Zack Smith a inscrit le premier but de la saison des Sénateurs, jeudi contre les Blackhawks de Chicago.

Un meilleur départ pour Smith

La saison dernière, au début de ce qui s’est avéré la pire campagne de sa carrière, Zack Smith a dû attendre jusqu’à son 15e match, le 1er décembre, avant de compter le premier de ses cinq petits buts.

Le vétéran des Sénateurs était donc soulagé vendredi au lendemain d’un match inaugural de la saison 2018-2019 où il a secoué les cordages dès le départ, comptant le premier but de son club après à peine 6:47 minutes de jeu.

C’est survenu à peine une semaine après sa soumission surprise au ballottage pour des questions de « performance » selon le d.g. Pierre Dorion, et au lendemain de sa nomination paradoxale comme un des quatre assistants-capitaine du club avec qui il amorce sa 10e saison.

« Je voulais contribuer, et gagner aurait été énorme, surtout contre un bon club comme Chicago. Je suis réaliste, j’aurais aimé faire un tour du chapeau pour prouver que tout le monde avait tort à mon sujet, ceux qui croient que je n’ai plus d’affaire ici. Mais je suis content quand même, c’est un processus. En revenant de la pire saison de ta carrière, tu ne peux pas changer les choses du tout au tout en un soir. Je pense que j’ai pris de bonnes enjambées et je peux aller de l’avant après ce match », a confié l’ancien compteur de 25 buts (en 2015-2016).

Smith s’est vu refuser un but en début de troisième période quand il a frappé la rondelle avec un bâton tout juste un peu élevé. Il acceptait cependant le coup du sort qui lui a valu son but de début de rencontre, son tir de la pointe ayant dévié sur le bâton de Duncan Keith alors que Mark Stone créait un écran devant le gardien Cam Ward.

« Ça faisait du bien d’avoir un bon rebond là-dessus, j’ai juste pris un tir au but et tu ne sais jamais ce que ça va frapper. “Stoney” créait du chaos et le gardien était distrait. Quand tu ne comptes pas pendant longtemps au début d’une saison, tu deviens un peu frustré. Donc c’est bon d’obtenir ce premier but, c’est certain », a-t-il mentionné.

Smith a compté alors qu’il s’est présenté au Centre Canadian Tire avec un nouveau « look », ayant rasé la barbe bien fournie qu’il arborait depuis plusieurs années. Il imitait ainsi Joe Thornton, des Sharks de San Jose, qui a fait de même plus tôt cette semaine.

« Il y a bien des gars dans ce vestiaire qui ne m’ont jamais vu sans barbe, ils n’ont aucune idée de quoi mon menton a l’air. Je vais ressembler un peu plus aux gars qui ont de la difficulté à faire pousser une barbe, comme (Ryan) Dzingel et (Thomas) Chabot, même si “Chaby” essaie très fort, a blagué Smith. Je me suis réveillé de mon somme d’avant-match et on s’en allait sur le tapis rouge, je me suis dit que je la nettoierai un peu. Puis finalement, je l’ai rasée au complet. »

Alors que son équipe disputait son premier match avec plusieurs nouveaux visages et dans un système de jeu plus agressif en échec avant, Zack Smith a aimé ce qu’il a vu des siens. « J’ai trouvé que notre éthique de travail a été la chose la plus importante. Tout le monde a acheté le système que l’on tente de pratiquer, dès le départ. Nous avons travaillé fort et nos jeunes joueurs qui jouaient ce premier match avec les cérémonies d’ouverture, il aurait été facile de se laisser distraire. Mais on a fait du bon travail, même si on a des choses à nettoyer contre des gars qui n’ont pas besoin de beaucoup d’espace pour créer des choses », soulignait-il.

Son compagnon de trio Mark Stone était d’accord : « Il y a eu du positif, mais aussi du négatif lors de ce match. Nous devons nettoyer certaines parties de notre jeu si on veut continuer à s’améliorer, nous avons donné un peu trop de chances de marquer, à des mauvais moments. Ça va être un bon test contre Toronto, qui a un excellent club alors qu’on veut montrer qu’on peut jouer avec eux et faire revivre la rivalité du début des années 2000 », a-t-il dit.

+

LES SÉNATEURS EN BREF

Bientôt Condon

Craig Anderson obtiendra un deuxième départ de suite samedi soir à Toronto, a fait savoir Guy Boucher vendredi, mais il a l’intention de donner un premier départ cette saison dès que possible. « On y a va avec le “flow” présentement, on veut qu’Anderson ait au moins deux départs de suite, et ça pourrait être trois. Mais on ne veut pas attendre trop longtemps avant de faire jouer Condon, il pourrait donc jouer contre Boston (lundi) ou Philadelphie (mercredi). On va voir. On ne veut pas prendre de décision, parce que si tu en prends une et que le gars obtient deux blanchissages, tu as déjà dit à l’autre qu’il va avoir un départ et ce n’est pas bon », a indiqué Boucher.

Dans la ligue East Coast

Parlant de Condon, il voit d’un bon oeil la décision de l’équipe d’envoyer le gardien d’avenir Filip Gustavsson cette semaine à son club affilié de la ligue East Coast, le Beast de Brampton. Il est lui-même un ancien de ce circuit de développement, ayant joué pour le Reign d’Ontario à sa sortie de l’université Princeton, puis avec les Nailers de Wheeling lorsque le Canadien de Montréal lui a fait signer un contrat. « C’est une bonne ligue de développement, pour moi et une douzaine d’autres gardiens, certains qui sont des partants dans la LNH présentement. Ce n’est pas ce que les gens perçoivent, tu obtiens beaucoup de travail, beaucoup de tirs, des échappées alors que les systèmes ne sont pas à point. Pour moi, ça a été la meilleure façon d’apprendre le jeu professionnel. L’important, c’est d’avoir une bonne attitude en allant là, ce n’est pas une rétrogradation. De ce que j’ai vu de lui (au camp), il va être correct et ça va lui être bénéfique », a confié Condon.

Nouvel annonceur

L’annonceur maison des Sénateurs lors des 12 dernières années, Stu Schwartz (mieux connu comme « Stuntman » Stu dans son travail d’animateur matinal à la radio) a annoncé vendredi que le match de jeudi était son dernier au micro du banc des punitions. Revenu l’an dernier après avoir gagné sa bataille contre la leucémie, il a écrit dans un message sur sa page Facebook que « les effets des traitements (chimiothérapie, radiation) et les médicaments (que je prends toujours) m’ont finalement rattrapé ». Son substitut des dernières années, Jonathan Trottier, prendra sa relève.