Maxime Lajoie ne cesse de surprendre les Sénateurs depuis le début du camp d'entraînement. Lors de son premier match de saison régulière, il a récolté un but et une aide.

Une Bataille de l’Ontario renouvelée

Après des débuts spectaculaires à son premier match dans la LNH avec les Sénateurs d’Ottawa, Maxime Lajoie va être lancé dans la marmite bouillante d’une Bataille de l’Ontario qui se renouvelle samedi soir à Toronto.

Le défenseur recrue qui y est allé d’un but et une passe dans le revers de 4-3 contre Chicago jeudi soir sait un peu à quoi s’attendre quand l’équipe de la capitale nationale va débarquer au Scotiabank Arena (nouveau nom de l’ancien Air Canada Center) pour affronter les Maple Leafs de l’endroit à Hockey Night in Canada.

« C’est un peu difficile de revenir sur terre (après un tel premier match), mais là, mon ‘focus’ est juste sur le match contre Toronto. Ça va être une ‘game’ dure, mais si on travaille comme on l’a fait hier, je pense qu’on va être correct », a-t-il souligné.

Avec les Senators de Belleville dans la Ligue américaine l’an dernier, Lajoie a vécu une mini-rivalité avec le club-école des Leafs, les Marlies de Toronto.

« Mais ce n’est pas au même niveau qu’à Toronto. L’atmosphère là-bas va être incroyable, je suis vraiment excité de jouer ce match-là demain », a noté le défenseur de 20 ans, qui a célébré son match de jeudi avec parents, grands-parents, copine et amis, en plus d’avoir un téléphone qui était rempli de messages de félicitations.

En 18 h 53 minute de temps de glace, Lajoie en a fait bien plus que son but et sa passe, frappant également une barre horizontale en plus d’obtenir trois tirs et d’en bloquer quatre autres. Il a terminé le match avec un différentiel de plus-1 en jouant avec le vétéran Dylan DeMelo, l’arrière acquis des Sharks dans l’échange d’Erik Karlsson qui a connu un solide match.

L’entraîneur-chef Guy Boucher avait cependant séparé ce duo à l’entraînement de vendredi, plaçant Lajoie aux côtés de Cody Ceci sur ce qui pourrait bien être sa première paire, alors que Mark Borowiecki est retourné aux côtés de son partenaire habituel, Chris Wideman. C’est Thomas Chabot qui s’est retrouvé aux côtés de DeMelo.

« On essaie des choses mais aussi, sur la route, nous allons essayer de répartir les responsabilités et voir avec quoi nos gars vont être capables de composer. Ils vont lancer les joueurs qu’ils veulent dans la mêlée, il va falloir gérer ça et avec tous nos nouveaux joueurs, on a la chance de faire ça. C’est la même chose avec nos attaquants, je vais essayer de nouvelles choses aussi, mais on va aussi y aller avec les gars qui le méritent, comme Colin White, qui a connu un fort match », a indiqué Boucher, qui a aussi louangé le travail de DeMelo et Mikkel Boedker, un autre ancien Shark, lors du match inaugural de la campagne.

Une visite à Toronto, peu importe le moment, est une occasion de jauger de l’intensité de la rivalité entre les deux rivaux ontariens, dont les quatre duels en cinq ans en séries éliminatoires entre 2000 et 2004 sont un lointain souvenir pour les partisans des deux clubs.

« Nous savons que nous allons affronter une équipe offensive de haut niveau (samedi) et défensivement, nous allons devoir nous améliorer. On ne se cache pas de ça, a dit Boucher. Chaque match que nous jouons contre eux, que ce soit lors de matches hors-concours ou en saison régulière, a été un match durement disputé. Les deux clubs se présentent, et c’est une excellente atmosphère pour les amateurs. Je ne m’attends à rien de moins demain. »

+

Brady Tkachuk

TKACHUK, UN CAS « HAUTEMENT DOUTEUX »

Le premier choix Brady Tkachuk ne demanderait pas mieux que de se tremper les pieds dans la Bataille de l’Ontario pour la première fois samedi soir, surtout que son ami Auston Matthews est une des vedettes des Maple Leafs.

Mais même s’il a patiné aux côtés de ses partenaires réguliers, Mark Stone et Zack Smith, à l’entraînement de vendredi, l’entraîneur-chef Guy Boucher a laissé entendre vendredi qu’il demeurait un cas «hautement douteux» pour ce match en raison de son élongation musculaire à l’aine.

Comme Max McCormick a semblé aggraver la blessure qui l’avait ralenti au début du camp d’entraînement jeudi contre les Blackhawks, Boucher disant qu’il ne sait pas s’il sera «au jour le jour ou de semaine en semaine», le club risque d’être prudent avec l’aine de Tkachuk.

«Moi, je ne sais pas, je me sentais bien aujourd’hui, mais je dois encore aller subir des traitements. Je prends ça au jour le jour. Mais ce serait pas mal ‘cool’ de commencer contre les Leafs, c’est une des bonnes rivalités de la LNH. J’ai très hâte, mais il faut faire pour le mieux». a-t-il dit.

Au cas où il ne puisse jouer, le club a rappelé Paul Carey de Belleville.