Nick Paul aura une nouvelle chance de se faire valoir avec les Sénateurs

Une autre chance pour Nick Paul avec les Sénateurs

LAS VEGAS — Quand il a été retranché au milieu du camp d’entraînement des Sénateurs au retour d’un voyage en Colombie-Britannique, Nick Paul savait que le couperet allait lui tomber sur la tête.

« Je savais que je n’avais pas eu le meilleur match à Vancouver, je n’étais pas content de moi-même. Je savais que ça s’en venait (son retranchement). En retournant à Belleville, je savais qu’il faudrait que je travaille encore plus fort. J’avais travaillé tout l’été et il me manquait quelque chose, là, je suis de retour et j’obtiens une grosse chance et je dois en profiter », a-t-il répondu quelques heures avant d’être lancé dans la mêlée par D.J. Smith, quand Le Droit lui a demandé s’il craignait de ne jamais revenir avec le club de la capitale après cette autre coupe.

Depuis cinq ans qu’il est dans l’organisation des Sénateurs, Paul a souvent fait la navette entre Belleville (et Binghamton auparavant) et Ottawa. Il a joué un total de 56 parties dans la LNH avec eux, répartis sur les quatre précédentes saisons. Le principal espoir acquis dans l’échange de Jason Spezza avec Dallas n’a jamais été capable de faire le saut de façon permanente, cependant.

Smith lui a donné une chance de jouer contre les Knights, un club imposant physiquement, de préférence au vétéran Mikkel Boedker. En l’absence du centre Artem Anisimov, toujours blessé, Jordan Szwarz a pivoté le quatrième trio pour un deuxième match de suite, avec Scott Sabourin comme autre ailier.

« Il (Paul) va devoir effectuer du bon échec avant sur les défenseurs adverses. Pour jouer dans la LNH, il doit avoir une présence physique chaque soir. Il doit lancer les rondelles derrière les défenseurs et aller les récupérer. S’il fait ça, il va avoir une chance de jouer ici », a commenté Smith en matinée jeudi.

Paul arrive en confiance, ayant connu un match d’un but et deux passes dans un gain de 5-4 en prolongation à Binghamton samedi, quand ses compagnons de trio Logan Brown (2-2) et Drake Batherson (1-4) ont aussi explosé en offensive. 

« Notre chimie de l’an dernier est revenue... c’est bon pour la confiance. Ici, je sais ce que j’ai à faire, je ne vais pas reculer dans les coins, je vais jouer l’homme », a-t-il noté.