Mark Stone et ses coéquipiers ne cherchent pas le jeu parfait. C’est pourquoi leur jeu de puissance connait du succès, estime l’attaquant.

Un jeu de puissance en croissance

Revigorée en ce début de saison alors que Guy Boucher l’a prise en main, l’attaque massive des Sénateurs devra subir de légères modifications en l’absence de Brady Tkachuk.

Malgré ses 19 ans, la recrue prenait déjà beaucoup de place sur une des deux unités de l’avantage numérique, ayant amassé la moitié de ses points (un but et deux passes) dans ces situations où il se campait la plupart du temps devant ou sur le côté du filet adverse.

L’entraîneur-chef des Sénateurs a mentionné à quelques occasions qu’il adapte ses stratégies aux forces et faiblesses de ses joueurs, et c’est ce qu’il entend faire en l’absence du quatrième choix au dernier repêchage sur une unité qui était à égalité au 10e rang dans la LNH (avec Anaheim) avant les matches de jeudi soir, avec un taux d’efficacité de 27,8 % (5 buts en 18 chances).

« Nos unités spéciales continuent d’être en croissance, les gars se soucient énormément des détails, a noté Boucher jeudi après un entraînement consacré majoritairement à ces phases du jeu. Le processus est bon, on doit donc continuer à travailler là-dessus, on ne veut aucun relâchement. C’est pourquoi on a passé encore beaucoup de temps dessus (jeudi). Lentement, je commence à comprendre qui est le plus à l’aise à telle place, et à jouer avec tel ou tel autre joueur. »

Boucher aime l’idée d’avoir deux unités qui joue également plutôt qu’une qui peut passer 90 secondes ou plus des deux minutes d’une punition à l’adversaire sur la glace.

« J’aime le fait que les deux unités compétitionnent entre elles, elles sont toutes les deux bonnes. Tu ne peux pas être un bon club en avantage numérique dans la LNH si tu n’as pas deux unités qui sont efficaces. Si tu n’en as qu’une, ton efficacité va baisser à un moment donné parce que toute la pression repose sur elle et c’est plus facile pour l’adversaire de se préparer, puis si un joueur se blesse, ta chimie est partie. Si les deux ont différents looks qui sont menaçants, ça va te donner du momentum même si tu ne comptes pas », estime le pilote québécois.

La clé selon un des principaux morceaux de la première unité, Mark Stone, est que les Sénateurs ne cherchent pas toujours le jeu parfait, comme par le passé avec Mike Hoffman qui décochait des tirs sur réception à gauche et à droite.

« On déplace bien la rondelle, mais si vous regardez les buts qu’on a comptés, ce ne sont pas des beaux buts. Tout le monde se dirige vers le filet et on force le gardien à faire deux ou trois sortes d’arrêts, alors que par le passé, on cherchait à réussir un tir parfait », a souligné Stone.

Pour remplacer Tkachuk près du filet, Boucher entend faire confiance à Colin White (première unité) et Ryan Dzingel (deuxième), mais ils pourraient aussi inverser leurs rôles dans ce que Boucher appelle « la pochette ».

Maxime Lajoie est sur la deuxième unité avec Chris Wideman, alors que Thomas Chabot est le seul défenseur sur la première dans un alignement 1-3-1, et le défenseur franco-albertain sait ce qu’il doit faire pour y rester. « Je suis là parce que je garde les affaires simples et j’envoie la rondelle au but... Notre jeu le plus populaire, c’est pas mal juste d’envoyer la rondelle au but, et les quatre autres gars vont au filet. C’est comme ça qu’on a compté plusieurs de nos buts, ça fonctionne pour nous, donc on va continuer comme ça », a-t-il noté.

+

LES SÉNATEURS EN BREF

Boucher et le cannabis

Avec la légalisation de la possession du cannabis au Canada entrée en vigueur mercredi, l’entraîneur-chef Guy Boucher n’avait pas l’intention de tenir de discussion avec ses joueurs à ce sujet, même si la marijuana demeure une substance proscrite lors des tests inopinés administrés par la LNH (sans qu’un joueur coure le risque d’être suspendu, comme pour les substances améliorant la performance).

« Ça, c’est une affaire de société, et il y a la Ligue nationale qui s’occupe de ça, et il y a l’organisation aussi. Moi, je ne touche pas à ça. Je ne suis vraiment pas le bon gars pour en parler, je n’ai jamais touché à ça de ma vie, et je n’y toucherai pas. Ça fait que... C’est ce que je pense de ça », a-t-il déclaré jeudi.

***

L’Halloween à l’avance

Les joueurs des Sénateurs seront à l’étranger le 31 octobre, ce qui fait qu’ils ont profité de cette pause de quatre jours sans match pour tenir leur party d’Halloween annuel.

Ils ont ensuite fait circuler plusieurs photos sur Instagram de cette soirée, incluant Matt Duchene qui en a profité, avec sa conjointe, pour révéler qu’ils attendent la visite de la cigogne en janvier prochain.

Matt Duchene et sa conjointe

Selon Mark Stone, c’est Jean-Gabriel Pageau et son épouse Camille qui ont volé la vedette en se déguisant en petits vieux. Le Gatinois, qui est au rancart en raison d’un tendon d’Achilles déchiré, a complété son déguisement avec une marchette.

Jean-Gabriel Pageau et son épouse Camille