Dion Phaneuf s’est entraîné avec ses coéquipiers à Rockland.

Un voyage déterminant

ROCKLAND — Avant d’amorcer un voyage qui pourrait relancer leur saison, ou continuer à creuser un trou dont il sera difficile de sortir, les Sénateurs ont tenu un entraînement devant quelques centaines d’écoliers à l’Académie CIH de Rockland, où ils ont pu entendre plusieurs cris d’encouragement en plus de faire des heureux en distribuant rondelles et autographes.

C’était une façon comme une autre de reprendre le collier après deux jours de congé complets décrétés par l’entraîneur-chef Guy Boucher.

« Le calendrier a été difficile, nous sommes repartis sur la route pour un trois matches en quatre soirs la semaine après notre retour d’Europe. C’était le moment pour donner le temps de respirer à tout le monde, faire un pas en arrière et refaire le plein mentalement, physiquement et émotivement, a dit Boucher après coup. Ce fut une bonne journée aujourd’hui, nous avons été très spécifiques dans ce qu’on voulait améliorer. »

Le congé a été apprécié, même s’il a fait l’objet de critiques de partisans sur les réseaux sociaux.

« Mentalement et physiquement, c’était bon. L’année est longue et le personnel d’entraîneurs a fait du bon travail pour gérer notre repos. Présentement, les gens se demandent peut-être pourquoi donner deux jours de congé à un groupe qui a perdu six matches de suite, mais il y a un portrait plus gros à regarder. On voyage beaucoup, surtout lors du périple qui s’amorce. Quand tu as la chance de te reposer, c’est positif. Mais on sait qu’on doit répondre contre un club qui joue mieux, des rivaux de division », estimait le vétéran défenseur Dion Phaneuf.

Expulsés du Centre Canadian Tire en raison de la tenue du tournoi de qualification olympique de curling, les Sénateurs débutent mercredi soir à Montréal un périple de sept parties en 14 jours qui les amènera ensuite à Brooklyn vendredi pour affronter les Islanders, à Winnipeg dimanche, puis en Californie pour trois parties avant de finir à Buffalo le 12 décembre.

Le congé pour faire le plein d’énergie, et la pratique énergique de mardi devant les jeunes, étaient donc nécessaires.

« C’est le fun pour les jeunes, ils étaient excités de nous voir. Tu réalises qu’il y a des gens heureux pareil même si nous avons perdu six matches de hockey. Ce n’est pas la fin du monde, mais on sait que ce voyage va être très important pour le reste de la saison », soulignait le centre Derick Brassard.

Phaneuf abondait dans le même sens. 

« Nous nous sommes placés dans la situation où nous sommes, il va falloir trouver un moyen de s’en sortir. Quand tu es dans une telle séquence, ce n’est pas le fun. En venant ici (à Rockland) pour pratiquer devant les jeunes, tu veux comme hockeyeur professionnel qu’ils aient du plaisir au cours de leur journée. Mais il y a un aspect travail où il faut qu’on s’améliore, et on l’a fait, je pense », a-t-il noté.

Matt Duchene, qui a compté son premier but dans l’uniforme des Sénateurs à son huitième match samedi, pense que sa nouvelle équipe est sur le point d’exploser.

« Notre équipe en a arraché pour ce qui est de compter des buts, il faut tenter d’en compter des moins beaux et c’est ce qu’on a travaillé aujourd’hui. Il y a un moment et un endroit pour tout. Nous avons beaucoup d’habiletés sur cette équipe, les beaux buts vont venir d’eux-mêmes. Ce sont ceux qui sont le résultat de travail dans les coins et devant le filet que des équipes comme la nôtre, ou toute autre équipe de pointe dans la ligue, va parfois avoir de la difficulté à obtenir parce qu’on veut faire le jeu basé sur les habiletés. Parfois, il faut juste simplifier les choses. J’ai confiance qu’on va se mettre en marche en attaque et gagner des matches », a dit Duchene, qui avait hâte de vivre la rivalité entre les Sénateurs et le Canadien, son club favori lorsqu’il était jeune.

Guy Boucher a justement noté mardi que son club n’avait obtenu qu’un tir voilé ou dévié samedi contre les Islanders, alors qu’il en avait obtenu quatre lors de chacun de leurs gains contre l’Avalanche à Stockholm. « On doit défendre les tirs voilés et déviés mieux, et à l’autre bout, on doit en obtenir plus, a-t-il dit. Aussi, on doit être plus patients avec le résultat, mais agressifs dans nos actions, pour qu’on ne se sabote pas nous-mêmes. »

LES SÉNATEURS EN BREF

Le retour de Smith

Remis d’un pouce disloqué, l’ailier gauche Zack Smith est revenu au jeu samedi soir et il a dit mardi qu’il s’était bien senti. « Ça s’est bien passé, considérant combien de parties j’ai ratées (6) et le fait que je n’avais pas pratiqué avec l’équipe auparavant. Le résultat du match a été décevant, mais personnellement, j’étais assez content de comment mon doigt a réagi », a-t-il dit. Revenir au milieu d’une série de défaites n’est pas idéal, mais il a déjà connu pire : « Il y a deux ans, quand nous avons eu notre séquence de fou (avec Andrew Hammond comme gardien), j’étais revenu à la fin quand on avait quelque chose comme 19 victoires et une défaite. Ça c’était énervant, tu ne veux pas être celui qui y met fin », a-t-il noté.

Entre les lignes

Guy Boucher n’a pas voulu dévoiler son alignement en vue de la partie de mercredi soir contre le Canadien, incluant son gardien partant. « On veut donner un départ à (Mike) Condon éventuellement, il devait jouer samedi (contre les Islanders), mais (Craig) Anderson voulait le filet, ce qui est une bonne chose. Lui donner un départ contre son ancien club, on ne considère pas ça. Ça dépend plus de combien de matches Andy a joués, et comment on veut gérer notre voyage », a-t-il indiqué...
Le défenseur Chris Wideman a accompagné ses coéquipiers à Rockland pour subir des traitements à son muscle ischio-jambier déchiré. Boucher a dit que c’est une blessure « cauchemar, les médecins cherchent comment l’approcher du mieux possible. Ça arrive rarement et c’est à très long terme », a-t-il dit.