L’entraîneur-chef Guy Boucher estime que l’enthousiasme est revenu chez les Sénateurs depuis le retour de voyage.

Un enthousiasme à conserver

L’enthousiasme était à son comble quand les Sénateurs sont revenus de Stockholm il y a un peu plus d’un mois, après avoir balayé l’Avalanche du Colorado lors de la Série Global avec l’aide de leur nouvelle acquisition, Matt Duchene.

Le retour à la « routine » de la LNH ne s’était pas trop bien passé, les hommes de Guy Boucher encaissant sept revers de suite à leur retour en Amérique du Nord, puis cinq autres de suite dans le cadre d’une séquence noire de deux gains en 14 parties (2-10-2).

Après une autre victoire dans un match « spécial », leur gain de 3-0 aux dépens du Canadien de Montréal samedi lors de la Classique 100 de la LNH au stade TD Place du parc Lansdowne, les Sénateurs ne peuvent évidemment pas se permettre de connaître une autre léthargie collective du genre.

Leur entraîneur-chef Guy Boucher est cependant convaincu que ça ne se reproduira pas, les circonstances étant totalement différentes.

« Le voyage en Europe était spécial, c’est certain. Ce match était spécial aussi, je vais être honnête. Je ne pensais pas que ce serait comme ça, mais c’était tellement bien organisé. C’était mon premier (match extérieur) et ça pourrait bien être mon dernier, on ne sait jamais. Il faut être chanceux et faire partie du plan, ce qui a été notre cas avec le centenaire de la ligue. Ça a été spécial et c’est un de ces événements dont tu vas te souvenir, pas juste le match, mais l’expérience aussi, pour les spectateurs aussi. Notre groupe était très enthousiaste pour ce match, on avait hâte d’y arriver, peu importe que ce soit gros ou qu’il fasse froid, au lieu d’avoir hâte de passer au travers les inconvénients, comme la rondelle qui rebondit sur la glace comme quand on était jeune », a-t-il souligné en revenant à son domicile habituel, le Centre Canadian Tire, lundi matin.

Boucher avait commandé un entraînement de plus de 65 minutes pour l’occasion, histoire de « garder le pied à fond sur l’accélérateur » et il estimait que l’enthousiasme généré par cette expérience unique, et par les deux victoires de suite des siens, était palpable sur la glace.

« Depuis que nous sommes revenus à la maison, je sens que l’enthousiasme est revenu chez nos joueurs, et chez moi aussi. La fatigue était là après le voyage en Suède, pas pendant celui-ci... Le décalage horaire de six heures au retour, puis avoir à jouer trois parties en quatre soirs en revenant. C’était le problème, alors que normalement, tu as besoin d’un jour par heure de décalage pour t’en remettre. Là, nous sommes à la maison. C’était un gros événement, mais c’était chez nous, et ça a été très facile de se rendre au stade, on n’a même pas eu de pratique matinale donc nous étions frais et dispos. Nous sommes frais et dispos en sortant de l’événement, je l’ai vu lors de la pratique », estime-t-il.

« Il y avait beaucoup de publicité entourant cet événement, soulignait de son côté l’attaquant Zack Smith. Tout ça au retour d’un voyage de 15 jours qui en semblait 40 vu qu’on perdait. La journée de congé de dimanche a donc fait du bien, c’était notre première chance de relaxer et recharger les batteries depuis que nous sommes revenus. »

Après la visite du Wild du Minnesota mardi soir, les Sénateurs repartiront à l’étranger, mettant cette fois le cap vers la Floride pour affronter le Lightning de Tampa Bay jeudi et les Panthers de la Floride samedi. Après cela, ils auront un congé de Noël de trois jours. « En regardant le calendrier au début de l’année, on le savait que ce dernier mois serait l’enfer. On espérait s’en sortir mieux que ça, mais on savait que ce serait l’enfer. On regarde le reste du calendrier, et c’en est un de la Ligue nationale. En janvier, avec tous les jours de congé, c’est là qu’on est supposés reprendre notre énergie encore plus, se remettre vraiment. Mais on voit déjà une grosse différence avec nos gars », a noté Guy Boucher.

En janvier, les Sénateurs auront une semaine de congé du 11 au 17 en plus de pouvoir relaxer à nouveau la fin de semaine du 26 au 28 qui est réservée pour le match des Étoiles à Tampa Bay.

Condon a eu froid

S’il y a un joueur des Sénateurs qui était à plaindre lors de la Classique 100 de samedi, c’est bien le gardien substitut Mike Condon, qui n’a pu prendre place sur le banc des joueurs (chauffé) avec ses coéquipiers, celui-ci étant trop petit. « Il n’y avait pas assez de place pour moi donc j’étais sur une chaise sans chaufferette. J’ai gelé, surtout que je ne voulais pas mettre trop d’épaisseurs au cas où je doive embarquer. Heureusement, ce n’est pas arrivé, j’ai juste claqué des dents pendant deux heures, c’est bon pour le corps. Et j’ai bu du chocolat chaud pendant les entractes », a-t-il raconté au Droit lundi. Condon a révélé qu’il aura l’occasion de porter à nouveau son équipement couleur argent et son masque qui l’accompagne vu que les Sénateurs porteront leurs chandails spéciaux de la Classique à six autres occasions cette saison.

Dumont au rancart

Le gardien numéro un Craig Anderson a raté l’entraînement de lundi pour cause d’entretien personnel, mais il affrontera le Wild mardi soir. Le seul autre absent était l’attaquant québécois Gabtriel Dumont, qui représente un cas douteux pour le match de mardi en raison d’une blessure à une cheville subie samedi contre le Canadien. « Il s’est blessé en première période quand il a été frappé et il a été capable de finir le match. Mais il pourrait être au rancart. Il pourrait jouer, mais s’il se blesse à nouveau, il pourrait rater des semaines. Donc on ne prendra probablement pas de chance. On verra, il ne jouera probablement pas demain et on verra après », a indiqué Boucher, qui insérerait alors Nick Paul à sa place, à moins qu’il n’utilise sept défenseurs, Ben Harpur ayant été rappelé de Belleville lundi soir.

Entre les lignes

Deux seules recrues de l’équipe à l’heure actuelle, Thomas Chabot et Nick Paul ont poursuivi la tradition de chanter pour les enfants lors de la visite annuelle de l’équipe au Centre hospitalier pour enfants de l’est de l’Ontario (CHEO) lundi après-midi... Avant de se rapporter à l’équipe américaine en vue du Championnat mondial junior de Buffalo, le premier choix des Sénateurs en 2016 Logan Brown avait 13 buts et 24 points en 15 parties avec les Spitfires de Windsor, avec un différentiel de moins-6... Drake Batherson, des Screaming Eagles du Cap-Breton, a arrêté le compteur à 17 buts et 39 points en 24 matches avant de se tailler un poste avec Équipe Canada junior, tout comme Alex Formenton (9 buts, 21 points en 20 matches), des Knights de London.