Tyler Bozak (42) des Maple Leafs tire sur le gardien de buts des Sénateurs d'Ottawa, Craig Anderson (41), près de Jason Spezza (19) au Air Canada Centre.

Un jeu controversé mène à une victoire des Leafs

Phil Kessel est possiblement l'attaquant le plus en vue de toute la Ligue nationale de hockey. Depuis le début de sa carrière, pour une raison qu'on ignore, il a toujours eu le numéro des Sénateurs d'Ottawa.
Ce qui devait arriver arriva. Kessel a réussi un tour du chapeau dans une victoire de 6-3 des Maple Leafs de Toronto contre leurs rivaux ontariens, samedi soir, au Air Canada Centre.
Kessel, sans contredit, a été le héros incontesté de la soirée. «Il faut rendre à César ce qui revient à César. Certains soirs, on commet des erreurs et ce n'est pas très grave. Ce soir, ils ont trouvé une façon de capitaliser sur toutes nos erreurs», a indiqué Craig Anderson après la rencontre.
Dans le vestiaire des perdants, on a quand même très peu parlé de Kessel et de ses excellents partenaires de trio.
On a surtout retenu de ce match un jeu hautement controversé, un des rares buts des Leafs où ils n'étaient pas sur la glace.
Ce but, marqué par Joffrey Lupul, a changé l'allure de la partie et a provoqué la colère chez les Sénateurs.
«À la fin de la soirée, c'est un but. Mais ce but n'aurait jamais dû être alloué. Il aurait plutôt fallu accorder une pénalité majeure aux Maple Leafs. Disons que c'est le genre de jeu qui peut changer l'allure d'un match», se lamente Paul MacLean.
C'est arrivé au milieu du deuxième tiers alors que les Sénateurs menaient par un but et dictaient l'allure du jeu.
Dans une fraction de seconde, tout a changé.
Derrière le filet d'Ottawa, Nazem Kadri a complété une dangereuse mise en échec. Il a frappé Cody Ceci alors qu'il avait le dos tourné.
Kadri n'a pas été puni. Il a donc pu renvoyer la rondelle dans l'enclave. Lupul a marqué.
Les joueurs, les dirigeants des Sénateurs étaient furieux.
«J'avais le dos tourné. Je n'ai jamais vu l'autre joueur qui s'en venait», a indiqué Ceci, tout en précisant qu'il n'a pas été blessé sur la séquence. «Je ressens un peu de douleur, mais ce n'est pas trop mal.»
Le pire, c'est que cet incident est venu assombrir une soirée qui devait être spéciale pour l'arbitre Paul Devorski.
Le vétéran officiel avait été honoré, juste avant la rencontre puisqu'il s'apprêtait à travailler dans un 1500e match dans la Ligue nationale de hockey. On lui avait remis un bâton autographié par tous les joueurs impliqués dans ce match.
Il était tout près de l'action lorsque ça s'est produit.
À sa décharge, à la reprise, on voit clairement qu'il ne regardait pas dans la bonne direction lorsque Ceci a été frappé. Tout est arrivé trop vite pour lui. Il n'a rien vu.
«Les arbitres n'ont rien vu. Ce sont des choses qui peuvent se produire. Je suis convaincu que les responsables de la discipline dans la ligue vont réviser l'incident. Ça ne nous donnera pas grand-chose ce soir, mais au moins, j'ai bon espoir que justice sera rendue», croit Chris Neil.
Cet épisode controversé -- et le tour du chapeau de Kessel -- ont jeté un peu d'ombre sur la performance inspirée de l'homme fort des Sénateurs.
Neil a disputé, de loin, son meilleur match de la saison. Nouvel ennemi juré des fans au Air Canada Centre, il a participé à tous les buts de son équipe.
Au premier entracte, il avait déjà deux points.
Il a ouvert la marque avec un lancer des poignets qui a surpris Jonathan Bernier. Plus tard, il a réussi une superbe passe qui a permis à Colin Greening de mettre fin à une séquence de 10 parties sans marquer.
Neil a inscrit son deuxième but de la soirée au troisième tiers.
Il a donc connu sa quatrième partie de deux buts et sa deuxième partie de trois points dans la LNH.