Jean-Gabriel Pageau

Un «St-Louis en puissance»

Ce soir, les Sénateurs affrontent Martin Saint-Louis. Jeudi, ils accueilleront ses anciens coéquipiers du Lightning de Tampa Bay.
Drôle de coïncidence. Au téléphone, hier midi, Luke Richardson nous disait que les Sénateurs misent sur un «Saint-Louis en puissance» à Binghamton.
Il est parfaitement sérieux. À son avis, Jean-Gabriel Pageau ressemble, à plusieurs égards, à l'attaquant d'exception des Rangers de New York.
«Je ne dis pas que Jean-Gabriel deviendra aussi dominant que Marty sur une patinoire. Marty a quand même déjà remporté le championnat des marqueurs dans la LNH», indique l'entraîneur-chef des Senators de la Ligue américaine.
Attitude et caractère
La comparaison entre les deux attaquants québécois de petite taille tient surtout au niveau de l'attitude, du caractère.
Richardson est drôlement bien placé pour comparer les deux personnalités. Il dirige Pageau à Binghamton depuis presque deux ans. Il a côtoyé Saint-Louis durant une saison, en 2006-2007, quand il évoluait sur la ligne bleue à Tampa Bay.
«Tout comme Marty, Jean-Gabriel est un vrai leader», indique l'entraîneur.
«Jean-Gabriel s'implique à 100% du début à la fin de nos matches. Il s'implique auprès de ses coéquipiers, il s'implique auprès des entraîneurs, il s'implique auprès des arbitres.»
«Il a également cette attitude persévérante qu'un entraîneur ne peut pas enseigner. Les joueurs comme Jean-Gabriel et Martin doivent surmonter une série d'obstacles et défoncer tout plein de portes closes pour atteindre la LNH. Au fil du temps, ça leur permet de développer une belle confiance en leurs habiletés.»
Week-end parfait
Richardson peut se permettre de lancer des fleurs à ses joueurs, ces temps-ci, parce qu'ils le méritent bien. Les Senators viennent de connaître un week-end parfait en signant trois victoires en autant de jours. Ça leur a permis de reprendre la tête du classement de la section Est de la Ligue américaine.
Dans leur plus récent match, dimanche, les Senators ont fait fi de la fatigue pour infliger une râclée de 7-3 aux Americans de Rochester.
Pageau a récolté deux mentions d'aide dans ce match. Ça lui fait sept points à ses cinq derniers matches.
Et pourtant, si les Sénateurs avaient besoin de renfort à l'attaque, il ne serait pas nécessairement celui vers qui on se tournerait.
Pageau dirige un trio polyvalent. Buddy Robinson et Cole Schneider sont ses ailiers.
Le trio Da Costa
Le trio qui effraie les brigades défensives adverses, toutefois, est celui de Stéphane Da Costa, Matt Puempel et Mark Stone.
Stone a marqué deux buts dimanche. Depuis son retour dans la Ligue américaine, le mois dernier, il fonctionne à un rythme très régulier. Il a inscrit 17 points en 13 parties. «Il a vraiment amélioré son coup de patin. Je crois que les gens ont pu le constater lors de son plus récent séjour dans la Ligue nationale. Dernièrement, je dirais qu'il travaille sur ses habiletés avec la rondelle. Le résultat est assez impressionnant.»
Puempel a marqué un but et obtenu une mention d'aide à Rochester. Il totalise maintenant 23 buts, ce qui lui permet d'occuper le quatrième rang chez les recrues dans la Ligue américaine.
«Nous l'avons obligé à travailler fort sur sa défensive en début de saison. Sa production a souffert. Il est devenu un joueur plus complet, un joueur meilleur», complète Richardson.
Sstlaurent@ledroit.com