Les Sénateurs ont signé une quatrième victoire de suite en battant les Ducks jeudi.

Un Noël «spécial» pour Guy Boucher

Guy Boucher s'attend à passer un beau Noël, et pas seulement parce que son club a connu un début de saison qui va au-delà des espérances des plus ardents partisans des Sénateurs d'Ottawa.
Le nouvel entraîneur-chef a mentionné avant de partir en pause pour quatre jours que cette période des Fêtes sera particulière pour lui et sa famille.
« C'est la première fois en sept ans que nous sommes au Canada pour les Fêtes, donc ça va être spécial. D'autant plus que mon beau-père ainsi que ma mère ont tous deux eu à lutter contre des cancers au cours de la dernière année », a-t-il confié après un de ses points de presse de cette semaine.
Boucher a passé les Fêtes des trois années précédentes à Berne, en Suisse, où il s'était réfugié après ses trois saisons à la barre du Lightning de Tampa Bay. Il faut remonter à 2010 pour la dernière période festive passée au pays avec son épouse et leurs trois enfants, quand il dirigeait les Bulldogs de Hamilton.
Même lors des réveillons familiaux, Boucher aura certes des pensées pour son équipe qui commence à être rôdée comme il le souhaitait au début du camp d'entraînement, en septembre dernier.
L'entraîneur québécois a réussi à composer avec toutes les épreuves placées en travers du chemin des Sénateurs, à commencer par la commotion cérébrale subie par Clarke MacArthur au troisième jour du camp. Il y a ensuite eu tous les rebondissements occasionnés par les absences du gardien numéro un Craig Anderson, qui a raté 10 des 11 dernières parties pour accompagner son épouse Nicholle dans ses traitements pour un rare cancer de la gorge, à un hôpital de New York.
La date du prochain retour d'Anderson demeure incertaine, Boucher ayant dit jeudi que le club ne mettait aucune pression sur lui pour savoir quand il pourra réintégrer l'équipe même avec Andrew Hammond au rancart avec une entorse à une cheville. Mike Condon tient bien le fort et Matt O'Connor a agi comme substitut lors des deux derniers matches, alors que le club a mis fin à son rappel d'urgence vendredi pour le renvoyer, sur papier du moins, au club-école de Binghamton.
Le retour de MacArthur
Pour ce qui est de MacArthur, il espérait à un moment donné revenir au jeu le 7 janvier prochain, après une pause de cinq jours de début d'année dans le calendrier de l'équipe. Il s'est cependant ravisé jeudi.
« Ce ne sera pas lors du premier match après la pause, je peux vous garantir ça. Je vais effectuer mon test de base (pour commotion cérébrale) au retour de la pause, et après ça, j'aurai besoin de pratiquer encore quelques jours. Ça a été difficile lors des dernières semaines parce qu'on ne pratique presque pas. Quand on le fait, je peux participer pleinement, accepter des mises en échec et faire tout ce qu'on fait dans un match. Je vais devoir le faire à nouveau après la pause et voir où j'en suis à ce moment-là », a indiqué MacArthur, qui se remet de sa quatrième commotion en 18 mois.
Ce dernier a ajouté « que ce serait probablement une excellente idée d'aller jouer deux parties dans la Ligue américaine (à Binghamton), mais je ne pense pas que c'est dans les plans. J'espère juste revenir aider l'équipe, dans n'importe quel rôle qu'on me confiera. Le club va bien et je ne veux évidemment pas perturber ça. »
Avec quatre victoires de suite en poche et des points de classement à leurs cinq dernières sorties (4-0-1), les Sénateurs auraient peut-être préféré continuer sur leur lancée. Mais en même temps, la pause passée avec leurs proches devrait être salutaire.
« Nous sommes un groupe en confiance présentement, on sait quand on arrive à l'aréna qu'on a une bonne chance de gagner chaque soir maintenant, ce qui est un bon feeling à avoir quand tu joues à ce niveau-ci, soulignait le vétéran défenseur Marc Méthot après le gain de 2-1 en prolongation contre Anaheim jeudi. Mais on a besoin de la pause avec un calendrier tellement compressé. Avec quatre victoires de suite, on va passer un beau Noël et avec les bons vétérans que nous avons, on va revenir prêts à continuer dans la même direction. »
Les Sénateurs (20-11-3) ont trois parties à jouer avant leur prochaine pause, mardi à New York, jeudi lors de la visite des Red Wings de Detroit et dimanche prochain pour lancer l'année 2017 à Washington.