qu’on continue à grandir.»

Chabot veut s’améliorer défensivement, durant la saison 2019-2020. Il veut aussi grandir en tant que leader. «J’essaie de m’inspirer de Boro. Je n’ai pas encore eu la chance de rencontrer Ron Hainsey, mais je suis convaincu qu’il sera capable de m’aider et qu’il pourra aider tous les jeunes.»

Compétition et contrat

Chabot a quand même hâte de côtoyer les autres jeunes joueurs qui veulent se greffer au groupe. «Ça va être le fun de voir toutes les bagarres, au camp. Plusieurs jeunes ont bien fait dans la Ligue américaine. Ça va être le fun de les voir se battre pour un poste dans l’équipe.»

Mardi matin, dans le match amical, le principal complice de Chabot était Josh Norris. Ils ont uni leurs efforts pour marquer plusieurs buts.

Les prochaines semaines seront déterminantes pour l’avenir de Chabot. Le directeur général des Sénateurs, Pierre Dorion, a débuté une tournée médiatique. Il a laissé entendre que les négociations vont bon train.

«Je ne suis pas nécessairement stressé avec ça. Je ne me couche pas, le soir, dans mon lit, en pensant à ça», réagit-il.

«Ça se parle dans les réseaux sociaux. Je laisse ça à mes agents. Quand ça va bouger, ils me mettront au courant.»

+

La retraite pour McKenna

Le gardien de buts Mike McKenna a choisi d’accrocher ses patins. Il en a fait l’annonce dans son réseau social de prédilection, Twitter, mardi après-midi. On se souviendra de lui, entre autres, parce qu’il a disputé une dizaine de matches dans l’uniforme des Sénateurs, la saison dernière. Ce fut un arrêt parmi tant d’autres, pour l’athlète qui a porté un grand total de 22 uniformes — sept dans la LNH et 15 dans les mineures — durant sa carrière qui a duré 14 saisons. « Même si j’ai souvent eu l’impression que c’était un fardeau, je réalise aujourd’hui que j’ai été chanceux de jouer dans autant de villes », a-t-il écrit. McKenna se dit heureux, emballé à l’idée de relever de nouveaux défis. Il a passé les derniers mois à s’y préparer. Il a entre autres lancé un podcast intitulé 6 Degrees with Mike McKenna.

+

Brady et ses cheveux

Le fabricant de jeux vidéos EA Sports dévoile, au compte-gouttes, les détails du très attendu NHL 20 depuis quelques jours. Le jeune attaquant des Sénateurs Brady Tkachuk en fera partie pour la toute première fois. Les concepteurs ont profité de la journée de lundi pour présenter son avatar. Même s’il a marqué 22 buts et inscrit 45 points à 18 ans, l’ailier américain devra se contenter d’une modeste cote de 82 sur 100. Ce chiffre importe bien peu, toutefois. Les coéquipiers et amis de Tkachuk ont plutôt remarqué que les graphistes ont reproduit, avec une grande précision, la chevelure bouclée du jeune homme. « La tignasse a fière allure », a gazouillé Thomas Chabot. « Tu devrais exiger qu’ils remettent ton casque sur la tête », a lancé, depuis Las Vegas, Mark Stone.

+

Un festival gratuit

La direction des Sénateurs prend les grands moyens pour attirer les spectateurs à son festival annuel des partisans. Cette année, les fans auront accès au Centre Canadian Tire gratuitement, lors de l’événement qui se déroulera le 14 septembre, de 9 h à 16 h. Comme d’habitude, les partisans qui s’y rendront pourront assister à un match intraéquipe ainsi qu’à trois séances d’entraînement. Des « conférences de presse » seront organisées tout au long de la journée. Il s’agit, en réalité, de séances de discussion en mode « table ronde » impliquant des joueurs, des entraîneurs et des représentants des médias. De nombreuses pièces d’équipement portées par les joueurs au cours des dernières saisons seront mises en vente à la Boutique des Sénateurs.