Craig Anderson bloque le tir de Ben Hutton avec sa jambière, en première période.

Un grand retour gâché

Le retour au jeu d’Erik Karlsson n’a pas été aussi triomphal qu’on aurait pu s’y attendre.

En revenant d’un fructueux voyage dans l’Ouest, ses Sénateurs d’Ottawa ont encaissé leur premier revers en temps réglementaire de la saison, 3-0 face aux Canucks de Vancouver mardi soir devant une petite foule de 13 430 amateurs au Centre Canadian Tire.

Ces derniers vengeaient ainsi leur revers de 3-2 en tirs de barrage qui avait amorcé la série de trois gains de suite de la troupe de Guy Boucher, freinée avec cette défaite. Ottawa (3-1-2) avait amassé au moins un point lors de ses cinq premiers matches.

À son premier match depuis la fin du mois de mai, après quoi il a été opéré au pied gauche pour réparer des tendons endommagés dans sa cheville, Karlsson a joué 22:25 minutes. Il a fait une montée à l’emporte-pièce au premier tiers, passant presque entre les deux défenseurs avant d’échapper tout juste la rondelle. Il a obtenu deux tirs et en a bloqué un, terminant sa soirée avec un différentiel de moins-2. Il a frappé un poteau en fin de match et le rebond de la rondelle a permis à Thomas Vanek de s’échapper et de compter un but d’assurance avec un puissant tir frappé.

« C’était un de ces matches où ils ont joué un peu plus intelligemment que nous et ils ont pris le contrôle du match après que nous avons connu une bonne première période, a analysé le capitaine Karlsson après coup. J’étais un peu rouillé, mais je pense que j’ai assez bien joué en revenant. Je me sentais décent, même s’il reste du travail à faire. Je n’avais pas d’attentes. Ça ne faisait pas si longtemps que je n’avais pas joué au hockey. Le plus difficile, c’était de retrouver mon souffle et d’être surveillé de près tout le temps. »

Les Sénateurs se sont butés au gardien substitut des Canucks Anders Nilsson, l’ancien des Sabres de Buffalo qui effectuait son premier départ dans son nouvel uniforme. Il a été très solide sans avoir besoin d’être spectaculaire face à leurs 32 tirs au total, dont 17 au cours du seul premier engagement.

Malgré une domination qui les a vus allouer seulement quatre lancers, les locaux étaient rentrés au vestiaire tirant de l’arrière 0-1 alors que la recrue Brock Boeser a marqué en avantage numérique, sautant sur un retour de lancer dans l’enclave. Boucher a demandé une reprise vidéo parce qu’il pensait qu’il y avait eu obstruction sur le gardien Craig Anderson, sans succès cependant. 

Il s’agisssait du premier but alloué par l’unité de désavantage numérique en saison régulière, après 15 mineures écoulées avec succès.

« Je ne pense pas qu’il y ait eu relâchement de notre part avec le retour d’Erik. Si ça avait été le cas, on n’aurait pas dominé 17-4 au niveau des lancers. C’est l’autre équipe qui a levé son jeu d’un cran et leur gardien de but qui a été exceptionnel, ça a donné le ton en deuxième période et après ça, c’était un match de route pour eux », analysait l’entraîneur-chef Guy Boucher.

Boeser a obtenu une passe sur le deuxième but des visiteurs en période médiane alors qu’Alexander Burmistrov a habilement fait dévier son tir. Les Canucks venaient tout juste auparavant de se faire refuser un but quand Brandon Sutter a fait dévier un lancer avec un bâton élevé. 

Alors que Boucher a utilisé un alignement à sept défenseurs pour un quatrième match de suite, reléguant Logan Brown aux gradins, Mark Borowiecki a quitté après 40 minutes de jeu en raison d’une blessure au haut du corps. Il a livré un furieux combat contre Derek Dorsett en fin de deuxième, ce dernier venant venger son coéquipier Burmistrov, qui avait tout juste évité le pire alors que Borowiecki s’amenait pour lui assener une percutante mise en échec.

Les Sénateurs tentaient de remporter un quatrième gain de suite contre les Canucks pour la première fois de leur histoire. Ils amorçaient ainsi du mauvais pied un séjour à domicile de cinq matches qui se poursuivra jeudi avec la visite des Devils du New Jersey au Centre Canadian Tire, où ils n’ont toujours pas gagné en 2017-2018 (0-1-2).

•••

« Il faut prendre des chances »

Un poteau d’Erik Karlsson à un bout de la patinoire qui résulte en une échappée pour Thomas Vanek à l’autre bout.

C’était ce genre de soirée pour les Sénateurs d’Ottawa et pour le gardien Craig Anderson, qui n’a rien pu faire sur le boulet de canon décoché par l’attaquant des Canucks à une douzaine de pieds de lui.

«Nous étions si proches de compter, si on le fait, c’est 2-1 et on a une chance, a dit Anderson en souriant face à ce coup du sort. Ce sont des choses qui arrivent, on ne peut pas se fâcher pour ça. On perdait par deux buts, il faut prendre des chances. Vanek a pris un bon tir, tu ne peux réagir sur un lancer frappé à 10 pieds de toi, tu essaies juste de te faire le plus gros possible et espérer qu’il te frappe.»

Son vis-à-vis Anders Nilsson remportait un troisième match sur quatre en carrière contre Ottawa, qu’il avait battu avec Buffalo l’an passé. «J’ai essayé de ne pas trop penser. Je travaillais sur mon jeu après les pratiques, répliquer des situations de matches autant que possible, a-t-il dit après son premier départ de la saison. Je sais que ça m’aide quand les vrais matches commencent. Tu essaies toujours d’obtenir un blanchissage. Évidemment, c’est un boni quand ça arrive. Mais le plus important est la victoire, on avait besoin des deux points. Ottawa a commencé en force, j’ai pu sentir la rondelle tôt dans le match.»

«On voulait commencer le match en force en revenant d’un voyage, on a mis l’accent là dessus et on l’a fait, mais on a levé notre pied de la pédale après la première période, a dit le défenseur des Sénateurs Dion Phaneuf. Le but de Vanek, c’est un rebond du hockey, parfois ils sont de ton bord, parfois non. Erik a été lui-même, il demeure un des meilleurs patineurs de la ligue et nous sommes heureux qu’il soit de retour.»


››› Le sommaire du match