Le directeur-général des Sénateurs, Pierre Dorion

Un vent de changement dans l’air

Si les Sénateurs sont prêts à écouter les offres pour leur capitaine et super-vedette Erik Karlsson, comme l’a laissé entendre le d.g. Pierre Dorion jeudi même s’il a aussi dit que sa priorité serait de lui faire signer un nouveau contrat pour en faire un « Sénateur à vie », il n’y a pas vraiment d’intouchable dans le vestiaire de ce club qui connaît une saison de misère.

Au lendemain de la sortie publique de leur grand patron, les vétérans de l’équipe qui ont rencontré les médias ont dit comprendre qu’il est normal pour celui-ci de considérer toutes les options possibles d’ici la date limite des transactions du 26 février.

Karlsson lui-même n’était pas disponible, ayant raté l’entraînement de vendredi en raison d’un virus selon l’entraîneur-chef Guy Boucher, mais l’assistant-capitaine Dion Phaneuf a fait face à la musique quelques jours après que l’informateur de TSN Darren Dreger ait mentionné qu’il pourrait intéresser certaines équipes, malgré son lourd contrat (7 millions $ par an pour les trois prochaines saisons).

« Nous sommes dans la situation où on se retrouve en raison de notre jeu et il faut vivre avec les conséquences. On s’est placé où on est au classement parce que nous n’avons pas assez bien joué, nous n’avons pas été assez constants. Et quand tu te retrouves dans cette situation, il va y avoir des questions venant de l’extérieur et c’est normal, a dit Phaneuf. Ce ne sont pas les rumeurs d’échange qui sont dérangeantes, pour être bien honnête. Comme professionnel, tu veux gagner des matches. Et quand on se retrouve où on se retrouve, ce n’est pas trop plaisant. Nous sommes dans une “business” axée sur les résultats, et quand les résultats ne sont pas au rendez-vous, il va y avoir des changements, ou des pourparlers de changements. On va répondre aux questions tant qu’on n’aura pas trouvé le moyen de faire tourner le vent. »

Un autre assistant, Mark Stone, a répondu à la question concernant Karlsson : « Quand un club en arrache, des changements vont être effectués. Les autres clubs voient qu’on en arrache, et il est notre meilleur joueur. Aucun club dans la ligue ne voudrait pas avoir un gars comme ça. Pierre l’a dit, on veut l’avoir ici pour toute sa carrière, il est tellement bon », a-t-il dit, mentionnant concernant son propre avenir (il sera joueur autonome avec compensation l’été prochain) qu’il veut « faire partie de la solution, pas du problème ».

Le Gatinois Derick Brassard estime qu’en tant que joueur, il ne sert à rien de s’inquiéter des rumeurs qui vont s’intensifier au cours des prochaines semaines.

« Nous avons un bon groupe de gars ici et je ne peux qu’essayer de jouer avec ardeur chaque soir. Je ne peux pas penser à ce qui va se passer, a-t-il noté. Ce n’est pas facile d’être dans cette situation. Moi, j’ai déjà été échangé deux fois (par Columbus et New York), mais les situations étaient différentes. C’est la “business” du sport. Nous avons cinq ou six nouveaux visages cette saison par rapport à l’an passé. On va garder le même noyau probablement et il faut se concentrer à jouer au hockey, c’est tout ce qu’on peut contrôler. On va jouer les uns pour les autres ainsi que pour nos partisans, et ce qui doit arriver va arriver. On va faire confiance à Pierre et son groupe. »

L’atmosphère lourde dans le vestiaire rappelle au centre gatinois ses premières années dans la LNH avec les Blue Jackets, qui n’ont jamais pris part aux séries pendant ses quatre saisons et demie en Ohio. « C’est un peu comme ça. Ce qui est différent, c’est que l’équipe sortait de l’expansion et cherchait à se construire. Chaque année, elle cherchait à amener des vétérans pour essayer de changer la culture ou amener plus de leadership. Ici, ce n’est pas comme ça, on a peut-être le deuxième plus vieux club de la ligue, on a de bons joueurs, un bon groupe. Il faut “figurer” ça entre nous autres », estime-t-il.

LES SÉNATEURS EN BREF

Boucher en accord avec Dorion

L’entraîneur-chef Guy Boucher s’est dit d’accord avec l’approche de son patron Pierre Dorion quand il a dit jeudi qu’il croyait encore en son club et qu’il ne planifiait pas de vente de feu, pour l’instant en tout cas. 

«Oui, je suis d’accord. Moi, je “coache” comme ça. Si je “coache” en pensant que des joueurs s’en vont, c’est difficile après ça de prendre de bonnes décisions. Jusqu’à preuve du contraire, on travaille avec les gars qu’on a et on avance avec eux. On regarde la progression de gars comme (Ryan) Dzingel, qui est parti pour une saison de 25 buts, de Matt Duchene, qui joue bien, il a probablement été notre meilleur attaquant (jeudi)... Des rumeurs de joueurs qui s’en vont, j’en ai entendu toute ma vie et c’est très rare que ça arrive. On s’excite beaucoup, puis la date limite des échanges arrive et à tous les ans, c’est la déception alors que rien n’arrive. Il va peut-être y en avoir (des échanges), mais je ne pense pas que ça s’applique à notre équipe, pas de ce que j’ai entendu en tout cas», a-t-il déclaré en réponse à une question du Droit

Entre les lignes

Erik Karlsson a raté la pratique de vendredi en raison d’un virus, a indiqué Guy Boucher. «J’espère qu’il sera en mesure de jouer (samedi)», a-t-il dit. S’il ne peut pas jouer, c’est Fredrik Claesson qui serait appelé à revenir dans l’alignement.

Boucher a annoncé que c’est Craig Anderson qui affrontera à nouveau les Maple Leafs, contre qui il a une fiche en carrière de 15-6-3 avec une moyenne de 2,72.

Le match sera présenté dans le cadre de «Hockey Day in Canada», la célébration annuelle du hockey par le réseau CBC. «J’aime cette tradition, on a tous grandi avec “Hockey Night in Canada”, des gens comme Ron MacLean et Don (Cherry) rendent ça spécial. Ça a eu un grand impact sur moi, et c’est maintenant spécial d’inspirer les jeunes», a dit Matt Duchene à ce sujet.