Il semble que Guy Boucher va revenir pour une troisième saison, mais sans prolongation de contrat, il sera sur la sellette au début de la prochaine campagne.

Un constat d’Échec

En tant qu’équipe, les Sénateurs d’Ottawa ne méritent rien de moins qu’un F pour leurs performances sur la glace au cours de la saison 2017-2018 qui vient de prendre fin.

En leur décernant un bulletin de fin de saison, il y a quand même des individus au sein de cette équipe qui méritent une meilleure note, une note de passage au moins même si personne ne mérite un A, selon cet évaluateur.

L’entraîneur-chef Guy Boucher l’a dit lui-même lundi, connaître une telle saison après avoir suscité autant d’attentes après être passé si près d’atteindre la finale de la coupe Stanley il y a 11 petits mois, c’est un constat d’échec pour l’ensemble de l’organisation.

Et on ne parlera même pas ici des problèmes en dehors de la patinoire, avec un propriétaire qui s’est attiré les foudres des partisans avec des propos intempestifs à la veille d’un des faits saillants de la campagne, la Classique 100 de la LNH remportée 3-0 contre le Canadien de Montréal par une froide soirée de décembre en plein air à la Place TD.

Et avec également un président, Tom Anselmi, qui a démissionné à mi-saison avec pour seule réalisation, l’installation de grandes barges pour cacher environ 1500 sièges dans les hauteurs du Centre Canadian Tire.

Trêve de préambule, voici les notes, du premier au dernier de classe.

Mark Stone : B+
20 buts, 42 passes, 62 points en 58 parties, plus-9

Meilleur attaquant du club, son excellente saison a été gâchée un peu à la fin par des blessures à un genou et une cheville. C’était après qu’il ait perdu son centre attitré, Derick Brassard. Mais peu importe avec qui il joue, Stone produit toujours. Un leader qui est un joueur autonome avec compensation cet été, son prochain contrat va coûter cher.

Matt Duchene : B
27-32-56 en 82 PJ, moins-23

Acquis du Colorado dans la mégatransaction à trois clubs qui a envoyé Kyle Turris à Nashville, il s’est imposé comme un véritable centre numéro un après les Fêtes. Après une période d’adaptation, il a terminé avec 23 buts et 49 points en 68 parties avec Ottawa.

Ryan Dzingel : B
23-18-41 en 79 PJ, moins-17

Pas de guigne de la deuxième année pour lui, il est passé d’une récolte de 14 buts et 32 points à 23 buts et 41 points. Rapide patineur, il pourrait finir par compter 30 buts s’il finit un jour par trouver le moyen de marquer plus souvent sur les nombreuses échappées qu’il obtient.

Thomas Chabot : B-
9-16-25 en 63 PJ, moins-12

Le premier choix au repêchage de 2015 a commencé la saison dans la LNH en raison de la blessure à Erik Karlsson, puis après un détour à Belleville, il a gagné la confiance de Guy Boucher au point où il a terminé la saison aux côtés d’Erik Karlsson, quand il était là. C’est le début d’une belle carrière, il ne sera que meilleur en ajoutant un peu de muscle et en prenant de l’expérience au cours des prochaines années.

Jean-Gabriel Pageau : C+
14-15-29 en 78 PJ, moins-14

Pas la meilleure campagne du Gatinois, mais il a montré en fin de saison qu’il peut en donner plus quand il joue avec de meilleurs partenaires, comme ce fut le cas lorsqu’il a remplacé Brassard comme deuxième centre et qu’il a obtenu la chance de jouer en avantage numérique. Ça lui a valu une invitation d’Équipe Canada au prochain Championnat mondial.

Erik Karlsson : C+
9-53-62 en 71 PJ, moins-25

Pour le capitaine des Sénateurs, tout est relatif. Ce qui serait une excellente campagne pour n’importe quel autre défenseur est «ma pire saison en neuf ans», comme il l’a dit lui-même. Le récipiendaire de deux trophées Norris a raté les cinq premiers matches alors qu’il se remettait d’une opération à la cheville, puis il n’a pas été lui-même avant les Fêtes, ayant en plus perdu son partenaire régulier, Marc Méthot. Puis il a eu la douleur de perdre son fils prématurément à la fin de la saison. Sans parler des rumeurs d’échange qui ont marqué une saison éprouvante, et qui reviendront cet été.

