Les liens se resserrent dans le vestiaire des Sénateurs, note Matt Duchene.

Un esprit d’équipe à bâtir

Après une victoire encourageante de 3-0 contre le Canadien de Montréal samedi soir et un léger entraînement dimanche matin, les Sénateurs d’Ottawa ont pris le chemin du Mont-Tremblant pour une première retraite fermée sous le joug de Guy Boucher.

L’entraîneur-chef québécois et le DG Pierre Dorion ont jugé que c’était le genre d’événement nécessaire après les difficultés de la dernière campagne, alors que Dorion a déclaré l’été dernier que le vestiaire du club « était brisé » dans la foulée des accusations de cyberintimidation de la conjointe d’Erik Karlsson à l’endroit de la fiancée de Mike Hoffman. Les deux joueurs ont été échangés depuis, le premier à San Jose et le second en Floride (via San Jose, ironiquement).

Le moment se prête bien pour un tel exercice, alors que l’équipe a terminé son calendrier préparatoire avec deux victoires, celle de 2-1 à Chicago s’ajoutant au gain de samedi au Centre Canadian Tire. Les Blackhawks s’amèneront jeudi pour lancer le calendrier régulier.

« Je l’ai répété souvent, même l’an passé alors qu’il y avait certaines choses, nous avons un bon groupe de gars. Nous commençons à nous souder, a souligné le centre Matt Duchene après cette rencontre. Les meilleures équipes dont j’ai fait partie étaient toujours celles qui étaient les plus proches en dehors de la glace... Le leadership est fort de haut en bas présentement, et on veut continuer ça. On va maintenant passer plus de temps ensemble, l’équipe étant maintenant décidée. On va jouer au golf, une petite compétition entre deux équipes. On va s’amuser beaucoup. Je n’ai jamais fait ça dans ma carrière. »

La compétition en question sera tenue lundi après un exercice à l’aréna de Saint-Jovite, sur les allées du Maître, on présume. Guy Boucher a dit souhaiter qu’il n’y ait pas de « cliques » pour cette activité d’équipe, mais dans l’esprit de la Coupe Ryder, les joueurs seront divisés en deux équipes, le Canada affrontant le reste du monde (États-Unis et Europe).

« C’est un voyage différent parce qu’il n’y a pas de match. Les gars ont une chance de faire quelque chose ensemble. L’idée est qu’on ne veut pas de cliques, de division de quelque sorte que ce soit. On veut que tout le monde soit inclus dans tout ce qu’on fait, pour qu’on ait une vraie atmosphère d’équipe, que les joueurs se soucient les uns des autres. Quand tu fais des choses ensemble, que tu ris ensemble, une activité de groupe t’oblige à bâtir des liens et des relations qui prendraient deux ou trois mois à faire au lieu de juste quelques jours », a expliqué Boucher avant le départ vers le lieu de villégiature.

Oublier l’an dernier

Pratique courante du temps de Jacques Martin à Ottawa, une telle retraite d’avant-saison n’a pas été commune au cours des dernières années, l’ancien DG et entraîneur Bryan Murray n’en étant pas trop friand.

« C’est une première pour moi. C’est un peu le même principe qu’un long voyage de début de saison. Ça devrait être bien amusant. Ça va être bon pour nous, estime le vétéran défenseur Mark Borowiecki. Je pense que le stuff de l’an passé, c’est terminé, ça ne sera pas un problème. On veut juste passer du temps ensemble, être loin de toutes les distractions qu’il y avait ici l’été dernier alors que ce serait mentir de dire qu’il n’y a pas eu de l’énergie négative autour de ce club... On veut apprendre à mieux se connaître, nous avons plusieurs nouveaux visages, on veut s’assurer qu’ils soient confortables avec nous, à l’aise dans leur peau. En plus, ça signale la fin du camp. »

« Ça va être une bonne occasion de se laisser aller un peu et d’apprendre à connaître les nouveaux venus, ce n’est pas évident quand il y a 50 personnes au camp. On commence à avoir un bon esprit d’équipe, ça a paru sur la glace lors des derniers matches du camp », a souligné pour sa part le vétéran gardien Craig Anderson après son blanchissage de 19 arrêts samedi soir contre le Tricolore.