Jonathan Huberdeau a été l'unique marqueur de la rencontre, ce qui fait que les Sénateurs ont quitté pour le congé de Noël sur une bien mauvaise note, eux qui ont été blanchis par les Panthers de la Floride.

Un dernier blanchissage avant la pause de Noël

SUNRISE - Pour les Sénateurs d’Ottawa, la pause de Noël a débuté officiellement à 21h50, samedi soir.

Ce fut, en quelque sorte, la fin d’un long supplice.

Lors de la dernière soirée avant la pause, ils ont perdu un autre match qui était à leur portée. L’attaque n’a encore rien fait de bon dans un échec de 1-0 contre les Panthers de la Floride.

«Il me semble que c’est un match où nous aurions pu marquer six buts. Ce n’est pas la première fois que ça nous arrive, cette saison. Je pense que tout le monde va apprécier le congé. Passer un peu de temps en famille, ça va nous faire du bien», croit le capitaine Erik Karlsson.

Son coéquipier Cody Ceci est d’accord.

«L’ambiance est plutôt négative, ces temps-ci, avec les défaites qui s’accumulent. Si on peut mettre nos cerveaux à off pendant quelques jours, ça ne fera pas de tort.»

Au BB&T Center, les Sénateurs ont plus ou moins bien débuté le match, mais ils ont complètement dominé la troisième période. Ils ont décoché pas moins de 18 lancers vers le filet de James Reimer dans les 20 dernières minutes de jeu.

Ils n’ont pas été capables de trouver une ouverture. Le gardien de buts numéro deux a réussi son 18e jeu blanc en carrière. Son quatrième face aux Sénateurs. Son premier de la saison, surtout.


« L’ambiance est plutôt négative, ces temps-ci, avec les défaites qui s’accumulent. Si on peut mettre nos cerveaux à off pendant quelques jours, ça ne fera pas de tort. »
Le défenseur des Sénateurs, Cody Ceci

Jonathan Huberdeau a marqué l’unique but de la partie.

Il a récemment été mis au défi de lancer plus souvent par son entraîneur, Bob Boughner.

«Il faut lever notre chapeau à Reimer. Il a fait face à une bonne dizaine de chances de marquer», insiste Mike Condon.

La bonne nouvelle? Condon s’est bien débrouillé, lui aussi.

Le gardien de buts numéro deux d’Ottawa connaît une saison difficile. Il avait trouvé le mois de décembre particulièrement long.

Il avait subi trois revers et alloué une douzaine de buts à ses trois derniers départs.

Les Sénateurs ont obtenu 38 tirs, en tout. Les Panthers aussi.

Des renforts

Au moins, les Sénateurs devraient obtenir des renforts, immédiatement après la pause de Noël.

Et ce, à toutes les positions.

On imagine, d’abord, que Craig Anderson sera de retour sur ses pattes.

Le gardien de buts numéro un a recommencé à manger. Le virus qui l’a frappé de plein fouet était assez sévère.

Un petit miracle des Fêtes s’est produit. Selon toute vraisemblance, il n’a pas contaminé aucun de ses coéquipiers.

«Je sais comment ça se passe, souvent. Un seul joueur se sent mal en avant-midi. L’équipe arrive à l’aréna en fin de journée pour se préparer à jouer et, d’un coup, trois gars sont malades. Ce n’est pas le cas, cette fois-ci», assure Boucher.

Anderson devrait donc se trouver devant le filet, le mercredi 27 décembre, lorsque les Sénateurs rendront visite aux Bruins de Boston.

Le nouveau père Dion Phaneuf devrait être capable de reprendre sa place, lui aussi. Les congés de paternité sont généralement de très courte durée dans le monde du hockey.

Avec un peu de chance, Bobby Ryan sera également de la partie. Quand sa main blessée sera moins enflée, il devrait être capable de mieux tenir son bâton.

Un autre éclopé s’approche, lentement, d’un retour au jeu. Dans sa rencontre d’avant-match, samedi, Boucher a confirmé que Mark Borowiecki a recommencé à patiner.

Il ne faut cependant pas espérer son retour trop rapidement.

«Ça s’en vient, mais ce n’est pas pour demain, prévient l’entraîneur. Honnêtement, je ne m’attends pas à ce qu’il soit disponible avant la mi-janvier. Il pourrait être chanceux, mais... Il n’a pas joué depuis si longtemps qu’il lui faudra au moins deux bonnes semaines d’entraînement avant de pouvoir replonger dans le feu de l’action.»