Mark Borowiecki : C
3-8-11 en 52 PJ, moins-6

On ne pourra jamais lui reprocher un manque d’effort. Au rancart pendant quelques semaines en raison d’une commotion cérébrale, son absence s’est fait sentir quand le club s’est enlisé en novembre et décembre. Il dit vouloir lâcher les gants moins souvent, mais c’est souvent plus fort que lui, surtout qu’il doit souvent répondre de ses actes quand il livre une de ses percutantes mises en échec.

Mike Hoffman : C-
22-34-56 en 82 PJ, moins-20

Excellent franc-tireur, il doit faire damner ses entraîneurs par son jeu indifférent à l’occasion. Il n’a pas compté à ses 12 derniers matches, même en jouant avec un Matt Duchene inspiré.

Cody Ceci : C-
5-14-19 en 82 PJ, moins-27

Souffre-douleur des fervents de statistiques avancées, il a joué beaucoup (trop diront certains) et toujours contre les meilleurs attaquants adverses. N’a pas trop souffert de la perte de son partenaire régulier, Dion Phaneuf, quand il a été échangé aux Kings.

Magnus Paajarvi : C-
6-2-8 en 35 PJ, moins-8

Acquis au ballottage, il a offert des performances honnêtes, mais il serait surprenant qu’un contrat lui soit offert pour revenir.

Fredrik Claesson : D+
1-6-7 en 64 PJ, moins-7

Capable du meilleur comme du pire, il peut partir de la galerie de presse un match à la première paire aux côtès de Karlsson lors du suivant. Manque de constance.

Craig Anderson : D
Fiche de 23-25-6, moyenne de 3,32, taux d’efficacité de ,898

Pire saison du gardien numéro un en sept ans dans la capitale. Beaucoup de mauvais buts alloués, à des mauvais moments dans les matches. À 36 ans, est-il au bout du rouleau où c’était juste une mauvaise année derrière une mauvaise brigade défensive ?

Bobby Ryan : D
11-22-33 en 62 PJ, moins-12

Avec lui, c’est toujours une question de production par rapport à son salaire de 7,5 millions $. Celle-ci est décevante, mais à sa défense, il a subi plusieurs blessures au même doigt, étant incapable de lancer pendant de longues périodes.

Alexandre Burrows : D
6-8-14 en 71 PJ, moins-8

Suspendu 10 matches pour un coup sournois à l’endroit de Taylor Hall, l’attaquant québécois est clairement en perte de vitesse et il faut s’attendre à ce que son contrat soit racheté cet été, à moins que Pierre Dorion ne trouve preneur pour lui.

Tom Pyatt : D
7-15-22 en 81 PJ, moins-12

Attaquant à caractère défensif qui offre un effort honnête la plupart du temps, devrait être sur le quatrième trio plutôt que le troisième.

Mike Condon : E
5-17-5, 3,25, ,902

Est-ce que le vrai Mike Condon est celui de cette année, ou celui qui avait défendu la cage pendant 27 matches de suite en l’absence d’Anderson l’an dernier, sauvant la saison des siens ? Probablement un juste milieu entre les deux.

Zack Smith : F
5-14-19 en 68 PJ, moins-32

Sa saison de 25 buts il y a deux ans, qui lui a valu un lucratif contrat, semble de plus en plus être une anomalie. Son différentiel de moins-32 l’indique bien, il a été sur la glace pour plusieurs buts, et il écope de beaucoup de punitions d’indiscipline en plus.

Les incomplets :
Marian Gaborik, Christian Wolanin, Colin White, Filip Chlapik, Chris Wideman, Ben Harpur et Max McCormick.

Guy Boucher : E
L’entraîneur-chef l’a dit lui-même, il doit prendre la responsabilité du constat d’échec qu’est cette saison désastreuse. Il semble qu’il va revenir pour une troisième saison, mais sans prolongation de contrat, il sera sur la sellette au début de la prochaine campagne. Il sera intéressant de voir si tous ses adjoints seront de retour, les unités spéciales du club ayant été médiocres autant avant qu’après que les responsabilités de Marc Crawford et Martin Raymond aient été inversées le 1er janvier.

Pierre Dorion : E
Le directeur général avait bien manoeuvré à sa première année à son poste. La deuxième aura été plus difficile alors qu’il a perdu Marc Méthot au repêchage d’expansion et qu’il a roulé les dés avec l’échange de Matt Duchene, pour qui il a payé un gros prix. Il a au moins réussi à se départir du lourd contrat de Dion Phaneuf, et l’échange de Derick Brassard à Pittsburgh va dépendre en grande partie du développement du jeune gardien Filip Gustavsson et du premier choix obtenu en retour.